Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: Sauvagement  bastonné par la police, l'opposant Mamadou Mota se retrouve avec un bras fracturé
 

Cameroun: Sauvagement bastonné par la police, l'opposant Mamadou Mota se retrouve avec un bras fracturé

 
 
 
 2237 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 29 juillet 2019 - 10:14

Mamadou Mota, 1er vice-président du Mrc après la bastonnade



Lundi 29 Juillet 2019- Mamadou Mota, vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), a un bras fracturé, après une bastonnade des forces de sécurité, confient ses avocats.


D’après le collectif d'avocats de l'opposant plusieurs coups ont été assénés à leur client. 


Selon ces derniers, ces coups ont laissé des traces qui sont visibles sur le corps de leur client. Mamadou Mota a été privé de nourriture pendant 4 jours déclarent ses avocats.


Mamadou Mota a été arrêté à la suite de la mutinerie du 22 juillet dernier à la prison centrale de Yaoundé.


 

"Aux environs de 03 heures du matin, alors qu'il dormait, Monsieur Mamadou Yacouba Mota, sera brutalement réveillé par une escouade de personnes caparaçonnées, armées et difficilement identifiables qui le sortiront de sa couche et le forceront à le suivre sur la cour d'honneur de la prison", écrivent les avocats.

Le vice-président du Mrc et d'autres prisonniers seront forcés à monter dans un pick-up de la gendarmerie nationale.  


 Tout au long du trajet, les prisonniers, "subiront les pires atrocités, faites de coups de poings, coups de pieds, coups portés à mains nues, à l'aide de fusils visiblement chargés. Voulant protéger sa tête déjà blessée et sanguinolente de l'avalanche des coups qui venaient de toutes parts, le bras gauche de Mamadou Mota sera brisé avant qu'il ne soit jeté dans une pièce infecte", précisent les avocats.


Les forces de sécurité reprocheraient au 1er vice-président du Mrc et à ses compagnons, leur participation au mouvement d'humeur qui a secoué la prison centrale de Yaoundé, le 22 juillet dernier.


Les détenus dénonçaient leurs conditions d'incarcération et demandaient leur libération. 



 

Pour rappel, plusieurs opposants ont été interpellés après les marches pacifiques interdites du 26 janvier, et celles des 1er et 08 juin 2019.  



Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au Cameroun:(+237) 691 154277 ou cameroun@koaci.com



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 

ARTICLES ASSOCIÉS

 
 
  Cameroun : 178 interpellations après une impressionnante mutinerie à la prison c...
178 détenus ont été interpellés hier soir, après une impressionnante mutinerie à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé, la capitale came...
Cameroun | Politique      il y a 2 mois
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Justice, l'affaire du putsch au Burkina pourrait elle rattraper Guillaume Soro?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Attaquer frontalement les USA est-elle une bonne stratégie pour Guilla...
 
982
Oui
30%  
 
2137
Non
65%  
 
144
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement