Côte d'Ivoire Environement
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Secteur de la pêche, les Halieutes réclament un décret régissant de manière claire leur profession de plus en plus menacée
 

Côte d'Ivoire : Secteur de la pêche, les Halieutes réclament un décret régissant de manière claire leur profession de plus en plus menacée

 
 
 
 7708 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 13 avril 2024 - 17:56


Plus de 300 délégués membres du Syndicat national des Halieutes de Côte d'Ivoire (SYNHACI), se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire ce samedi 13 avril, autour de leur Secrétaire général, Adou Koffi et son bureau, au siège de la Centrale humanisme sise à Adjamé-Williamsville.


Après plusieurs heures d'échange les participants ont arrêté des résolutions importantes. Les principales sont les suivantes : les Halieutes de Côte d'Ivoire, dénoncent le versement des recettes non fiscales du ministère des Ressources animales et Halieutique (MIRAH). Ils appellent le ministre Sidi Tiémoko Touré à la signature du nouveau statut des Halieutes avant le prochain repos biologique (fermeture des pêches) prévu en juillet 2024 comme le souhaite le ministre en charge des pêches. Les participants demandent enfin, pour une réussite du repos biologique, que le ministère des Ressources animales et Halieutique mette à la disposition des halieutes les moyens nécessaires pour effectuer les patrouilles maritimes, lagunaires, fluviales et terrestres.



«Nous nous sommes réunis pour statuer sur notre profession qui est en danger au niveau du ministère des Ressources animales et Halieutique, parce que convoité par des services extérieurs de l'Etat. Nous sommes réunis pour dire merci à notre ministre de tutelle pour tout ce qu'il a fait jusqu'à ce jour en nommant nos ingénieurs en tant que DDR pour le lancement du projet de surveillance en ce qui concerne la pêche, ensuite de l'achat et de l'acquisition de patrouilleurs et vedettes. Tout ce que j'ai cité, ne peut être réalisé et bien fait qu'à travers la signature du décret qui nous organise et nous restaure, qui nous met dans nos droits régaliens. Parce que depuis les années 2011, nous avons été injustement écartés des emplois des Eaux et Forêts dont nous ne bénéficions plus des avantages de ce corps de métier. Et pire, certains d'entre nous trouvent des canaux pour se retrouver dans cet endroit pourtant nous avons les mêmes diplômes. Et cela ne peut rester sans être dénoncé. Nous avons interpellé notre ministre de tutelle, il a donné les instructions, il y a un début de proposition, un décret au Gouvernement. Et depuis lors nous attendons la finition de ce décret. Nous avons l'impression d’être oubliés parce que le ministre nous a promis que cette fermeture de pêche 2024 sera faite avec ses agents, les Halieutes de Côte d'Ivoire. Chose bizarre nous venons de constater la sortie d'un texte qui émane de certains Directeurs du ministère dont le cabinet n'est pas informé. Ce document nous met en danger parce qu'il brade nos prérogatives par rapport aux autres corps. C'est pour cela nous nous sommes réunis pour statuer. Et à partir d'aujourd'hui, nous avons décidé de répondre à tout. Et désormais, c'est la réciprocité que nous allons faire. Mais rappeler à notre ministre que ce qui nous coûte cher, c'est la signature du décret qu'il nous a promis et sa promesse, il avait annoncé que cette fermeture de pêche devrait se faire avec nous. Nous attendons les moyens pour exécuter ce programme qui va venir aider la Côte d'Ivoire dans la recherche de l'autosuffisance alimentaire en protéines animales. Selon l'article 985 du code de la marine, c'est nous qui gérons l'administration de la pêche. C'est nous qui gérons la pêche et l'aquaculture en Côte d'Ivoire. C'est notre métier comme le stipule le décret en préparation. La première fermeture a été faite au niveau maritime, n'ayant pas les éléments nécessaires pour exécuter cette mission, nous avons été accompagnés par la marine. Cette année, la fermeture est élargie aux niveaux imaginaire et continental. Nous occupons largement à 100% tout le territoire. Nous pouvons faire le travail. Nous avons été formés pour la gestion des ressources halieutiques. Le premier lancement a été fait uniquement au niveau maritime et au niveau maritime nous avons été accompagnés par les marins parce que pour le moment, nous n'avons pas les éléments, le décret, les moyens qu'il faut pour aller sur le terrain. Voilà pourquoi nous réclamons qu’il mette à notre disposition, les moyens réglementaires et matériel qu'il faut pour faire le boulot », a expliqué, Adou Koffi, Secrétaire général du Syndicat national des Halieutes de Côte d'Ivoire au terme de cette rencontre qui a duré pratiquement cinq heures.



 

Notons que le Secrétaire général du SYNHA-CI avait convoqué tous ses camarades syndiqués à l'Assemblée générale extraordinaire de ce jour autour du thème : «Face au défis de la survie de nos emplois, car de plus en plus menacés par les autres structures étatiques et le combat définitif pour l'adoption du nouveau statut des halieutes qui viendra garantir nos prérogatives et nos droits ».



Lors des échanges avec les délégués venus en grand nombre à cette Assemblée générale extraordinaire, Adou Koffi a prévenu que rien ne sera plus comme par le passé.



«A partir de ce jour, la récréation est terminée. Plus rien ne sera comme avant. Nous sommes attachés à notre décret. Au sortir d'ici, plus rien ne sera comme avant. Si un Halieute est touché par une décision, c'est toute la corporation. Nous allons visiter tous les proches du ministre qui ne lui disent pas la vérité, tout en respectant la procédure. (…) Nous n'allons pas attaquer frontalement monsieur le ministre parce que pour moi, il n'est bien informé de ce qui se passe à notre niveau. Dès que l'alerte est donnée à partir de maintenant soyez prêts. Nous sommes exposé dans l'exercice de notre métier alors que nous ne percevons rien. Pendant 13 ans nous avons prouvé que nous sommes soumis. Aucun chef de poste (CP) ne sera relevé de ses fonctions lorsque nous aurons des manifestations sur le terrain. Si cela arrive, nous allons exiger le remplacement de tous les CP », a ajouté, Adou Koffi.



 

Enfin, il a rassuré ses camarades qu'il sera regardant sur la distribution des navettes et des patrouilleurs. Et reste convaincu qu'à travers cette rencontre, le ministre prendra des mesures pour se séparer de ses collaborateurs qui ne lui disent pas la vérité.


 



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : "Peste porcine", un affaire montée pour faire profiter les laboratoires pharmaceautiques ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Investissements chinois et libanais, danger sur le blanchiment d'arge...
 
4231
Oui
77%  
 
1024
Non
19%  
 
218
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Secteur de la pêche, les Halieutes réclament un décret régissant de manière claire leur profession de plus en plus menacée
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter