Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Bouaké, sans accès à l'eau potable depuis des décennies, Allokokro sollicite le président Ouattara pour ses 2000 habitants
 

Côte d'Ivoire : Bouaké, sans accès à l'eau potable depuis des décennies, Allokokro sollicite le président Ouattara pour ses 2000 habitants

 
 
 
 3082 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 06 janvier 2023 - 08:01

Nanan N'Dri Yao chef du village Allokokro (ph KOACI) 



Situé sur l'axe Bouaké-Diabo, Allokokro, un village communal distant de moins de dix kilomètres du centre-ville, est confronté depuis des lustres à plusieurs difficultés de tout genre. Une visite de KOACI dans cette bourgade, nous a permis d'être au parfum du calvaire vécu au jour le jour par cette brave population qui semble être oubliée dans la mise en œuvre des actions de développement.


Depuis sa création dans les années d'avant indépendance, nous dit-on, Allokokro, ce village qui enregistre environ 2000 âmes, n'a jamais goûté à l'eau, source de vie, provenant des installations de la Société de Distribution d'Eau en Côte d'Ivoire (SODECI). Les habitants de Allokokro, par la voix de Nanan N'Dri Yao leur chef, plaident auprès des différentes autorités de la région de Gbêkê avec à leur tête le chef de l'État, le président Alassane Ouattara, pour l'adduction en eau potable du village.


En effet, avoir de l'eau potable à Allokokro relève du miracle. Pourtant, ce hameau qu'on peut considérer comme un quartier de Bouaké, fait partie intégrante de la seconde ville du pays, à savoir la capitale de la région de Gbêkê. Outre ce triste tableau en matière hydraulique, l'on peut noter que le village a récemment bénéficié de quelques poteaux de la CIE, permettant son raccordement au réseau électrique national. Cette action hautement appréciée par les uns et les autres, plongés dans le Noir total en pleine ville depuis plusieurs dizaines d'années, retrouvent le sourire même si de part et d'autre du village, des poteaux électriques sont à installer.


 

Cette joie de bénéficier en quelque sorte de la lumière, ne comble malheureusement pas le besoin d'infrastructures à Allokokro et ses milliers d'habitants. « L'adduction en eau potable, un centre de santé avec maternité, un marché, la construction d'un foyer des jeunes, un collège de proximité, l'ouverture des voies, des nouveaux lotissements, des poteaux électriques... », sont les doléances soumises par le chef Nanan N'Dri Yao aux autorités du pays pour le bien-être des habitants de Allokokro.


« Je sollicite l'intervention du président Alassane Ouattara pour qu'il nous vienne en aide, afin que notre village emprunte le chemin du développement qu'il a amorcé. Depuis la construction de l'aéroport sur notre ancien site dans les années 1950, cela a mis un terme à notre développement. Le résultat, nous n'avons rien ici à Allokokro. » a ajouté le chef.


Pour un fils dudit village, les élus et cadres de la région de Gbêkê, notamment, le ministre gouverneur Jean-Claude Kouassi, le ministre Amadou Koné, le DG du Trésor, Monsieur Assahoré Konan Jacques, par ailleurs candidat RHDP à l'élection régionale dans le Gbêkê et bien d'autres personnalités, devraient jeter un regard à Allokokro, en apportant assistance à ses habitants.


« Nos élus, dont le député de Diabo-Languibonou, l'Honorable Assahoré Konan Jacques et le ministre Amadou Koné, les hommes forts du RHDP dans le Gbêkê, doivent comprendre que leur population souffre et qu'ils mettent tout en œuvre pour nous aider à sortir de nos problèmes. J'ai fois qu'ils trouveront incessamment une solution pour Allokokro. Le maire Djibo Nicolas est aussi interpellé. Il doit utiliser les engins dont dispose la mairie pour les ouvertures de voies ici. Ce n'est pas seulement en temps de campagne électorale, que les politiciens doivent savoir que nous existons et que nous avons des préoccupations... » a-t-il imploré, invitant d'autres personnalités et structures, notamment la première Dame Dominique Ouattara, la Fondation LONACI, la Fondation Orange et des ONG à trouver des réponses adéquates aux sollicitations du chef.


 

Enfin, notons que Allokokro fait partie du canton Fari de la tribu Kongokro (chef-lieu Konankankro). Ce village regroupe cinq grandes familles à savoir Jimmy, Angamblé, Sèwèlè, Alloko et Angan Kouakou.



T.K.Emile, Bouaké

tkemile@koaci.com


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Bouaké, sans accès à l'eau potable depuis des décennies, Allokokro sollicite le président Ouattara pour ses 2000 habitants
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
papa faut même pas t'inquiéter depuis vous existez pas d'eau rien, ADO CHOCO arrive y'a déjà poteau , l'eau arrive c'est dans son programme lui il bavarde pas comme le plaisantins de mama qui tient même pas parole auprès de Simone ni de personne. L'eau propre propre arrive. Ca me rappelle Gbagbo chez les attiés "Le problème en cote d ivoire y'a pas de route, y'a pas de route y 'a pas de route """" après les marius etccc applaudissent et ils 'en va mais par contre les solutions rien surement ils espéraient trouver les solutions a poy....rue princesse Papa ca vient ado la solution a déjà prévu ca bouaké y'a sotra , c'est juste que on peut pas tout faire en même temps mais c'est au programme et sachez que demain si ado vient et a babié fait rien allez y les djoufara faut même plus jouer avec vos droit de citoyen
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter