Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Retard de paiement de salaire des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs annoncent un arrêt de travail de 72 heures à partir du 20 mars
 

Côte d'Ivoire : Retard de paiement de salaire des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs annoncent un arrêt de travail de 72 heures à partir du 20 mars

 
 
 
 12934 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 17 mars 2024 - 09:11

Dagaud Emery samedi à Abidjan


Les Enseignants-chercheurs et Chercheurs de Côte d’Ivoire, membres du Syndicat Autonome pour Garantir l’Epanouissement des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs (SAGEC), observeront à partir du mercredi 20 mars 2024, un arrêt de travail de 72 heures.


L’information a été donnée à la presse, ce samedi 16 mars, à l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan-Cocody, par deux responsables de ce syndicat en l’occurrence, Docteur Koba Louis Marius, Secrétaire Général National du SAGEC, enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et Dr Dagaud Emery, président du Comité de Réflexion des discussions sectorielles du SAGEC, Secrétaire Général Adjoint du SAGEC et Secrétaire Général de la section SAGEC de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody. 


Ces Enseignants-chercheurs et Chercheurs, ont décidé d’entrer en grève du mercredi 20 au vendredi 22 mars 2024, pour protester contre un certain nombre d’irrégularités dont ils sont victimes et qui n’honorent pas leur statut. Il s’agit, entre autres, des irrégularités dans le payement des salaires, le retard dans le payement des salaires, les arriérés des primes de recherche, des difficultés liées aux rappels des avancements au niveau du CAMES etc. Le SAGEC en outre, demande un statut particulier de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et dénonce au plan académique l’insuffisance des infrastructures et plus particulièrement des salles spécialisées de cours, des amphithéâtres numérisés, des salles de travaux dirigés et de travaux pratiques. Ce syndicat décrie également le faible taux de financement de la Recherche en Côte d’Ivoire qui est de 0,5 % du PIB, là ou l’UEMOA demande 1 % et demande plus de lumière sur la nouvelle loi sur l’Enseignement supérieur.


« Il n’est pas normal qu’en tant qu’Enseignants-chercheurs, nous soyons traités de cette façon. Nous ne pouvons pas accepter de continuer à être payés à des dates qui ne sont pas les bonnes. Dans le mois de décembre, plus de 2000 Enseignants-chercheurs n’ont pas perçu leur salaire. Cela veut dire que pour la majorité, ils ont passé les fêtes de fin d’année sans salaire, sans prime de recherche qui normalement est trimestrielle. Ce n’est qu’à partir de 13 janvier que des camarades ont commencé à percevoir leur salaire du mois de décembre. Certains même sont allés jusqu’au 20 janvier. Ce n’est pas normal, cela est complètement inacceptable. Pour le mois de janvier, les collègues ont été payés le 12 février et pour le mois de février, ils ont été payés le 14 mars. Pour la fin du mois de mars, il faut que les salaires soient versés le 31 mars », a dénoncé Dr Koba Louis Marius, S.G National du SAGEC.


 

A l’en croire, tous ces arriérés cumulés (retard dans le payement des salaires, primes de recherche impayées, encadrement, heures complémentaires, soutenances, rappel des avancements du CAMES …), s’élevaient, à la date du 24 janvier 2024, à environ trois milliards de fcfa. 


Emboitant le pas au premier responsable du SAGEC, Dr Dagaud Emery, le Secrétaire général adjoint, a indiqué que pour connaitre les raisons de ces retards constatés dans le payement des salaires, le syndicat a initié des démarches au niveau de la direction générale du trésor, notamment la paierie générale du secteur parapublic et auprès des directions financières des universités. Le constat, c’est que chacune de ces entités se rejettent la responsabilité. « On nous parle d’un logiciel qui déconne et qui serait souvent attaqué par des hackers. Pour nous, c’est un mépris et nous ne pouvons plus accepter que cela continue. C’est quand même l’Etat de Côte d’Ivoire et on ne peut pas jouer avec un logiciel qui gère pratiquement tous les fonctionnaires », a-t-il décrié.


S’agissant des discussions sectorielles, le SAGEC s’insurge contre le fait que le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Professeur Adama Diawara se soit choisi des interlocuteurs qui affichent un mutisme sur le résultat des échanges. « Le SAGEC jusque-là, ne prend pas part aux discussions sectorielles, parce que, malgré toutes nos démarches jusqu’à ce jour, le ministre n’a pas voulu accorder une oreille attentive à notre requête. Pourtant, le président de la République a demandé que ces discussions sectorielles soient inclusives. Cela veut dire qu’il ne faut pas laisser une seule structure en marge des discussions. N’empêche que nous avons fait notre mémorandum que nous avons déposé à la fonction publique, chez le ministre de tutelle et dans plusieurs autres ministères. La deuxième chose, c’est que le ministre devait passer depuis les mois de novembre-décembre dans chaque structure pour présenter la nouvelle loi sur l’Enseignement supérieur. Cela n’a pas été fait et à notre grande surprise, la loi aux forceps est passée et elle a été adoptée. Mais en réalité, elle est confligène, parce que les enseignants attendent de pied ferme l’applicabilité de cette loi », a laissé entendre Dr Dagaud.


 

Créé le 1ᵉʳ décembre 2021, le Syndicat Autonome pour Garantir l’Epanouissement des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs (SAGEC), est représenté dans 17 structures de l’enseignement supérieur et revendique, à ce jour, plus de mille membres et se positionne comme un syndicat majeur. Si rien n’est fait pour satisfaire à ses différentes revendications, le SAGEC entend reconduire le mouvement de grève après les 72 heures initiales. Ce débrayage fait suite à un préavis qui a été déposé le 12 mars 2024.         


Notons que le SAGEC ne fait pas partie des syndicats signataires de la trêve sociale.


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : 2025, l'appel d'union de l'opposition de Gbagbo peut-il inverser la tendance face au RHDP ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire-Burkina : Accusation de déstabilisation portée par Ouaga contre Abidjan...
 
3333
Oui
71%  
 
1198
Non
26%  
 
151
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Retard de paiement de salaire des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs annoncent un arrêt de travail de 72 heures à partir du 20 mars
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Ubiquismus
Mdrrr !! On nous dit que le pays est "très performant" au regard de certains indicateurs, ... bizarre qu'il ne soit pas à jour dans le versement des salaires. C'est quand même BASIQUE, le fait de payer les salaires à la fin du mois, pour un pays qui jouit d'une santé économique solide ... ou bien ??
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter