Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Des partis politiques d'opposition veulent une réforme du code électoral
 

Cameroun : Des partis politiques d'opposition veulent une réforme du code électoral

 
 
 
 2184 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 02 avril 2021 - 06:40

Les 7 leaders de partis politiques (Ph Koaci)


Au Cameroun, 7 partis politiques d'opposition veulent une réforme du Code électoral.


L'initiative a été lancée par des partis politiques représentés dans les institutions. La réflexion est élargie à toutes les formations politiques, organisations de la société civile et tout camerounais ayant des propositions pour la réforme "consensuelle" du Code électoral.


 07 partis politiques de l’opposition camerounaise ont signé un communiqué conjoint le 31 mars 2021 et ont donné une conférence de presse le 01er avril 2021 à Yaoundé pour informer l’opinion qu’ils travaillent ensemble pour une réforme "consensuelle" du système électoral Camerounais.


« Nous, partis politiques signataires du présent communiqué,…avons décidé de travailler ensemble dans un cadre républicain inclusif, avec toutes les parties prenantes du jeu démocratique, afin de mettre en place un système électoral nouveau ou amendé pour la stabilité et la prospérité de notre pays », peut-on lire dans le document.


Ils appellent « tous les autres partis politiques, organisations ou personnalités de la société civile désireux de participer à cette dynamique, à travailler ensemble, dans le cadre du Secrétariat Technique mis en place à cet effet.»


Ce Secrétariat Technique est chargé de recevoir, aux fins d’exploitation, toutes les contributions venant des acteurs suscités au plus tard le 15 avril 2021. 


Les partis signataires du communiqué « assurent le peuple camerounais de leur engagement à aller jusqu’au bout de leur démarche », ajoute le communiqué.


 

Parmi les signataires figurent  Maurice Kamto, du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), candidat officiellement classé second e à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 ; 


Les députés Cabral Libii, président du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN), et Joshua Osih, vice-président du SDF respectivement troisième et quatrième à la présidentielle de 2018 ;

  

L'on note la presence d'Hermine Patricia Tomaino Ndam Njoya , présidente nationale de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) et Maire de Foumban à l'ouest du pays.


Autre poids lourd de cette alliance, le député Pierre Kwemo, Président national de l’Union des Mouvements Socialistes (UMS) ;


L'on note également la présence d'animateurs de la scène politique comme Hilaire Dzipan, du Mouvement Progressiste (MP) ; et Prince Ekosso, président national de l’United Socialist Democratic Party (USDP).


Une première


Tomaino Ndam Njoya de l'UDC a souligné que c’est pour la première fois dans l’histoire politique du Cameroun depuis le retour au multipartisme, que des partis d’opposition s’accordent sur un point déterminant, pour se préparer, à l’éventualité d’une alternance pacifique et démocratique. 


En réaction, le Rdpc au pouvoir rappelle que le parlement est incontournable.


                         

"Le code électoral en vigueur est le fruit d’un projet de loi déposé par le gouvernement, voté par le Parlement et promulgué par le Chef de l’Etat, Paul BIYA, élu par le peuple camerounais libre, souverain et maitre de son Destin", écrit Jacques Famé Ndongo, le secrétaire national à la communication du Rdpc.


 

En ajoutant, " il appartiendra au Parlement, le cas échéant, de se prononcer sur la recevabilité d’une éventuelle proposition de loi (quant à sa constitutionnalité) et, le cas échéant, sur son adoption, si tant est que les 2/3 des députés et des sénateurs soient d’avis qu’il faille accorder du crédit à pareille proposition de loi."


"Il ne s’agit donc point, simplement, de collecter des suggestions et de les exploiter. Encore faut-il braver victorieusement les fourches caudines démocratiques et incontournables du Parlement", conclut le membre du bureau politique du parti au pouvoir.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-




 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Des partis politiques d'opposition veulent une réforme du code électoral
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement