Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: Manaouda proscrit les séquestrations d'indigents dans les hôpitaux publics  pour non paiement des factures
 

Cameroun: Manaouda proscrit les séquestrations d'indigents dans les hôpitaux publics pour non paiement des factures

 
 
 
 3513 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 26 mars 2019 - 14:33


© Koaci.com- Mardi 26 Mars 2019-Manaouda Malachie le ministre de la Santé publique demande à  tous les responsables des formations sanitaires publiques de mettre fin à  la séquestration des patients indigents pour non paiement des factures.


Le phénomène avait pris de l’ampleur et le constat a été fait par le gendarme de la Santé publique, « il m’a été donné de constater au cours de mes visites de terrain que des patients sont retenus pour défaut de paiement total de leurs factures d’hospitalisations et de soins », écrit le ministre de la Santé publique.
En « déplorant » cette situation qui cadre mal avec les ambitions d’humanisation des soins et de « justice sociale », Manaouda Malachie «proscrit » la « séquestration », des patients indigents dans les formations sanitaires publiques. 


Il demande par ailleurs la « libération » des patients indigents retenus pour non paiement des factures.


Toutefois, en attendant la mise sur pied de la Couverture Santé Universelle (CSU), le gendarme de la Santé publique, demande aux responsables des formations sanitaires de lui proposer des «solutions mieux adaptées » et moins « dégradantes » pour la prise en charge des « patients indigents » dans les formations sanitaires publiques.


 
La décision du ministre de la Santé publique suscite déjà  au sein de l’opinion une vague de polémiques.


Pour certains, comme ce médecin rencontré ce matin a l’hôpital de district de Messassi (1er arrondissement de Yaoundé), et qui a fortement souhaité gardé l’anonymat cette décision est « irréaliste » et « populiste » et pourrait porter un coup dur à  la qualité des soins dans les formations sanitaires publiques.

Armand Ougock, Yaoundé

-Joindre la rédaction camerounaise de koaci.com à  Yaoundé: (+237) 691 15 42 77 ou cameroon@koaci.com –


 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Côte d'Ivoire : Le Parti écologique annonce une Marche verte dans la c...
 
 
Côte d'Ivoire : Le Parti écologique annonce une Marche verte dans la commune de Port-Bouët pour nettoyer les plages de Vridi et de Gonzagueville
Société
 
Côte d'Ivoire : Le commanditaire présumé de l'assassinat de l'agent...
 
 
Côte d'Ivoire : Le commanditaire  présumé de l'assassinat  de  l'agent de transfert d'argent à Yopougon mis aux arrêts
Ghana: Nouvelle surprise d'Adebayor à Funny Face, une voiture au choix
Société
Ghana: Nouvelle surprise d'Adebayor à Funny Face, une voiture au...
Ghana il y a 2 heures
 
Lesotho : Thomas Thabane inculpé  vendredi du meurtre de son ex-épouse
Société
Lesotho : Thomas Thabane inculpé vendredi du meurtre de son ex-é...
Lesotho il y a 3 heures
 
Côte d'Ivoire: À Yopougon, des militants FPI s'engagent avec le mouvement «zéro victime en 2020 »
Société
Côte d'Ivoire: À Yopougon, des militants FPI s'engagent avec le m...
Côte d'Ivoire il y a 3 heures
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Cameroun: Manaouda proscrit les séquestrations d'indigents dans les hôpitaux publics pour non paiement des factures
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Success
Tu n'as pas les moyens : OK tu reçois les soins et on te bloque jusqu'à  ce que tu regularises ta situation ou tu ne reçois pas de soins et on te laisse mourrir. Je préfère être bloqué
 
 il y a 10 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Avez vous l'impression que l'armée est mieux gérée de nos jours que ces dernières années?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : "Chassez Alassane Ouattara par les armes", condamnez vous les propos...
 
6302
Oui
67%  
 
2811
Non
30%  
 
271
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement