Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Menaces, intimidations et immixtions dans l'exercice de leurs fonctions, les Magistrats dénoncent
 

Côte d'Ivoire : Menaces, intimidations et immixtions dans l'exercice de leurs fonctions, les Magistrats dénoncent

 
 
 
 15238 Vues
 
  9 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 janvier 2019 - 13:48

© Koaci.com – Jeudi 17 Janvier 2019 -Les Magistrats de Côte d’Ivoire dénoncent des violations récurrentes des textes régissant leur corporation, de menaces, d’intimidations et d’immixtions dans l’exercice de leurs fonctions.

Réunis au sein des deux syndicats, l’Union Nationale des Magistrats de Côte d’Ivoire (UNAMACI) et l’Association Syndicale de la Magistrature (ASM), ils ont révélé dans une déclaration leurs conditions morales et psychologiques de travail en raisons des faits relevés si haut.

Ils rappellent que, les Constitutions de la Côte d’Ivoire indépendante ont consacré l’Etat de droit et le principe de la séparation des pouvoirs. Ainsi, celle du 8 novembre 2016 dispose en son article 139 : « Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif et législatif.
En dépit de ces dispositions constitutionnelles, les Magistrats de Côte d’Ivoire notent, avec regret: des mutations sanctions de certains d’entre eux dont le seul tort est d’avoir exercé leur office en leur à¢me et conscience et conformément à  la Loi…

Les magistrats en appellent au Président de la République, garant constitutionnel de l’indépendance du Pouvoir Judiciaire, afin qu’il prenne des mesures propres à  faire respecter la séparation des pouvoirs et à  faire cesser, par voie de conséquence, les graves intrusions de nature à  ébranler les fondements de l’Etat de droit.

Donatien Kautcha, Abidjan

Ci-dessous l’intégralité de leur déclaration...

Les Magistrats de Côte d’Ivoire, réunis au sein des deux syndicats, l’Union Nationale des Magistrats de Côte d’Ivoire (UNAMACI) et l’Association Syndicale de la Magistrature (ASM), constatent une dégradation progressive de leurs conditions morales et psychologiques de travail en raison de violations récurrentes des textes régissant leur corporation, de menaces, d’intimidations et d’immixtions dans l’exercice de leurs fonctions.
Ces faits amènent les Magistrats de Côte d’Ivoire à  faire la présente déclaration. Les Magistrats de Côte d’Ivoire tiennent à  rappeler que:
– toutes les Constitutions de la Côte d’Ivoire indépendante ont consacré l’Etat de droit et le principe de la séparation des pouvoirs. Ainsi, celle du 8 novembre 2016 dispose en son article 139 : « Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif et législatif.
Le Président de la République est le garant de l’indépendance du Pouvoir Judiciaire. Il est assisté par le Conseil supérieur de la Magistrature » ;
– le principe de la séparation des pouvoirs, principe fondamental de toute démocratie, fait interdiction à  chacun des trois pouvoirs – Exécutif, Législatif, Judiciaire – de s’immixer dans le domaine de compétence d’un autre;
– l’Etat de droit suppose l’égalité de tous devant la Loi, et des Juridictions Indépendantes. C’est pourquoi, la Constitution Ivoirienne, en son article 140 in fine, dispose: » … Le juge n’obéit qu’à  l’autorité de la Loi » ;
– le principe de l’égalité de tous devant la Loi signifie qu’aucun citoyen, quel qu’il soit, ne doit être ou ne doit se sentir au-dessus de la Loi;
– la Justice, clef de voûte de l’édifice social, constitue le dernier rempart contre l’arbitraire et les abus de tous genres dans un Etat de droit.
– l’indépendance du Pouvoir Judiciaire, proclamée par l’article 139 de la Constitution Ivoirienne, est une garantie, autant pour les Magistrats, contre les pressions de toutes sortes dont ils peuvent être l’objet, que pour tous les citoyens soucieux du respect de leurs droits fondamentaux;
– en vertu de la Constitution, le Président de la République a le devoir d’assurer l’exécution des décisions de justice et de protéger le Magistrat contre toute forme d’ingérence, de pressions, d’interventions ou de manœuvres ayant pour effet de nuire à  l’accomplissement de sa mission (article 140 alinéa 2).
En dépit de ces dispositions constitutionnelles, les Magistrats de Côte d’Ivoire notent, avec regret:
– des mutations sanctions de certains d’entre eux dont le seul tort est d’avoir exercé leur office en leur à¢me et conscience et conformément à  la Loi;
– la contestation, par un membre du pouvoir législatif (Privat Oulat, NDLR), de la portée de la formule exécutoire aux termes de laquelle « la justice est rendue au nom du peuple de Côte d’Ivoire » ;
– des menaces provenant de certains membres du pouvoir exécutif. Ainsi, il y a quelques semaines, un membre du Gouvernement (le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, NDLR), s’exprimant au nom d’un groupement politique, s’est autorisé à  adresser des menaces et injonctions à  la Chambre Administrative de la Cour Suprême, ouvrant, de ce fait, la voie à  d’autres justiciables, en mal de publicité, pour proférer des injures, menaces et intimidations à  l’endroit des Institutions Judiciaires et des Magistrats, ainsi livrés à  la vindicte populaire.
Aussi, les Magistrats de Côte d’Ivoire:
1- condamnent avec la dernière énergie ces violations de la loi fondamentale et ces immixtions intolérables dans l’exercice de leurs fonctions;
2- réaffirment leur attachement au respect de l’Etat de droit et au principe de la séparation des pouvoirs, fondement de l’indépendance du pouvoir Judiciaire;
3- exhortent tous les Magistrats à  resserrer leurs rangs en vue de faire face à  toutes les agressions d’où qu’elles viennent;
4- invitent à  la retenue tous les auteurs, commanditaires et complices des menaces, intimidations et attaques injustifiées dirigées contre les Institutions Judiciaires et leurs animateurs;
5- en appellent au Président de la République, garant constitutionnel de l’indépendance du Pouvoir Judiciaire, afin qu’il prenne des mesures propres à  faire respecter la séparation des pouvoirs et à  faire cesser, par voie de conséquence, les graves intrusions de nature à  ébranler les fondements de l’Etat de droit.
Fait à  Abidjan le 16 janvier 2019
 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Côte d'Ivoire : Assassinat de dame Faustine Brou N'guessan dans une p...
 
 
Côte d'Ivoire : Assassinat de dame Faustine  Brou N'guessan dans une paroisse , les explications  de l'église Catholique
Société
 
Côte d'Ivoire: Pour l'installation d'un fumoir, les propriétaires paie...
 
 
Côte d'Ivoire: Pour l'installation d'un fumoir, les propriétaires paieraient la somme de 700 mille FCFA
Côte d'Ivoire: Béoumi, pour la consolidation de la paix, un pacte de non agression signé par deux communautés
Société
Côte d'Ivoire: Béoumi, pour la consolidation de la paix, un pacte...
Côte d'Ivoire il y a 12 heures
 
Burkina Faso : Une dizaine de militaires tués dans une attaque à Koutougou
Société
Burkina Faso : Une dizaine de militaires tués dans une attaque à...
Burkina Faso il y a 12 heures
 
Kenya: Deux internationaux de rugby condamnés à 15 ans de prison pour viol collectif sur une chanteuse
Société
Kenya: Deux internationaux de rugby condamnés à 15 ans de prison...
Kenya il y a 13 heures
 
 
 
 
  9 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Menaces, intimidations et immixtions dans l'exercice de leurs fonctions, les Magistrats dénoncent
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Yassouha Sran
Voilà  ça hein. L justice ivoirienne est aux ordres du pouvoir exécutif. Émergence 2020. Gbagbo arrive
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Yassouha Sran
Voilà  ça hein. L justice ivoirienne est aux ordres du pouvoir exécutif. Émergence 2020. Gbagbo arrive
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
CD
Ca sort un peu et pourtant on chante chaque 31 décembre qu'il y a séparation de pouvoir et que c'est respecté scrupuleusement. Bon mes amis, voilà  ça deh les juges ont cassé le "PAPO" on dit merci à  qui? La vérité rattrape toujours le mensonge quotidien. Ou bien vous viendrez nous dire que ce sont des juges pro-gbagbo. Certainement que le courage de Cuno les met mal-à  l'aise devant le justiciable ivoirien. Ils lisent tous les matins que les ivoiriens n'ont aucun confiance en leur justice. Ils ont pris conscience.
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
@ mon contradicteur je pense que Richard ADOU doit etre en tête de liste de tous ces désagréments tu en sais surement qlq chose menance diffamations etcc... on peut tenter de l'interieur de falsifier les choses ce qui est certain si c'etait si vrai ils n'oserai meme pas s'exprimer sur le sujet!!au moins sous Ado on peut le faire sans finir dans la foret du banco !!!
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Gougnon
Jordan mantèrre!!!!!!!.
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
Gougnon argument tu connais ce mot bn nuit
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
5390
Jordan mantère!
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
kliner
Qu'est ce q'un Etat de droit et democratique sous wattara et ses sbires? on aura tout vu avec ce...prado
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Manuel225
Ils ont osé ? L'heure est vraiment grave. C'est qu'il y'a eu une exagération pas possible. Je comprends pourquoi malgré la corruption qui sévit dans le système judiciaire, le gouvernement ne fait rien ; c'est juste parce qu'il est lui-même à  la base de la corruption.
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Loi sur la CEI, pour vous le président de la comission de l'Union Africaine parle t'il au nom de l'Union Africaine?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Bilan de Ouattara, prenez vous au serieux les critiques de Guillaume S...
 
1032
Oui
42%  
 
1382
Non
56%  
 
36
Sans Avis
1%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008