Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Réforme de la CEI, pour un parti politique c'est le mode de désignation des membres et son président qui pose problème
 

Côte d'Ivoire : Réforme de la CEI, pour un parti politique c'est le mode de désignation des membres et son président qui pose problème

 
 
 
 7344 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 27 février 2019 - 10:57

Coulibaly Mamadou (Ph KOACI)-

© koaci.com – Mercredi 27 Février 2019 -La réforme de la Commission Electorale indépendante (CEI) préoccupe les leaders des partis politiques ivoiriens.

Depuis le mois de janvier dernier le gouvernement a entamé des discussions avec l’opposition sur cette question.

En attendant leurs propositions qui sont toujours attendues au ministère de l’intérieur, le Président pour l’Intégration Africaine (PIA), Coulibaly Mamadou, s’est confié à  KOACI sur ce sujet ainsi que bien d’autres d’actualités.

Ci-dessous l’intégralité de l’interview...

KOACI : Après votre sortie officielle le 5 janvier dernier, l’on constate un silence radio de votre part...


Coulibaly Mamadou : Depuis notre sortie officielle le 05 janvier, nous sommes en pleines activités.Nous avons déjà  installé des sections dans toutes communes d’Abidjan et dans plusieurs régions à  l’intérieur du pays. Nous avons également eu une série de rencontres avec plusieurs partis politiques et certains leaders d’opinion. Au cours de ces rencontres, les échanges se sont principalement portés sur l’actualité politique et également sur le futur proche, c’est-à -dire la présidentielle de 2020.

KOACI : Quel est votre regard sur la question de la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI) ?

CM : Vous savez, notre pays la cote d’ivoire a véritablement besoin d’un renouveau démocratique. Et ce renouveau démocratique doit partir d’une véritable réforme de la CEI.
Nous avons déjà  à  plusieurs reprises abordé ce sujet de la réforme de la CEI, mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a une méfiance permanente vis-à -vis de cette structure. Cette méfiance s’explique par un seul facteur majeur : c’est le mode de désignation des membres et son Président. Pour nous les membres et le Président doivent être des personnalités d’expérience, reconnues et apolitique. Les partis politiques ou les représentants de candidats indépendants y seront, mais ils ne seront consultés qu’à  titre consultatif.

KOACI : Nous sommes à  l’étape des propositions, quels sont les vôtres ?

Pour nous, le Président de la CEI doit être désigné par les élus locaux et les députés. Ils devront aussi donner leur accord sur le choix des autres membres.
Notre seconde proposition est la mise en place d’un organisme sous régional qui sera chargé de l’organisation des élections dans les pays de la sous-région. Vous avez la question de l’impartialité des commissions élections se pose dans la plus part de nos Etats.

KOACI : Autres faits politiques, c’est la démission de Soro et le divorce entre Ouattara et Bédié, quels commentaires en faites-vous ?

CM : Vous savez, les ivoiriens ont trop souffert et sont encore traumatisés par ce qu’ils ont vécu durant les 10 ans de crise. Cette crise appris fin en 2011 avec la victoire du RHDP d’alors. Ce RHDP était composé de trois homme forts OUATTARA-BEDIE-SORO, et ce RHDP avait fait de la réconciliation des ivoiriens une priorité. Hélas, après 8 ans le constat est clair, les ivoiriens ne sont pas réconciliés et pire, ceux qui s’étaient donnés pour priorité la réconciliation sont plus que jamais divisés.
La démission de Soro, c’est la conséquence des mésententes entre Ouattara et Bédié, sinon Soro n’aurait jamais démissionné, car les embrouilles entre l’entourage de Ouattara, Ouattara et Soro n’ont pas commencé maintenant.


KOACI : Actualité oblige, l’école ivoirienne est paralysée depuis un mois, votre réaction sur cette grève des enseignants...


Cm : Il est temps qu’on arrête de jouer avec l’avenir de nos enfants dabs ce pays. Bientôt un mois qu’il n’y a plus de cours dans la plus part de nos établissements du primaire au supérieur en passant par le secondaire.Nous lançons au Ministre Kandia Camara d’arrêter de menacer les enseignants, libérez immédiatement tous les syndicalistes que vous avez faire emprisonner. Ce n’est pas de cette manière qu’on peut régler une telle crise chère Madame. Quant à  la crise à  l’université, le Ministre de l’enseignant supérieur doit prendre ses responsabilités, nous le sentant très en retrait face à  cette situation qui ne fait que s’envenimer.

KOACI : Un dernier mot à  l’endroit des ivoiriens...


CM : Nous demandons aux ivoiriens d’être vigilant et de me pas se laisser distraire par cette guéguerre des alliés d’hier et de toujours continuer la lutte pour l’amélioration de leur condition de vie. Nous appelons la jeunesse ivoirienne à  prendre ses responsabilités et à  nous rejoindre. L’avenir c’est nous et si nous ne faisons rien personne ne construira ce pays à  notre place. L’avenir ce n’est ni Ouattara, ni Bédié, ni Gbagbo, ils peuvent nous accompagner mais il est temps qu’ils prennent leur retraite et libèrent les ivoiriens.

Interview réalisée à  Abidjan, par Donatien Kautcha
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Gabon: Remis après son AVC, Ali Bongo vous apparait il désormais apte à bien présider le pays?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: DJ Arafat était il véritablement un exemple pour la jeunesse ivoirienn...
 
721
Oui
22%  
 
2511
Non
75%  
 
98
Sans Avis
3%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008