Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Devant les chefs d'Etats de la CEDEAO, le juge Chile Eboe-Osuji admet  que la CPI est une juridiction de dernier ressort
 

Côte d'Ivoire : Devant les chefs d'Etats de la CEDEAO, le juge Chile Eboe-Osuji admet que la CPI est une juridiction de dernier ressort

 
 
 
 17534 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 01 juillet 2019 - 11:06

Le juge Eboe-

© koaci.com—Lundi 1er Juillet 2019- Le Président de la Cour pénale internationale (CPI), le juge Chile Eboe-Osuji, a prononcé un discours liminaire lors de la cérémonie d'ouverture de la 55ème session ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui s’est tenue samedi dernier à  Abuja, Nigéria.

Selon une note de l’institution transmise ce lundi à  KOACI, il a espéré voir la Guinée Bissau et le Togo signé le statut de Rome afin de faire partie des Etats membres de la CPI. Tous les États membres de la CEDEAO, font parties de la CPI sauf ces deux pays.

Examinant le rôle de la Cour, le Président a insisté sur le fait qu'il « ne peut pas y avoir de développement socio-économique durable là  où les conflits, les atrocités et la peur règnent en maître. … Le fait que nous ayons aujourd'hui une Cour pénale internationale permanente a changé la façon dont le monde envisage les atrocités. Le monde attend la responsabilité. Les victimes demandent justice. L’espace laissé à  l'impunité pour ces atrocités se réduit. »

Le Président a toutefois rappelé que la Cour ne pouvait pas accomplir sa tà¢che seule : « Premièrement, la CPI s'appuie sur la coopération des États pour toutes ses opérations. … Deuxièmement, la CPI est une juridiction de dernier ressort. La justice doit être rendue en premier lieu par les institutions nationales. Les organes régionaux peuvent également jouer un rôle important - et je suis heureux de signaler que nous avons exploré des moyens de renforcer les relations entre la CPI et la Cour de justice de la CEDEAO », a ajouté le Président.

Le Président Eboe-Osuji a conclu : « Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, en pensant qu'avec la création de la CPI il y a vingt et un ans, notre travail est terminé. La Cour a toujours besoin de vous. Les dirigeants de l'Afrique de l'Ouest doivent continuer à  faire de leur mieux pour protéger cette Cour. Et je vous exhorte à  le faire. »

Donatien Kautcha, Abidjan
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Les médias d'Etat français interrogent Soro sur la mort de IB et sur le Putsch au Burkina, l'Etat français a-t-il une idée derrière la tête?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Justice, l'affaire du putsch au Burkina pourrait elle rattraper Guilla...
 
2943
Oui
96%  
 
1
Non
0%  
 
136
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement