Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  La Fédération des syndicats de la DGI annonce un arrêt de travail de 72 heures à compter du 15 juin 2022, dépôt d'un préavis de grève ce vendredi
 

Côte d'Ivoire : La Fédération des syndicats de la DGI annonce un arrêt de travail de 72 heures à compter du 15 juin 2022, dépôt d'un préavis de grève ce vendredi

 
 
 
 4044 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 27 mai 2022 - 09:24

Les agents des impôts réunis au sein de la Fédération des syndicats de la DGI (FESY-DGI) ne sont pas contents. Ils annoncent une grève qui aura lieu les 15, 16 et 17 juin 2022 et le préavis de grève sera déposé, le vendredi 27 mai 2022, c’est-à-dire demain.


C'est l'information principale de la conférence de presse de la Fédération qui s'est tenue mercredi 25 mai 2022, sur le site fiscal de Cocody. Comme l'a mentionné les conférenciers, cette rencontre avec la presse s’inscrit dans la suite logique des résolutions de l’Assemblée générale du 30 mars 2022 par la FESY-DGI.


La Fédération des syndicats de la DGI (FESY-DGI) comprend cinq (5) syndicats qui sont, le Syndicat national des agents du fisc (SYNA-FISC), le Renouveau syndical des agents du fisc (RESA-FISC), l'Union nationale des agents des impôts de Côte d'Ivoire (UNAGI-CI), le Syndicat national des agents de la DGI (SYNA-DGI), le Syndicat libre des agents des impôts (SYLAI).


Lors de cette conférence de presse, tous les responsables de ces syndicats ont pris la paroles. C’est Thé Jasmin Roger, Président en exercice de la FESY-DGI, Secrétaire général du SYNA-FISC qui a annoncé le dépôt du préavis de grève.


« La Fédération des syndicats de la Direction générale des impôts informe l’opinion qu’elle va déposer un préavis de grève pour un mouvement prévu les 15, 16 et 17 juin 2022. Je voudrais rappeler depuis le 23 mars 2022, la Fédération a déposé un courrier auprès du cabinet du ministre du Budget et du portefeuille de l'Etat pour débattre des points de revendications. Il s’agit principalement de l’application du profil de carrière, de l’autonomie financière de la DGI, de la fin des intérims par la désignation des différents responsables et chefs de service ; la redistribution de la plus-value. Cela fait pratiquement dix ans que des postes sont toujours vacants alors que les titulaires sont à la retraite, pour certains, tandis que d’autres sont décédés. Le profil de carrière aurait dû commencer à être appliqué à partir de fin mars 2022. Jusqu’à présent, il n’est pas appliqué. Notre colère est devenue immense, notre désarroi commence à devenir une situation de non droit parce que l’autorité semble ne plus nous écouter. Nous voudrions informer les agents que nos revendications ne sont pas satisfaites. Nous déposerons, dès vendredi, un préavis de grève pour les 15, 16, et 17 juin 2022 pour exiger l’application du profil de carrière ; l’autonomie financière de la DGI ; la fin des intérims et la redistribution de la plus-value. La FESY-DGI appelle tous les agents des impôts à prendre toutes les dispositions pour réussir ce mouvement de mécontentement. Nous restons ouverts aux discussions, mais exigeons d’être écoutés », a déclaré, le responsable syndical.


A sa suite, Zéreyé Zedou Narcisse, Secrétaire général du RESA-FISC a déploré le fait que la DGI est devenue la seule administration où les agents sont affectés et a emboîté le pas à Thé qui a dénoncé la non application du profil de carrière dans cette régie.


 

«On a le sentiment que la DGI est devenue la seule administration où il est possible d’affecter des agents. On vient de recevoir près de 700 agents…On nous envoie des agents en dehors de toutes règles, sans tenir compte des besoins, sans tenir compte des capacités d’accueil. Aujourd’hui, dans certains services, les agents travaillent étant debout. Certains sont sans machine. La situation est grave. Chaque jour, ce sont des recrutements à n’en pas finir. Cela est inadmissible. Depuis 2008, un profil de carrière a été élaboré. Mais toutes les autorités, qui sont passées à la tête de la DGI, mettent tout en œuvre pour ne pas l’appliquer. Que l’on nous dise pourquoi ? On ne nous dira surtout pas que c’est parce que la direction générale des impôts manque de moyens. Depuis 1960 à 2013, la DGI a recruté moins que de 2013 à 2022. Les agents sont démotivés, démobilisés. Aujourd’hui, les tendances des chiffres le montrent. Donc, à travers ce mot d’ordre de grève que nous lançons et que nous voulons total, c’est un avertissement que nous voulons lancer au gouvernement. Toutes les voies de discussions sont restées lettre morte. Nous n’avons plus le choix. C’est pourquoi, nous avons décidé d’aller à cette grève. Nous prendrons toutes les dispositions pour que cette grève soit totale parce qu’il y va de l’avenir, au-delà des agents, de la DGI elle-même», a-t-il révélé.


Koné Lama, Secrétaire général du SYNA-DGI a affirmé que des personnes à la retraite sont en fonction et occupent des postes de responsabilité et des intérims qui durent trois, quatre, voire cinq ans.


« Une personne à la retraite est intérimaire parce qu’on n’a pas encore trouvé une personne pour la remplacer. Des conseillers techniques, à la retraite, sont en fonction. Des DR à la retraite, sont en fonction. Des RPI à la retraite sont en fonction. Des receveurs à la retraite, sont en fonction…On a des intérims qui durent trois, quatre, voire cinq ans. Pendant ce temps, lorsque nous discutons avec les deux entités, direction générale et le cabinet (ministériel), on se renvoie la balle. Quand on interroge la direction, elle nous répond : le parapheur se trouve au cabinet. Au cabinet, on nous répond que le parapheur est retourné à la direction générale pour ceci ou pour cela. Cela dure des années. S’il y a un problème entre des entités, qu’ont à voir, les agents, dans cette situation ? », s'est justifié Koné Lama.


Au nom du SYLAI, son représentant, Silué Soungalo a soutenu que les primes ne plus payées comme il se doit à la DGI. Selon lui, au-delà des primes, depuis 2018, les agents ont un stock d’arriérés qui est dit stock d’arriérés de concours.


« Nous pesons nos mots lorsque nous disons que plus rien ne va à la DGI. A titre d’exemple, aujourd’hui, la DGI n’arrive plus à payer les primes comme il se doit. Les primes ne sont pas payées à bonne date. Au-delà des primes, nous avons depuis 2018, un stock d’arriérés qui est dit stock d’arriérés de concours. Des agents qui sont admis aux concours professionnels à qui on doit reverser de l’argent par rapport à leurs nouvelles situations. Depuis 2018, ces sommes ne sont pas reversées entraînant un stock d’arriérés important. Nous avons donc un stock d’arriérés auxquels la direction n’arrive pas à faire face. A côté du stock d’arriérés, il y a aussi la question des droits des retraités et des ayants-droit. La DGI n’arrive pas à honorer ses engagements vis-à-vis de ces situations », a-t-il indiqué.


 

Bohué Ivan Secrétaire général de l’UNAGI-CI s'est prononcé sur la plus-value de 21 milliards de FCFA obtenue au terme du premier trimestre de l'année 2022. Selon lui, en dépit de cette performance, les chiffres, à ce jour, montrent que la tendance est à la baisse du fait du mauvais redéploiement du personnel et du recrutement inexpliqué du personnel dont les compétences ne sont pas bien connues de la DGI qui n’est pas demanderesse.


« Si les chiffres notamment la plus-value de 21 milliards de FCFA obtenue au terme du premier trimestre 2022 laisse croire que tout va bien, en réalité, les chiffres, à ce jour, montrent que la tendance est à la baisse du fait du mauvais redéploiement du personnel et du recrutement inexpliqué du personnel dont les compétences ne sont pas bien connues de la DGI qui n’est pas demanderesse (…) Nous ne sommes pas des briseurs de croissance économique. La crise entre la Russie et l’Ukraine crée déjà assez de désagréments pour qu’on vienne en rajouter. Mais si on nous pousse à l’incivisme, nous irons plutôt à la responsabilité en arrêtant de travailler au risque de perdre la vie. Cette grève à laquelle on nous conduit allègrement sera totale. Et tant que tous les points ne sont pas satisfaits, aucune promesse ne passera. Nous ne voulons plus de promesse ou de règlement a minima des revendications. C’est du 100% », a conclu, le Secrétaire général de l'UNAGI-CI.


Wassimagnon 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Route de Grand Bassam, preférez vous payer 1000 et prendre l'autoroute pour gagner du temps ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Evasion à la MACA, le ministre de la justice a-t-il eu raison de limo...
 
3217
Oui
79%  
 
747
Non
18%  
 
122
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : La Fédération des syndicats de la DGI annonce un arrêt de travail de 72 heures à compter du 15 juin 2022, dépôt d'un préavis de grève ce vendredi
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Joperfal
C’est une DGI version le plus grand économiste que le monde entier n’a jamais connu. Vous êtes agents à l’impôt et vous vous plaignez , et nous les vendeurs de bananes on va faire comment dans ce pays qui prend crédit pour construire pont pendant que nos assiettes sont vides ?
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter