Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Fête du travail, un syndicat en mission pour appeler à se faire vacciner contre la COVID-19
 

Côte d'Ivoire : Fête du travail, un syndicat en mission pour appeler à se faire vacciner contre la COVID-19

 
 
 
 2384 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 jours
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 02 mai 2021 - 11:37



Même si anecdotique en Côte d'Ivoire prise malgré elle dans la vague de parano mondiale, la pandémie de la COVID-19 a, de fait, causé des préjudices aux travailleuses et travailleurs de la Côte d'Ivoire.


Alors que la maladie venue de Chine n'a pas trouvé un terreau fertile en Côte d'Ivoire (peu de cas, soignée, infime taux de létalité, ndlr) Mamadou Soro, Secrétaire général de la Centrale Humanisme faisant le bilan, a affirmé hier à l'occasion de la célébration officielle de la fête du travail que les travailleuses et travailleurs ont perdu plus de 1 825 000 emplois depuis l'apparition de la COVID-19 en Côte d'Ivoire.


Il a ajouté pour l'Humanisme, il s'agit dès à présent, de projeter l'après-covid sur un nouveau contrat social, car la protection sociale est la réponse la plus rentable à la crise et il faut la placer au centre des réponses du gouvernement face à la COVID-19.


Humanisme se dit solidaire des deux revendications essentielles de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) pour sauver des vies, à l'occasion du 1er mai 2021.


La première consiste à obtenir le statut de droit fondamental pour la santé et la sécurité au travail auprès de l'Organisation internationale du travail, au même titre que les droits fondamentaux existants de liberté syndicale, de négociation collective et de protection contre la discrimination, le travail forcé et le travail des enfants. La seconde revendication concerne la classification de la COVID-19 dans la catégorie des maladies professionnelles, ce qui permettrait d'offrir une protection accrue aux travailleuses et travailleurs et de donner accès à des fonds de compensation aux familles des travailleurs morts au travail et à toute personne infectée par la COVID-19 sur son lieu de travail.


Selon la Centrale Humanisme, « aujourd'hui, avec plus de 1 825 000 emplois perdus, la préservation des emplois est donc au cœur de toute la stratégie pour une reprise économique effective ».


 

La Centrale demande à cet effet, d'une part, la consolidation du dialogue social avec la coopération tripartite (Gouvernement-Employeurs-Centrales syndicales), l'exploration de nouvelles niches telles que les emplois verts et les emplois du secteur des TIC, pour remettre le travailleur au cœur de la création de la richesse. Humanisme demande, d'autre part, l'assouplissement des conditions auxquelles sont soumises les entreprises pour les prêts ''COVID-19'', mis en place par le gouvernement. Au regard du nombre d'entreprises éligibles à ces prêts, cet assouplissement sera un véritable levain, pour la relance de notre économie, plus de diligences dans le traitement des dossiers pour l'indemnisation des travailleurs directement impactés par la Covid-19. Il nous faut avancer dans le traitement diligent de leurs dossiers, car ils ont besoin de la solidarité nationale.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Elle demande également, à l'ensemble des travailleuses et travailleurs, instamment d'aller se faire vacciner contre la COVID-19, pour se protéger, protéger leurs proches et s'aménager une vie normale, pour profiter des fruits de la croissance dont ils sont les véritables producteurs.


« En effet, camarades travailleuses et travailleurs, ayons toujours en mémoire cette pensée de Louis Pasteur : « La grandeur des actions humaines se mesure à l'inspiration qui les faits naître ». À l'instar des Etats Unis d'Amérique et de l'Anglettere qui se sont engagés résolument dans une vaccination de masse de leurs populations et qui retrouvent de plus en plus une vie normale, ayons de l'ambition pour nous-mêmes, pour nos familles et pour notre pays », a-t-il expliqué, comme en mission pro-vaccinale pour contrer les méfiances dues aux effets secondaires réels.


Selon Humanisme, les travailleuses et travailleurs doivent arrêter de se faire peur, car l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est une organisation crédible.


« Allons, allons-y nous faire vacciner ! Oui, Moi je l'ai fait. J'ai pris ma 1ère dose le 17 mars et la seconde dose, le 14 avril 2021, au centre de vaccination du CHU de Cocody. Faites-en autant. Camarades ! Oui, la Covid-19 a bouleversé notre existence. Oui nous sommes obligés de vivre avec cette pandémie pendant encore quelque temps. Mais il n'en démeure pas moins, que nous avons encore d'autres urgences qui courent », a mentionné, Soro Mamadou.


 

La veille de la célébration de la fête du travail le SG avait annoncé à la presse au CHU de Cocody que depuis le 28 avril, Humanisme a lancé une campagne de vaccination pour l'ensemble de ses travailleurs et travailleuses, à l'effet que tous puissent effectivement se faire vacciner, car par la vaccination, ils vont réellement mettre fin à la COVID-19.


« Plus vite nous allons nous vacciner, plus vite nous mettrons fin à la propagation de la Covid-19, mais plus vite nous allons permettre l'éradication pour que la Côte d'Ivoire reprenne une vie normale, reprenne des investissements plus importants pour que le marché de l'emploi soit plus dynamique pour que davantage de travailleurs soient recrutés et les emplois soient plus stables. Vous êtes sans ignorer que du fait de la Covid-19, ce sont des entreprises qui ferment. C'est pourquoi les travailleuses et travailleurs de la centrale syndicale Humanisme appellent l'ensemble des travailleurs de Côte d'Ivoire, l'ensemble des citoyens ivoiriens, des personnes résidentes en Côte d'Ivoire d'aller se faire vacciner. Car dans la solidarité agissante par le vaccin, nous allons mettre fin et éradiquer la Covid19 en Côte d'Ivoire », a déclaré, M. Soro.


Il a enfin indiqué que vue la détermination de la Centrale Humanisme, ce sont 875 travailleuses et travailleurs qui se sont vaccinés en quatre jours.


« Nous sommes venus aussi pour saluer les travailleurs, les personnels du secteur de la santé qui depuis le début ont combattu et continuent de combattre cette sale maladie. Ils méritent notre soutien et notre solidarité. Et c'est pourquoi nous sommes venus leur dire beaucoup de courage. Qu'ils continuent », a conclu, Mamadou Soro.


Pour rappel, en plus d'un an d'observation, seulement 286 cas de décès avec ou de la Covid ont été recensés en Côte d'Ivoire sur des centaines de milliers de personnes testées. Sans nul doute de fait, mis à part dans certains endroits qui se veulent aux normes internationales, où elle est rappelée, la Covid-19 n'est pas une préoccupation sociale en Côte d'Ivoire et les possibles effets secondaires post-vaccinaux ne participent pas à se faire vacciner.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Fête du travail, un syndicat en mission pour appeler à se faire vacciner contre la COVID-19
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Ubiquismus
Je cite: "Elle demande également, à l'ensemble des travailleuses et travailleurs, instamment d'aller se faire vacciner contre la COVID-19, pour se protéger, protéger leurs proches et s'aménager une vie normale, pour profiter des fruits de la croissance dont ils sont les véritables producteurs". -Le problème du nègre, c'est qu'il aime réciter ce que les autres disent. Qui lui a dit que se faire vacciner protège ??????? -Je cite : "Covid-19 : le variant indien détecté en Belgique chez des étudiants passés par la France et pourtant vaccinés (Source : LeParisien, 22avril 2021)". -Alors Mr le syndicaliste, ces étudiants indiens en soins infirmiers (une quarantaine), étaient pourtant vaccinés à l'Astrazeneca ? -Conclusion : la vaccination n'arrête pas la contamination et la transmission du covid 19 avec les nombreux variants, eux-mêmes conséquence directe des campagnes de vaccination en masse en période pandémique (risque d'évasion immunitaire : d'après le virologue Belge Geert Vanden Bossche). Il s'agit là de faits et non d'opinions. La particularité des affirmations scientifiques, c'est la possibilité d'être réfutées par les faits... -Dis à SolutionDramane de trouver des traitements curatifs avec les grands chercheurs qu'il a formé en CI pendant sa décennie de gouvernance chaotique. -Si tu n'as rien à dire, il faut la fermer !!
 
 il y a 6 jours     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement