Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Crise anglophone, Hrw accuse les Forces de Défense et groupes armés d'exactions
 

Cameroun : Crise anglophone, Hrw accuse les Forces de Défense et groupes armés d'exactions

 
 
 
 1644 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 03 août 2021 - 08:32


Le rapport d'Hrw est un immense tableau de dérives imputées autant aux groupes armés qu'aux forces de défense et de sécurité.


L'Ong de défense des droits de l'homme recense des cas de tueries, tortures, viols, pillages et d'enlèvements dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest ravagées par la crise anglophone depuis fin octobre 2016.


Ces violations sont documentées à travers une dizaine de témoignages des victimes et témoins, ainsi que ceux des 18 proches des victimes, des activistes de la société civile mais également des journalistes.


Le rapport comporte des images satellitaires de villages rasés et des photographies des scènes relatées.


 D'après l'Ong, spécialisée dans la défense des droits de l'homme, les faits se sont produits entre juin et juillet 2021.


Des séparatistes sanguinaires


 Hrw attribue une dizaine de  tueries aux groupes armés séparatistes. C'est le cas notamment de six civils assassinés à Jumbo dans le Nord-ouest à l'aide du déclenchement d'un Engin Explosif Improvisé (EEI). Le meurtre d'un enseignant d'une cinquantaine d'années ou encore l'assassinat d'un gamin de 12 ans à Mamfé, département de la Manyu région du sud-ouest.


 

S'agissant des enlèvements Hrw soutient que les membres des groupes armés les ont multipliés empêchant considérablement l'accès de l'assistance humanitaire.


Hrw relate le cas d'une ONG camerounaise dont 4 travailleurs ont été enlevés et détenus pendant une nuit à Gousam au nord-ouest.


Forces de défense accusées d'exactions


Concernant les forces de défense et de sécurité, Hrw leur attribue des cas de tueries, tortures, viols et pillages.


Pour les tueries, il y a celles de 2 civils les 7 et 9 juin à Zindha dans le Nord-ouest. Celles d'un homme arrêté à Balouf dans la même région et d'une femme de 60 ans de qui l'armée souhaitait obtenir des informations sur les séparatistes dans le village Ngom.


S'agissant des viols, des éléments des forces de défense et de sécurité auraient sexuellement abusé d'une femme de 53 ans les 8 et 9 juin derniers ainsi qu'une autre arrêtée le 9 lors d'une opération menée par une centaine d'éléments du Bataillon d'intervention rapide à Mbalouf au nord-ouest.


Pour les pillages Hrw cite le cas de la chefferie de Zine ou l'armée aurait emporté des objets traditionnels après destruction du bâtiment. 


S'agissant des tortures, Hrw souligne le cas d'un homme roué de coups après son arrestation. Il y a également celui de quelques personnes contraintes à la marche à pied entre plusieurs villages.


 

Hrw dit avoir mis les éléments de ce rapport à la disposition du porte-parole de l'armée camerounaise.


D'après Hrw, ces exactions sont encouragées par le climat général d'impunité. L'Ong appelle à des sanctions contre les mis en cause.



Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun.


-joindre la rédaction camerounaise de Koaci au (237) 691 154 277 ou Cameroun@koaci.com.


,


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Crise anglophone, Hrw accuse les Forces de Défense et groupes armés d'exactions
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Scandale du stade de Yamoussoukro, ADO doit il remplacer le ministre des sports Danho Paulin ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Multiplication des clubs de soutien, jeu risqué pour Patrick Achi ?
 
2338
Oui
70%  
 
910
Non
27%  
 
91
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement