Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Pic de Féminicides, la société civile maintient la pression, le pouvoir sort (enfin) de son silence
 

Cameroun : Pic de Féminicides, la société civile maintient la pression, le pouvoir sort (enfin) de son silence

 
 
 
 4764 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 17 mai 2023 - 05:43


Marie Thérèse Abena Ondoa ministre de la femme et de la famille (Ph)


Le Cameroun connaît un pic de féminicides


 Depuis le début de l'année une trentaine de femmes et filles y ont été tuées.


Il a fallu la pression de la société civile notamment du collectif #StopFeminicides237 et des agences spécialisées de l'ONU pour voir enfin la réaction du gouvernement camerounais.


Marie Thérèse Abena Ondoa, est (enfin) sortie de sa globule sphérique d'indifférence totale.


La responsable en charge de la promotion de la femme et de la famille (Minproff), a rejoint la coalition de plusieurs organes de l'ONU mobilisés pour la création d'une loi cadre à l'occasion de la journée de la famille.


 

Selon les chiffres du Minproff, plus d'une trentaine de femmes ont été tuées au Cameroun depuis le mois de janvier 2023 sur l'ensemble du territoire national.


Phénomène national


 Le phénomène est national. Il sévit dans la quasi-totalité des 10 régions du Cameroun.


Selon la classification officielle par région, 

16 cas de féminicides ont été recensés dans le Centre, 5 dans le Littoral, l'ouest 3, le nord-ouest 2, Sud-Ouest 1, le sud 1, 1 au nord 1 et à l'extrême nord.


Ces actes ont pour la majorité des cas, été perpétrés par les membres des familles des victimes,

"très souvent, ces violences se déroulent au sein de la famille. Les conjoints, les compagnons et les parents sont devenus des véritables bourreaux pour leurs propres épouses, compagnes ou filles", a déclaré Marie Thérèse Abena Ondoa.


D'après le Minproff, cette situation est le résultat de la désorganisation de la société camerounaise.


"Nous interpellons les familles et les communautés à jouer leurs rôles d'antan où les communautés étaient très soudées. C'est à cause de cette désorganisation de notre tissu culturel que nous vivons tous ces phénomènes", constate le Minproff.


 

Face à ces meurtres, le Minproff, le fonds des nations unies pour la population, ONU femmes et ONU SIDA appellent à l'élaboration d'une loi cadre portant sur les violences basées sur le genre.


"je lance aujourd'hui un vibrant appel en faveur d'une loi cadre permettant d'améliorer la prise en charge holistique des violences basées sur le genre", a lancé Mme Abena Ondoa. 


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com


 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Pic de Féminicides, la société civile maintient la pression, le pouvoir sort (enfin) de son silence
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter