Côte d'Ivoire Technologie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Secteur des Fintechs, le gouvernement exhorté à investir plus dans ce domaine pour bénéficier de la manne de 38 935 milliards de FCFA réservée à l'Afrique en 2030
 

Côte d'Ivoire : Secteur des Fintechs, le gouvernement exhorté à investir plus dans ce domaine pour bénéficier de la manne de 38 935 milliards de FCFA réservée à l'Afrique en 2030

 
 
 
 2188 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 28 mars 2024 - 17:26

Esaïe Diéi,


La Fintech désigne ces entreprises qui mettent à profit les progrès technologiques et numériques pour innover dans les domaines de la finance et de la banque. En Cote d’Ivoire, l’écosystème des Fintech selon Esaïe Diéi, Directeur général de Afinovatech , est en plein développement à l’image des tendances que nous imposent les nouvelles technologies. Une dynamique dans laquelle s’est inscrit le gouvernement selon lui.


«Le Gouvernement vient de prendre une loi portant sur la promotion des Startups numériques en Côte d’Ivoire et cela est encouragent. Nous notons aussi la présence d’une association des fintechs et une fondation qui travaillent d’arrache pieds pour créer un écosystème dynamique et participatif. Nous observons quelques startups qui se font remarquer à travers leur innovation et des levées de fonds. Nous avons aussi beaucoup de jeunes startups avec des idées novatrices qui souhaitent se lancer dans cette aventure des Startups, une source importante de création d’emplois mais qui se heurtent à des problèmes structurels et de financement », explique-t-il. 


Cependant, pour le directeur général de Afrinovatech, beaucoup reste encore à faire pour que la Côte d’Ivoire soit considérée comme un pays Fintech. « Si nous voulons que la Cote d’Ivoire devienne une Fintech Nation et une destination Fintech pour les Ventures Capitalistes et les Big Techs, il faut encore du travail. Pour être plus objectif, en 2023, selon les statiques en notre procession, environ 3 milliards de dollars Us soit plus de 1 797 milliards de FCFA ont été investis dans ce domaine en Afrique. Le Kenya (1) a obtenu autour de 750 millions de dollars Us soit plus de 449 470 milliards de FCFA, l’Afrique du Sud (2) 650 millions de dollars soit plus de 389 540 milliards de FCFA, l’Egypte (3) 620 millions de dollars Us soit plus de 371 562 milliards de FCFA et le grand voisin le Nigeria (4) a reçu près de 400 millions de dollars Us soit plus de 239 717 milliards de FCFA sur les 17% qui sont venus en Afrique de l’ouest.


La Côte d’Ivoire comme nous pouvons le voir ne figure nulle part sur le podium « dans ces statistiques. Cependant, Esaie Diéi se dit convaincu que notre pays peut atteindre le niveau des pays ci-dessus cités, si elle accepte d’aller à l’école du Singapour et des Etats-Unis qui sont des références dans le domaine du Fintech. « Singapour (Asie) et les Etats Unis (Silicon Valley), nous pouvons dire qu’il y a de bonnes leçons que nous pouvons rapidement tirer du succès de ces pays pour ‘’digitalement transformer’’ notre fintech écosystème aux standards internationaux et propulser la Cote d’Ivoire à la 5e place pour rejoindre le Top Africa’s Fintech Nation Club », a-t-il suggéré. 


Selon notre interlocuteur, pour que la Côte d’Ivoire puisse intégrer le top 5 des nations africaines investies dans la Fintech, elle doit densifier ses actions dans ce domaine. « Selon les statistiques de Boston Consulting Group, le revenu des Fintech va atteindre 65 milliards de dollars soit plus de 38 935 milliards de FCfa en 2030, cela veut dire dans 6 ans. Par conséquent, la Cote d’Ivoire doit mettre tous les moyens en œuvre pour tirer profit de cette manne en termes de création d’emplois et de richesse pour notre économie. Les best practices sont à apporter à tous les niveaux pour développer des Fintech Startups qui vont devenir des Unicorns (1 milliard de dollars Us de valorisation) et faire de la Cote d’Ivoire la 5eme Fintech Nation en Afrique. Il nous faut développer la Fintech ou Startup mindset (Vitesse, disruption, collaboration, formation continue, etc) », a-t-il poursuivi.  


 

Esaie Diéi souhaite par ailleurs, que les populations toutes les couches confondues, s’intéressent de plus en plus au Fintech et qu’elles intègrent les nouvelles technologies et les solutions innovantes en matière de finance dans leur quotidien. Cela passe nécessairement par une volonté politique qui viendra booster tout cela comme c’est le cas dans plusieurs pays. « Le développement des talents reste un facteur clé de succès et cela est nécessaire pour bâtir un écosystème dynamique attractif, à la fois sur le plan académique et professionnel. L’un des problèmes que les fondateurs de Startups ont énumérés reste le niveau faible de personnes qui comprennent les sujets Fintech, tels que les solutions de paiement, Data Analytics, Blockchain, Intelligence Artificielle, Machine Learning, Technology Cloud, Cybersécurité et j’en passe. Par exemple, le Ministre de l’Education Supérieure, de la Science et Innovation de l’Afrique du Sud, a effectué une mission à Silicon Valley pour découvrir les best practices pour la formation et positionner le futur de l’Afrique du Sud sur l’Innovation. Il vise à créer une collaboration entre les universités, les Innovation Labs et les entreprises sur la base des méthodes qui ont fait le succès de la Silicon Valley. Même chose pour le Ministre japonais de l’Industrie qui a pris la résolution en 2023 d’envoyer 1.000 personnes à Silicon Valley sur une période de cinq ans pour développer la culture Fintech et repositionner le Japon sur l’index de l’Innovation. Aussi, le développement des infrastructures nécessaires pour l’éclosion des Fintech tels que, backbone Blockchain, plateforme nationale de l’Intelligence Artificielle, plateforme de Cybersécurité et de l’interopérabilité bancaire reste fondamental, de même que des couts très compétitifs et abordables pour les Fintech Startups, créant ainsi un environnement propice », a détaillé le spécialiste du domaine.


Esaie Diéi fait savoir que se lancer dans le domaine des fintechs peut être stimulant, mais il est important de posséder certaines compétences et caractéristiques pour réussir dans ce secteur en constante évolution. « Il faut une compréhension approfondie des lois et réglementations financières. Aussi la capacité à respecter la conformité est cruciale. La connaissance approfondie des principes fondamentaux de la finance ou du secteur d’activités (AgriTech, HealthTech, InsurTech, etc) dans lequel on veut innover est essentielle. Les fintechs reposent souvent sur des solutions technologiques avancées. Par conséquent, avoir des compétences dans son équipe en programmation, développement logiciel, gestion de bases de données, et technologies émergentes (comme l'intelligence artificielle et la blockchain) peut être un avantage. En outre, un esprit entrepreneurial à savoir la capacité à prendre des initiatives, à innover et à prendre des risques est cruciale dans le domaine des fintechs. La flexibilité et la capacité à s'adapter rapidement aux changements sont des qualités importantes. Comme pour toute entreprise, le chemin du succès dans la fintech peut être parsemé d'obstacles et c’est pourquoi la résilience et la persévérance sont des qualités importantes pour surmonter les défis et rester compétitif. Les fintechs sont souvent axées sur l'utilisateur et donc comprendre les besoins et les préférences des clients est essentiel pour développer des solutions adaptées et attractives. Les défis dans le domaine des fintechs peuvent être complexes, raisons pour lesquelles avoir une capacité à résoudre des problèmes de manière créative et efficace est un atout majeur. Il faut constamment établir des relations au sein de l'industrie dans laquelle on veut développer sa fintech startup (Banque, assurance, santé, agriculture, Mobilité, Paiement, etc), avec des investisseurs potentiels, les régulateurs et bien d'autres acteurs clés pour obtenir des conseils, des financements et des partenariats. Ces quelques atouts ci-dessus combinés aux actions du gouvernement et des régulateurs pour faire de la transformation digitale une priorité, avec les KPIs partagés, vont certainement créer une nouvelle classe d’entrepreneurs numériques qui vont garantir à la Cote d’Ivoire et à l’Afrique des Fintech Awards », confie le DG.


Tous ceux qui veulent investir dans ce domaine sont donc prévenus. Ils doivent être capables de tester leur idée de manière itérative, c’est-à-dire, développer rapidement des prototypes et obtenir des retours d'utilisateurs pour ajuster leur solution en conséquence. « Les Fintechs évoluent rapidement et la capacité à s'adapter rapidement aux changements est cruciale. La sécurité des données sensibles doit être une priorité absolue. Investissez dans des applications de cyber sécurité robustes pour protéger les informations de vos utilisateurs et clients. Assurez-vous de collecter, analyser et utiliser les données de manière stratégique pour améliorer vos produits et services, ainsi que pour prendre des décisions éclairées. La recherche de financements pour vos innovations reste capitale pour le lancement et la croissance de la Fintech Startup. Il faut donc explorez différentes options de financement (Subventions, seed funding, Series A-B-C, etc) et choisir les partenaires qui comprennent et prennent en compte votre vision à long terme. Il faut aussi identifier des opportunités de partenariats stratégiques avec d'autres entreprises fintech ou des acteurs dans les secteurs d’activités traditionnelles pour contribuer à créer des synergies.


Il est important de comprendre que le développement des compétences en Fintech est primordial. Rester ouvert à l'acquisition de nouvelles compétences pour soi-même et son équipe et constamment s'adapter à mesure que l’entreprise se développe, jouera un rôle déterminant dans la réussite de la Fintech Startup. Enfin, il faut rester vigilant et informé des évolutions du marché financier, des nouvelles technologies et des tendances émergentes pour demeurer compétitif et de saisir de nouvelles opportunités.


 

S’agissant de la problématique de financement de ce secteur d’activité assez capitalistique, Esaie Diéi conseille : « surmonter le défi du financement dans le secteur des fintechs peut être un enjeu crucial et il existe plusieurs stratégies que les Fintech Startup peuvent mettre en place pour surmonter ces défis. Il est essentiel pour les startups d’avoir une bonne compréhension des divers types de financement avant de s’engager dans cette aventure. La première source de financement repose sur les ressources financières propres des fondateurs (Bootstrapping). Ensuite, vient le financement des membres de la famille et les amis (Love Money) qui doit être formalisé par des accords pour garantir un succès et éviter des complications personnelles. Le crowdfunding permet aussi aux startups de lever des fonds auprès d'un large public, si cela est autorisé par la réglementation et reste une source bien développée dans les Fintech Nations. Il faut citer aussi les programmes d'incubation et d'accélération qui fournissent un financement, des conseils, et des ressources aux startups en échange d'une participation au capital et offrent également un environnement propice à la croissance et à l'apprentissage. Explorer certains programmes gouvernementaux qui proposent des subventions pour soutenir les entreprises dans des secteurs spécifiques peut aider à obtenir quelques fonds. Sur un plan beaucoup plus structuré, la Startup peut s’orienter vers les investisseurs providentiels (Business Angels -individus riches) qui veulent investir dans des startups en échange d'une participation au capital ou d'autres avantages. Les sociétés de capital-risque investissent aussi des fonds dans des startups à fort potentiel de croissance en échange d'une participation au capital. Enfin, les prêts bancaires traditionnels sont des sources potentielles pour financer les startups mais ils restent difficiles à obtenir à cause des risques élevés liés au manque d’historique de crédit solide », a instruit le DG.


 


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Secteur des Fintechs, le gouvernement exhorté à investir plus dans ce domaine pour bénéficier de la manne de 38 935 milliards de FCFA réservée à l'Afrique en 2030
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter