Nigeria Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Nigeria :  Suspension des diplômes délivrés au Bénin et au Togo après investigation d'un journaliste
 

Nigeria : Suspension des diplômes délivrés au Bénin et au Togo après investigation d'un journaliste

 
 
 
 18040 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 02 janvier 2024 - 18:42

Une étudiante diplômée (ph illustration)


Le gouvernement fédéral du Nigeria, par l’entremise du ministère de l'Éducation, a suspendu l'évaluation et l'accréditation des diplômes universitaires délivrés au Bénin et au Togo en attendant les résultats d'une enquête qui impliquera les ministères responsables de l'Éducation des trois pays.


La décision est contenue dans une déclaration rendue publique le mardi 02 janvier 2024 à Abuja par Mme Augustina Obilor-Duru, la directrice adjointe à la communication au ministère nigérian de l'Éducation.


Découverte et contexte 


La suspension fait suite à un rapport d'enquête publié par Umar Audu, un journaliste nigérian qui a démantelé une Université privée basée à Cotonou au Benin, qui a délivré un diplôme en moins de deux mois au journaliste qui s’est infiltré dans la structure en tant qu’étudiant.


Le diplôme obtenu devra permettre à l’étudiant bénéficiaire d’obtenir l'accréditation du ministère nigérian de l'Éducation pour l'éligibilité au programme national de service pour la jeunesse.


 

Le ministère nigérian a salué le travail louable du journalisme d'investigation qui a conduit à la publication dans le journal Daily Nigerian Newspaper en date du 30 décembre 2023 intitulée « REVELATION: Comment un journaliste du Daily Nigerian a décroché un diplôme universitaire à Cotonou en 6 semaines ».


Raisons de la suspension


Des raisons de la suspension des diplômes universitaires délivrés au Benin et au Togo, le ministère a expliqué que « Ce rapport donne du crédit aux soupçons selon lesquels certains Nigérians emploient des moyens néfastes et des méthodes inadmissibles pour obtenir un diplôme dans le but final d'obtenir des opportunités d'emploi pour lesquelles ils ne sont pas qualifiés ».


Le mal que le Nigeria veut éradiquer est une manière d’éviter aux diplômés des raccourcis qui ne sont pas productifs sur le terrain de l’emploi. A l’encontre des sources d’où proviennent ces diplômes, le ministère nigérian de l’Education a estimé que « La question des usines à diplômes, c’est-à-dire des institutions qui existent sur papier ou fonctionnent de manière clandestine en dehors du contrôle des régulateurs ».


 

En attendant l’issue de l’enquêtée annoncée, le gouvernement nigérian a convié le public à soutenir ses efforts, à faire preuve de compréhension et à fournir des informations utiles qui aideront le Comité à trouver des solutions durables afin d'éviter que de nouveaux incidents ne se reproduisent.


Rappelons qu'en 2020, il a été rapporté que le National Youth Service Corps avait déclaré vouloir entamé des poursuites contre les diplômés nigérians munis de faux diplômes, en particulier en provenance des pays de l'Afrique de l'Ouest.


Mensah,

Correspondant permanent de KOACI au Ghana, Togo et Nigeria

- Joindre la rédaction de koaci.com (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com -



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : La dette ivoirienne notée BBB+ par Standard and Poor's, douche froide pour l'opposition ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : "Peste porcine", un affaire montée pour faire profiter les laboratoir...
 
3106
Oui
73%  
 
1034
Non
24%  
 
141
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Nigeria : Suspension des diplômes délivrés au Bénin et au Togo après investigation d'un journaliste
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter