Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Depuis Bouaké, le député PDCI de Prikro déclare : « on ne peut pas s'offusquer que Billon puisse dire qu'il est candidat en 2025 »
 

Côte d'Ivoire : Depuis Bouaké, le député PDCI de Prikro déclare : « on ne peut pas s'offusquer que Billon puisse dire qu'il est candidat en 2025 »

 
 
 
 6441 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 jours
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 14 septembre 2021 - 12:49

Isac Adi (ph KOACI) 



Réconciliation nationale, élection présidentielle 2025, renouvellement des générations au PDCI, le député Adi Isac donne sa position depuis la capitale du Gbêkê.

 

Au cours d'une interview accordée à KOACI le samedi 10 septembre à Bouaké en marge d'une cérémonie de réconciliation initiée par l'association Diabo Ville Émergente, le député de Prikro, l’honorable Adi Kouamé Isac a fait un large tour d’horizon sur la vie politique de la nation. La réconciliation nationale, l’élection présidentielle de 2025 et le renouvellement de générations au sein de son parti le PDCI, étaient au centre des échanges.

 

KOACI : Honorable vous avez séjourné à Bouaké ce week-end, qu’est-ce qui a justifié la présence du député du Prikro dans le Gbêkê ?


Honorable Isac Adi : « Nous sommes venus dans le Gbêkê, dans le cadre des journées de cohésion et de réconciliation nationale organisées par madame Yao Rebecca, présidente de l’association Diabo Ville Émergente et cadre du RHDP. Elle nous a fait appel, acteurs de différentes formations politiques que nous sommes, pour que nous puissions venir l’appuyer dans cet élan de réconciliation. Nous avons échangé avec les parents de Botro pour leur expliquer la nécessité de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale pour une Côte d’Ivoire unie et fraternelle.»

 

KOACI : Pensez-vous que cette réconciliation peut être possible sans l’implication des trois grands leaders que sont les présidents Bédié, Gbagbo et Ouattara ?


Honorable Isac Adi : « Non il ne peut pas y avoir de réconciliation sans nos différents leaders politiques. C’est vrai que nous étions avec nos frères proches du FPI tendance Laurent Gbagbo, ils représentaient l’Honorable Michel Gbagbo, il y avait le coordinateur régional associé RHDP, le doyen Fanny Ibrahima sans oublier madame Yao Rebecca qui elle-même, est du RHDP et nous même au niveau du PDCI. Mais vous savez que les crises successives qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire, sont des crises politiques pour ne pas dire des crises liées à des élections politiques. Alors, cette réconciliation ne peut pas être possible sans nos grands leaders. Il est important que ces leaders amorcent l’union sacrée entre les ivoiriens. Mieux, ces trois leaders ont le devoir de laisser aux nouvelles générations une Côte d’Ivoire unie, fraternelle où il fait bon vivre.»

 

KOACI : Voir le PDCI, le RHDP, le FPI-EDS tous ensemble sur une même table, comment cette rencontre a été perçue par les populations ?


 

Honorable Isac Adi : « Nos populations n’ont pas de problèmes. Ce sont nous les cadres, nous les politiciens qui souvent créons la division au sein des populations pour des questions électorales. Sinon, les populations ont bien apprécié le message. En général, elles n’ont pas de gros soucis. Le gros souci ce sont certains cadres et politiciens qui divisent. C’est pourquoi, je dis si nos trois leaders se retrouvent, se parlent et donnent le top départ, cela va renforcer le lien de cohésion entre les ivoiriens.»

 

KOACI : Malgré le ton donné par les trois grands leaders, certains cadres par leur propos, tordent le cou à cette réconciliation, quel est votre message à leur endroit ?


Honorable Isac Adi : « Je peux leurs dire qu’ils font fausse route, mais je pense qu’ils vont comprendre. L’objectif de tout ça c’est quoi ? Si vous avez de l’argent, assez de biens et que le pays brûle, vous allez faire comment ? En général, ce sont des gens qui pour des intérêts personnels, ne veulent pas la réconciliation. Même si demain vous obtenez ce que vous voulez et qu’il n’y a pas de paix, et que le pays est en guerre, c’est clair que vous ne pourrez même pas jouir ou profiter de ce que vous avez eu. Mieux vaut militer pour la paix qui est la base de tout développement. Je pense que c’est possible. Nous demandons à ces cadres de rejoindre l’ensemble des ivoiriens qui veulent se réconcilier.»

 

KOACI : Revenons à votre formation politique, il y a un des vôtres, l’honorable Jean-Louis Billon qui a annoncé son intention de candidature pour la prochaine élection présidentielle. Quel commentaire faites-vous de cette sortie ?


Honorable Isac Adi : « C’est un haut cadre du PDCI qui a annoncé sa candidature comme peuvent le faire tous ceux qui aspirent à être candidats. Le PDCI est un parti démocratique. Donc, on ne peut pas s’offusquer que Monsieur Jean-Louis Billon puisse dire qu’il est candidat en 2025. On a déjà vu avant 2020 certains cadres qui ont annoncé leur candidature et après ils se sont retirés. Cette sortie ne nous choque point. Ce n’est pas une raison pour brûler Monsieur Billon. On voit certains qui essaient de répondre. Moi-même je peux dire que je vais être candidat en 2025, tout le monde est libre. Il faut laisser les cadres dire ce qu’ils pensent.»

 

KOACI : Cette sortie ne peut-elle pas bouleverser l’équilibre des choses au sein de votre formation politique ?


Honorable Isac Adi : « Nous disons que le PDCI est un parti bien organisé et bien dirigé. Vous avez Monsieur Henri Konan Bédié qui en est le président, il tient la barre. 2025 certes, c’est proche, mais c’est encore loin. Nous devons travailler pour que notre PDCI devienne un outil plus conquérant pour 2025. Nous venons de finir les élections, il faut faire un bilan, tirer toutes les conséquences et se projeter. Quels sont les leviers sur lesquels nous devront jouer pour être plus performant ? Sinon en aucun cas, cette sortie du député Billon que je trouve juste d’ailleurs, ne peut bouleverser les choses au PDCI. Et peut-être qu’après lui, d’autres auront le courage d’annoncer, eux aussi, leur candidature. Il faut féliciter monsieur Billon parce que lui au moins, il a eu le courage de l’annoncer. Il a peut-être dit haut ce que beaucoup pensent bas chaque matin en se rasant.»

 

KOACI : Et comment réagit le président Henri Konan Bédié face à ses intentions de candidature ?


Honorable Isac Adi : « Je ne saurai vous le dire, mais ce que je sais, c’est que le président Bédié n’est pas contre la démocratie au sein du PDCI. À titre d’exemple, lors de la désignation de notre président du groupe parlementaire, le président Bédié nous a d’abord demandé nous-même d’opérer le choix sans qu’il interfère dans ce choix. Souvent, les gens disent des choses qui sont loin de la réalité, le président Bédié est un homme démocrate. Donc empêcher les autres de s’exprimer n’est pas sa façon de voir les choses. »

 

KOACI : Et que dites-vous de ceux qui pensent qu’il faut renouveler la génération au PDCI ?


 

Honorable Isac Adi : « Je ne voudrais pas rentrer dans ce débat, mais moi j’ai ma position. On nous parle de nouvelle génération, de relève, ce sont des choses qui s’imposent, ça ne se décrète pas. On a besoin de tout le monde dans un parti politique. L’élément essentiel qu’on a toujours dit au PDCI, c'est qu'il n’y a pas de conflit de génération, mais de plus en plus, il faut que les jeunes puissent occuper des postes de hautes responsabilités pour pouvoir mieux défendre le parti. On ne met pas en cause les forces des aînés, mais les plus jeunes peuvent booster encore plus certaines luttes avec l’encadrement de leurs aînés. Donc c’est ensemble que les différentes générations doivent travailler. Il ne faudrait pas qu’on crée une guerre générationnelle alors que nous devons rassembler toutes les forces pour pouvoir permettre au PDCI de rebondir. »

 

KOACI : Nous sommes au terme de cet entretien, votre dernier mot Honorable.


Honorable Isac Adi : « Je voudrais certes attirer l’attention des partis de l’opposition, mais beaucoup plus le parti au pouvoir. C’est le parti au pouvoir qui peut booster la réconciliation, qui peut accélérer cette réconciliation. Des concertations entre le premier ministre Hamed Bakayoko et les partis de l’opposition et la société civile ont eu lieu. 21 points de convergence ont été identifiés. Si ces 21 points sont mis en œuvre, on va pouvoir retrouver une paix durable. Mais déjà, il faut saluer les actions du président Ouattara en faveur de la réconciliation, même s’il y a encore des efforts à faire. Je pense que ces 21 points sont très importants. C’est comme une feuille de route qui doit être mise en œuvre si nous voulons arriver à la réconciliation nationale vraie. Il faut tout aplanir avant 2025 pour éviter encore à la Côte d’Ivoire, des morts liées à des élections. »


Interview réalisée par T.K.Emile à Bouaké


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Depuis Bouaké, le député PDCI de Prikro déclare : « on ne peut pas s'offusquer que Billon puisse dire qu'il est candidat en 2025 »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement