Côte d'Ivoire Justice
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Rentrée judiciaire, le Procureur général aux nouveaux magistrats : «Ne soyez pas des magistrats facebook, whattsapp, messenger ou twitter »
 

Côte d'Ivoire : Rentrée judiciaire, le Procureur général aux nouveaux magistrats : «Ne soyez pas des magistrats facebook, whattsapp, messenger ou twitter »

 
 
 
 3109 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 28 octobre 2020 - 08:51


La rentrée judiciaire 2020-2021 a eu lieu aujourd'hui au cours d'une audience solennelle organisée par la Cour d'Appel d'Abidjan. Cette audience a été marquée par certaines formalités importantes de la profession de magistrats telles que l'installation des magistrats dans leurs nouvelles fonctions et la prestation de serment des nouveaux magistrats avant leur entrée en exercice.


Lebry Marie-Léonard, Procureur général a rappelé que la rentrée judiciaire n'est pas la rentrée de la cour d'appel. C'est-à-dire qu'elle ne concerne pas que la seule juridiction qu'est la cour d'appel avec ses membres, mais elle s'étend à tous les tribunaux et toutes les sections détachées des tribunaux du ressort territorial de la cour d'appel.


«Il me plait également de préciser que la rentrée judiciaire n'est pas l'affaire des seuls avocats même s'ils sont les seuls à prendre la parole au cours de l'audience solennelle de rentrée. Elle concerne également tous les autres acteurs de la justice tels que les commissaires de justice, les notaires, les experts agréés auprès des tribunaux, bref, tout ceux qui d'une façon ou d'une autre concourent à l'œuvre de justice », à ajouté, le Procureur général.


Il a annoncé que la rentrée judiciaire d'aujourd'hui est un peu spéciale et n'est pas comme toutes celles qui ont été célébrées ces dernières années. Car elle précède une année judiciaire et des vacances judiciaires particulièrement difficiles.


«En effet l'année judiciaire qui vient de s'écouler a été très pénible pour l'ensemble des animateurs de la justice à cause, vous vous en doutez bien de la pandémie de la COVID-19. Cette pandémie qui a frappé et continue de frapper le monde entier est survenue brutalement en plein milieu de nos activités, pendant les mois de mars à juin, points culminants de l'activité judiciaire qu'elle a carrément ralenti. Mais cette pandémie particulièrement meurtrière dans certains pays occidentaux n'a pas fait que ralentir considérablement nos activités ; elle a failli mettre à mal la cohésion de la famille judiciaire. En effet cédant très vite à la panique certains membres de cette famille se sont fendus de déclaration publique, dès les premières conséquences de la maladie pour annoncer qu'ils fermaient boutiques et qu'ils ne participeraient plus à aucune activité judiciaire tant que la pandémie n'aura pas été éradiquée. D'autres ont refusé catégoriquement de tenir des audiences publiques tant que le moindre mètre carré du palais de justice, le moindre mètre carré de la salle d'audience n'aura pas été aspergé et saupoudré de produits désinfectants », a déploré, Lebry Marie-Léonard.


 

«Mais, passé le temps de l'émotion hâtive et de la panique inhibitrice, tous, se sont rendus compte que le service public de la justice est aussi un hôpital ; l'hôpital de la société et qu'à l'instar des autres hôpitaux il ne pouvait pas se permettre de fermer ses portes. Car, la pandémie de la covid19, au plus fort de sa propagation n'a pas fait baisser le taux de criminalité. La COVID-19 n'a pas émoussé les ardeurs des voleurs et autres malfrats. Bien au contraire, elle leur a plutôt offert l'opportunité d'opérer désormais en portant des masques et des gants. La COVID-19 n'a pas arrêté les violences domestiques et conjugales. Elle les a plutôt exacerbés avec le confinement volontaire ou non de la population. La COVID-19 n'a pas transformé par un coup de baguette magique le débiteur de mauvaise foi en bon payeur. Ni l'escroc patenté en honnête citoyen. Des exemples de ce genre pourraient être cités à profusion », a mentionné le Procureur général.


Compte tenu de la situation exceptionnelle vécue au cours de l'année judiciaire qui vient de s'écouler, il s'est abstenu de présenter un bilan des activités de son parquet et de celui des parquets placés sous son autorité comme il a eu l'habitude de le faire à chaque rentrée judiciaire.


En lieu et place d'un bilan chiffré, le Procureur général a fait le bilan du courage et de la conscience professionnelle de tous ceux qui concourent à l'œuvre de justice et qui au péril de leur vie et après avoir vaincu la peur qui légitimement les habitait, ont assuré pendant cette période difficile le service minimum de la justice.

Cette année judiciaire, il voudrait compter sur le sens élevé du civisme et le sens des responsabilités des acteurs de la justice pour continuer d'assurer le service public de la justice. Bien sur en observant plus strictement les mesures barrières pour freiner la propagation de cette maladie.


Avec le renfort en personnel magistrat que vient de recevoir la cour d'appel d'Abidjan Lebri Marie-Lėonard reste convaincu qu'il n'ya pas de doute qu'elle pourra tenir ce pari de la reprise pleine et entière de ses activités.


 

Il a prodigué des conseils à ses jeunes collègues qui ont prêté le serment de magistrat, en leur disant que c'est un engagement important et solennel qu'ils ont pris de remplir au mieux la mission qui leur a été confiée par le peuple souverain. Celle de rendre la justice en son nom et pour son compte. C'est une lourde responsabilité.


«Cette mission va exiger de vous certaines qualités dont la plus importante à mon sens est la loyauté ; en ce qu'elle renferme toutes les autres qualités attendues du magistrat. En effet, si étymologiquement le terme loyauté fait d'abord référence à la loi, il signifie aussi droiture, probité et honnêteté. Bien que cela soit de votre époque, ne soyez pas des magistrats facebook, whattsapp, messenger ou twitter, réseaux sociaux où se tiennent parfois des débats puérils et stériles. Soyez plutôt des magistrats proches des textes de lois, des magistrats qui connaissent parfaitement la loi et les appliquent avec rigueur » a-t-il conclu.


Wassimagnon



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Rentrée judiciaire, le Procureur général aux nouveaux magistrats : «Ne soyez pas des magistrats facebook, whattsapp, messenger ou twitter »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Khanel
Ce sont des amis de nos politiciens criminels. Ils font comme le disent les criminels. Est-ce légal? Est-ce séparé? Est-ce juste? Jetez-les en prison!
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Une structure composée de crabes, d'hyènes, singes-macaques, crapauds, moutons et de serpents venimeux..
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Peace101
Il existe un procureur général, un procureur de la république et un procureur militaire... Lebry-Adou-Kessi... Les deux premiers ne peuvent-ils pas être fusionné ? Jsute une petite question au passage....
 
 il y a 4 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement