Gambie Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Gambie :  Rejet du projet de constitution
 

Gambie : Rejet du projet de constitution

 
 
 
 2479 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 23 septembre 2020 - 20:40


Des députés à l’Assemblée nationale (ph)


Les députés de l'Assemblée nationale gambienne ont rejeté le projet de la nouvelle constitution soumis à leur étude et appréciation et qui vise à remplacer la constitution de 1997.


31 membres de l'Assemblée nationale ont voté en faveur du projet de loi à adopter tandis que 23 membres ont rejeté le nouveau projet de constitution. Certains se sont abstenus. Pour que le projet de loi soit adopté, la Constitution de 1997 dispose qu’une loi proposée doit obtenir les deux tiers de la majorité de l'Assemblée nationale. Il fallait au moins 42 des 57 députés pour adopter le projet de Constitution en plénière et soumette ensuite le document à un référendum.


A la suite du vote qui est intervenu, la présidente de l’Assemblée, Mme Mariama Jack Denton, a déclaré qu’ « après des jours de débat, le projet de loi n'a pas obtenu la majorité des deux tiers requise, 31 membres ont voté oui et 23 ont voté non, ce qui signifie que le projet de loi n'a pas atteint la majorité des deux tiers pour passer à l'étape suivante ».


 

Le texte soumis à l’appréciation des députés n'a pas reçu l’avis favorable de tous les élus du peuple. Il a été déposé devant les législateurs le lundi 14 septembre 2020 par la ministre gambien de la Justice, Dawda Jallow.


Dessous des divergences



Les députés ont débattu du projet de loi pendant 3 jours mais à la fin ils ont exprimé des opinions divergentes sur le document. Pendant que certains ont soutenu les textes de lois qui leur ont été proposés au motif qu’ils répondent aux aspirations du peuple, d'autres ont déclaré que le projet de constitution contient de nombreuses irrégularités et des points flous.


Dans les détails, certains députes craignent que la constitution ne garantisse pas que le Président sortant Adama Barrow ait la possibilité de se présenter à la présidence pour deux nouveaux mandats de 5 ans chacun. Les partisans du Président Barrow ne souhaiteraient pas la limitation du nombre de mandats à deux.


En tout, le débat a porté principalement sur le caractère « rétroactif » de la limitation à deux du nombre de mandats, c’est-à-dire si elle s’appliquerait au premier mandat de Barrow, élu en décembre 2016 pour cinq ans.


Le rejet du projet revient à dire que le pays continuera à être gouverné par la Constitution de 1997 qui a été élaboré par l'ancien régime.


 

Mensah correspondant permanent de KOACI au Togo, Nigeria et Ghana

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –




 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement