Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire : Propos injurieux dans le débat politique ; grève à l'université ; libération de Gbagbo et Blé Goudé, voici la position du Conseil des Droits de l'homme
 
Mme Sangaré-

© koaci.com – Jeudi 07 Février 2019 -L’actualité en côte d’Ivoire est marquée en ces derniers jours, par la résurgence des propos injurieux dans le débat politique, la Grève des enseignants à l’université de Cocody et la libération sous conditions de Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

Le Conseil Search Conseil National Des Droits de l’Homme (CNDH) dans une déclaration transmise à KOACI, se prononce sur ces différents sujets.

Selon le document signé de sa présidente , Namizata Sangaré, informe que, conformément à son mandat de promotion, de protection et de défense des Droits de l’Homme, le Conseil Search Conseil a documenté des propos haineux, injurieux, discourtois largement relayés sur les réseaux sociaux.

Le Conseil Search Conseil note que cette montée de la violence verbale est de nature à fragiliser la cohésion et la paix sociale et à mettre en péril les efforts de réconciliation nationale amorcée depuis quelques années. condamne cette résurgence de discours de haine et informe les auteurs qu’ils sont passibles de poursuites judiciaires conformément à la loi 2008-222 du 4 août 2008 modifiant et complétant les dispositions du Code Pénal relatives à la répression du racisme, de la xénophobie, du tribalisme et de discriminations raciales et religieuses.

Le CNDH note, par ailleurs, que les cycles universitaire et secondaire de l’enseignement ont renoué depuis quelques temps avec des grèves et autres troubles de nature à impacter négativement un climat propice à l’apprentissage et à la réalisation du droit à une éducation de qualité.

Ainsi réagissant à la suspension d’enseignants par le Conseil Search Conseil de discipline de l’Université de Félix Houphouët Boigny de Cocody, le 28 janvier 2019, la Coordination Nationale des Enseignants Chercheurs (CNEC) a décidé d’un arrêt de travail d’un an équivalent à la durée de suspension desdits enseignants.

Cette situation est également observée dans le cycle secondaire de l’enseignement occasionnant ainsi des violences aussi bien verbales que physiques.

Tout en reconnaissant le droit de grève aux enseignants, le Conseil Search Conseil relève que cette situation entraine une violation du droit à l’éducation des étudiants et élèves.

Le CNDH, dès lors, propose l’ouverture d’un dialogue constructif entre toutes les parties prenantes afin d’éviter une perturbation dans le cours normal de l’apprentissage.

En outre, l’actualité judiciaire est marquée au plan international par la libération sous condition de messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé par la Cour Pénale Internationale (CPI) et au plan national par des procédures engagées contre deux députés.

Le Conseil Search Conseil fait observer que la communication autour de ces différents dossiers contribuerait à renforcer la confiance de la population en la justice et éviterait des manifestations post verdict.

Le Conseil Search Conseil National des Droits de l’Homme rappelle qu’il reste saisi de toutes les questions en lien avec les droits de l’Homme.

Donatien Kautcha, Abidjan
 
 
24053 Visit(s)    3 Comment(s)   Add : 07/02/2019
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
est-ce qu'il un droit de l'homme dans notre pays qui est devenu un royaume indigène ?
 
 
 
See his contributions LeMagotOuRien
 
Mon cher tant qu'il y aura des bédiéïstes haineux et gor minables avec leur mauvaise foi de vauriens qui n'ont rien réalisé en 17ans si ce n'est abrutir et abêtir leurs militants, on va pratiquer une dictature éclairée pour le bien de notre pays ka CI.. Voilà la lybie, ka Tunisi...
Mon cher tant qu'il y aura des bédiéïstes haineux et gor minables avec leur mauvaise foi de vauriens qui n'ont rien réalisé en 17ans si ce n'est abrutir et abêtir leurs militants, on va pratiquer une dictature éclairée pour le bien de notre pays ka CI.. Voilà la lybie, ka Tunisie et le Burkina qui est ingouvernable depuis 2015 marquant le départ de Blaise,
 
 
Read more
See his contributions Deku
 
@LeMagot Ado n'est qu'un sous-prefet de la France, par un dictateur éclairé. Blaise ne l'était pas, Kadhafi l'a payé de sa vie.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login