Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Plafonnement du prix du thon, des mareyeurs souhaitent un débat franc avec tous les acteurs impliqués autour d'une même table
 

Côte d'Ivoire : Plafonnement du prix du thon, des mareyeurs souhaitent un débat franc avec tous les acteurs impliqués autour d'une même table

 
 
 
 2024 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 01 février 2022 - 13:36

Mamadou Touré, marayeur grossiste au port de pêche d'Abidjan devant la presse (Ph KOACI)


La Côte d'Ivoire n'est pas un pays producteur du poisson thon. La majorité des bateaux de thon qui accostent au port de pêche d'Abidjan proviennent de plusieurs pays.


Il est donc illogique pour la Côte d'Ivoire de prendre un décret pour plafonner le prix du thon alors qu'elle ne produit pas du poisson thon. C'est ce que des mareyeurs ont fait savoir à la presse.


Dans ce qu'ils expriment comme un coup de gueule, ces mareyeurs, qui achètent du poisson en grande quantité sur les bateaux ont dénoncé une certaine mauvaise fois dans la gestion de la filière du thon.


Mamadou Touré et Moumouni, deux importants mareyeurs au port de pêche d'Abidjan Treichville n'ont pas caché la mauvaise fois qui est pratiquée dans la gestion du secteur du poisson thon au pays.


 

"Il y a quelque chose qu'on n'arrive pas à nous expliquer. Le prix du poisson garba n'a pas changé cela fait trois ans et la seule où on peut vendre le poisson à 800 FCFA, c'est quand on ferme la mer. D'où sort cette affaire de cherté du poisson thon ?", s'est interrogé Mamadou Touré pour le compte des mareyeurs grossistes.


Il a pointé du doigt la mauvaise gestion de la question par le directeur du commerce Aimé Koizan Kablan.


"La moindre des choses, quand on veut prendre un décret, c'est de rencontrer les acteurs du milieu. Le directeur du commerce lui seul se lève et il fait adopter le plafonnement des prix, sans avoir pris de temps de la concertation avec les acteurs du secteur du thon en Côte d'Ivoire. En faisant un plafonnement, l'Etat donne quoi en compensation ? Nous ne sommes pas des producteurs de poisson thon, l'armateur qui est le propriétaire du bateau nous impose un prix et l'Etat vient prendre un décret pour plafonner le prix du poisson thon pourtant, on sait très bien que la Côte d'Ivoire ne produit pas de poisson thon. C'est quoi donc l'objectif de ce décret ?", a-t-il affirmé.


Ces mareyeurs n'ont pas caché leur désir de voir se tenir un véritable débat autour d'une table qui va impliquer tous les acteurs du milieu.


"Nous ne sommes pas contre le plafonnement, mais nous estimons qu'il faut discuter avec les véritables acteurs du secteur. Nous ne sommes pas contre le gouvernement, la meilleure des choses, c'est de s'asseoir autour d'une même table pour trouver le juste milieu", a déclaré Mamadou Touré.


 

Quant à Moumouni, l'un des mareyeurs grossistes au port de pêche d'Abidjan, il souhaite un débat franc autour d'une table avec tous les acteurs de la filière du thon à savoir, le ministère du commerce, le directeur général d'Airone, le directeur de la pêche, les différents syndicats et les mareyeurs.


Pour rappel, le gouvernement ivoirien a décidé le 21 décembre 2021, en Conseil des ministres de plafonner le prix du poisson thon (poisson garba). Ainsi, le prix du kilogramme du faux-thon est fixé à 850 Fcfa dans le district autonome d’Abidjan et à 900 Fcfa à l’intérieur du pays.


Jean Chrésus, Abidjan


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Plafonnement du prix du thon, des mareyeurs souhaitent un débat franc avec tous les acteurs impliqués autour d'une même table
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter