Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Ministères des Eaux et forêts, les agents techniques dénoncent la gestion de la régie de recettes et exigent son audit
 

Côte d'Ivoire : Ministères des Eaux et forêts, les agents techniques dénoncent la gestion de la régie de recettes et exigent son audit

 
 
 
 3918 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 13 décembre 2020 - 19:03



La reconstitution du couvert forestier ivoirien demeure l'objectif principal assigné à l'administration forestière. Ce défi ne pourra être relevé que lorsque les acteurs principaux de la protection des Ressources forestières à savoir, les agents techniques des eaux et forêts seront dans des conditions de vie et de travail adéquates.


Réunis au sein du syndicat Urgences forestières, (UFOR), les agents techniques des eaux et forêts constatent des dysfonctionnements graves au sein de leur ministère qui mettent en mal selon eux depuis plusieurs années la volonté de l’Etat de Côte d'Ivoire de demeurer un État forestier.


Ils sont sortis aujourd'hui de leur mutisme et ont exprimé leur exaspération et leur indignation, face à la situation qu'ils traversent. Khan Flavien, Secrétaire général national de UFOR a confié à la presse qu’à travers cette rencontre, les agents techniques veulent interpeller les autorités sur l'urgence de l'amélioration de leurs conditions de travail.


L’UFOR exhorte les autorités à la création d'une école nationale des eaux et forêts qui mettra fin à toutes les anomalies constatées dans la chaînes de formation qui permettra au ministère des eaux et forêts d'organiser des concours directs au lieu d'un concours de recrutement ou d'intégration organisé par le ministère de la Fonction publique.


Les agents techniques dénoncent le fonctionnement du Fonds de prévoyance des Eaux et forêts qui existe que de nom.


« Il n'y a pas de sécurité sociale, au sein du ministère des eaux et forêts. En cas d’accident, de maladie, voire décès d'un agent, on assiste à des levées de fonds ou cotisations informelles qui dzns la majorité des cas s'avèrent inefficaces et contribuent à ternir l'image de notre corporation », a précisé, le Secrétaire général national.


Khan Flavien estime qu'un fonctionnement efficient du Fonds de prévoyance permettra de garantir au ministère des Eaux et forêts des Ressources humaines de qualité.


 

Les moniteurs et les assistants sont classés par la Fonction publique sur la base de diplômes de l'enseignement général secondaire retenus l'entrée à l'INFPA, alors que ce sont les diplômes de fin de formation (Brevet de technicien agricole, brevet de technicien supérieur agricole, ingénieur des techniques agricoles et ingénieurs ) sont exigés pour intégrer la Fonction publique.


L'UFOR exige que l'Etat répare cette injustice en effectuant le redressement catégoriel des agents techniques en conformité avec les diplômes sur la base desquels ils ont été recrutés par la Fonction publique.


Pour l'accomplissement de leur mission de protection des ressources forestières, faunique en eaux, les services déconcentrés du ministère ont été dotés en 2018 de matériels roulants.


Selon Khan, la répartition de ces engins a montré ses limites, car certains cantonnements n'ont pas encore reçu de véhicules de même que des postes forestiers ont été omis dans la distribution des motos.


Il a déploré l'absence de GPS pour les levées de parcelles et les Géo référenciassions. Parallèlement aux missions traditionnelles qui leur sont dévolues, les agents des Eaux et forêts sont parfois mis à contribution dans des opérations conjointes de sécurité et de défense.


«Là encore nous constatons une situation de deux poids de mesures au détriment des agents dont la rémunération pour leur participation aux activités de sécurisation est inférieure à celle des autres forces de défense et de sécurité. Dans le pire des cas, ils ne perçoivent rien du tout comme ce fut le cas des primes COVID-19. En effet, les agents ont été tout simplement ignorés dans le paiement de ces primes bien qu'ayant été associés aux patrouilles de couvre-feu assorties de missions de sensibilisation sur la consommation à risque de la viande brousse. L'UFOR s'insurge d'un tel mépris et appelle à un traitement équitable des forces impliquées dans des opérations mixés », a expliqué, M. Khan.


Il existe au ministère des Eaux et forêts, une régie de recettes et d’avances spéciales dont les différentes sources d'approvisionnement sont définies par décret. Malheureusement l'enthousiasme suscité par l'avènement de cette régie a laissé la place à la désillusions douze ans après sa création.


L'UFOR note la non application des textes régissant la régie et une opacité dans sa gestion par le cabinet du ministère des Eaux et forêts. Selon le Secrétaire général national, le manque de traçabilité des différentes transactions liées aux sources d'approvisionnement de la régie des Eaux et forêts à malheureusement produit de mauvais résultats.


 

Il a décrié, le paiement aux agents des primes annuelles et non trimestrielles, la perception main a main, tous les grades confondus de prime unique enfin le caractère dérisoire du montant des primes dont la dernière distribuée au titre de l'année 2020 est de 35 mille FCFA.


«Un tel traitement dénote du mépris du cabinet du ministère des Eaux et forêts envers les agents qui ne demandent que des conditions de meilleures de vie et de travail afin d'accomplir leur mission avec efficacité et dévouement », a mentionné Khan.


L'UFOR propose donc, la dématérialisation des documents statistiques et d'exploitation afin de faciliter leurs accès aux usagers à travers la création d’une base de données, la sécurisation des documents en apposant des codes barres sur chacun d'eux, la transformation de la régie en trésorerie afin de garantir la transparence dans son fonctionnement ainsi que le paiement trimestriel par virement bancaire de primes honorables payés selon les grades.


Urgences forestières demande à l'Etat de s'impliquer dans la résolution de tous les problèmes que connaissent les agents des Eaux et forêts et demande à toutes les institutions chargées de la bonne gouvernance à jeter un regard sur le ministère des Eaux et forêts afin d'y apporter une touche de bonne gouvernance.


Enfin bien que n’étant pas membres de la FESEFCI, le syndicat la soutient dans sa décision de saisir toutes les institutions pouvant faire aboutir la transparence dans la régie et permettre une solution durable aux difficultés des agents des Eaux et forêts.


Wassimagnon 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Ministères des Eaux et forêts, les agents techniques dénoncent la gestion de la régie de recettes et exigent son audit
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Khanel
Oh bonn et vous faisez quoi?!
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Législatives sans projets de loi dans les programmes des candidats, une affaire de poste ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Saisie record de cocaine à Cocody, vous attendez-vous à ce que des no...
 
2167
Oui
61%  
 
1243
Non
35%  
 
129
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement