Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Le pouvoir face au  défi de l'élection des conseillers  régionaux dans un contexte de tensions sécuritaires
 

Cameroun : Le pouvoir face au défi de l'élection des conseillers régionaux dans un contexte de tensions sécuritaires

 
 
 
 2068 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 17 novembre 2020 - 07:25

Ph

La préparation des élections régionales du 6 décembre prochain et la sécurité des camerounais en cette fin d’année sont les deux principaux dossiers de la deuxième conférence semestrielle des gouverneurs de l’année 2020. La grand-messe qui réunit chaque semestre, tous les dix patrons de régions du pays, s’est ouverte ce 16 novembre à Yaoundé la capitale du Cameroun.


Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale (Minat, équivalent du ministère de l’intérieur), a ouvert les travaux qui se dérouleront pendant deux jours à Yaoundé. 

Cette deuxième rencontre semestrielle est placée sous le thème, « l’encadrement sécuritaire de l’élection des conseillers régionaux et des fêtes de fin d’année ».


Défi 


Paul Atanga Nji a engagé les gouverneurs à assurer le succès des toutes premières élections des conseillers régionaux organisées au Cameroun. « Soyez vigilants, afin que le scrutin se déroule en toute sécurité, transparence et objectivité », a-t-il déclaré face aux gouverneurs. 


Les ministres en charge des questions sécuritaires qui veulent gagner le pari de la réussite de cette élection régionale, dans un contexte de crise anglophone tiennent à huis clos des échanges avec les gouverneurs.

Pour le pouvoir la mise sur pied des conseils régionaux est la dernière étape du processus de décentralisation prévue par la loi constitutionnelle de 1996.


 

Selon la loi constitutionnelle camerounaise, le conseil régional est l'assemblée délibérante des affaires de la région.

Avec le plus grand nombre de conseillers municipaux, le Rdpc au pouvoir est assuré de remporter ce scrutin indirect et de prendre le contrôle de l’ensemble des 10 régions du pays.


14 partis en lice


A l’issue du scrutin, du 6 décembre 2020, 90 conseillers régionaux dont 20 représentants de l’autorité traditionnelle seront élus dans chacune des 10 régions.

Au total, 14 partis politiques sont en lice pour se partager les 900 sièges en compétition dans le cadre de l’élection des conseillers régionaux. 

Le Rdpc au pouvoir présente des candidats dans les 58 départements du pays. Majoritaire dans les conseils municipaux, il est seul en compétition dans 35 départements.  

Parmi les partis politiques d’opposition qui peuvent espérer jouer un rôle au sein des conseils régionaux, figure l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp).

Le parti que dirige le ministre Bello Bouba Maïgari présente des candidats dans 5 régions et 12 départements.

L’Undp a obtenu 7 sièges de députés à l’assemblée nationale derrière le Rdpc 152 élus.

 Il contrôle 16 mairies à l’issue du double scrutin du 9 février. 

Viennent ensuite l’UDC, l’UMS, le PURS, le PCRN, ces formations qui ont fait sensation lors du double scrutin municipal et législatif présentent des candidats dans les départements de l’Ouest, du Centre et du Littoral.

L’Upc, écartée du double scrutin de février 2020 en raison des troubles internes au fonctionnement du parti espère quelques sièges dans la région du centre. 

 

Boycott 


Une partie de l’opposition a appelé au boycott du scrutin pour lequel le Rdpc part très largement favori.

Le Mrc de Maurice Kamto et le Social Democratic Front (SDF) de John Fru Ndi, ont appelé au boycott du scrutin.

Les deux formations avaient exigé la révision « consensuelle » du système électoral et un dialogue inclusif pour sortir de la crise anglophone avant la convocation de tout scrutin.


Cette partie de l’opposition, accuse le gouvernement de mettre la charrue avant les bœufs.

Une partie de l’opinion pense que l’élection des conseillers régionaux n’aura pas lieu dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest où les bandes armées sécessionnistes font planer des menaces de mort contre les électeurs. 


 

Les bandes armées séparatistes ont promis un boycott actif de l’élection régionale dans les deux régions majoritairement anglophones.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Le pouvoir face au défi de l'élection des conseillers régionaux dans un contexte de tensions sécuritaires
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Scandale du stade de Yamoussoukro, ADO doit il remplacer le ministre des sports Danho Paulin ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Multiplication des clubs de soutien, jeu risqué pour Patrick Achi ?
 
2338
Oui
70%  
 
910
Non
27%  
 
91
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement