Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun   : Le gouvernement dément des (nouvelles) allégations de meurtre de civils dans le Nord-ouest
 

Cameroun : Le gouvernement dément des (nouvelles) allégations de meurtre de civils dans le Nord-ouest

 
 
 
 1547 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 03 mars 2020 - 11:11

Le PM Dion Ngute lors d’une visite en zone anglophone (Ph)



Le gouvernement camerounais dément les nouvelles accusations de meurtres de civils dans le Nord-ouest.


Certains activistes ont accusé l’armée camerounaise d’avoir tué 15 civils dont cinq femmes et quatre enfants au quartier Yoruba dans la localité de "Small Babanki', arrondissement de Tubah, département de la Mezam, région du Nord-ouest.

Le gouvernement a démenti ces allégations. Selon René Emmanuel Sadi, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement ces "allégations sont totalement infondées et contraires à la réalité" a déclaré René Emmanuel Sadi. 


La version du gouvernement


Selon le gouvernement camerounais, dans la matinée du 25 février 2020, des individus lourdement armés ont attaqué le chantier du poste de commandement de la 5e région militaire inter armées au quartier Mendankwe (Bamenda.)

Le bilan de cette attaque fait état de morts dont un soldat et un civil. Trois blessés ont également été enregistrés dans les rangs des forces de défense. 


 

Les assaillants ont pris otages et emporté plusieurs véhiculés. 


Dans leur riposte, les forces de défense et de sécurité ont découvert un " retranchement fortifié des bandes armées sécessionnistes dans l’enceinte de l’école publique de Nkar, non loin de la chefferie traditionnelle de Mendankwe" explique Sadi.

A l’issue des affrontements avec les forces de défense, 10 " terroristes" dont leur leader ont été tués.

Plusieurs matériels dont des fusils d’assaut saisis et un otage libéré. 


Lire aussi : https://www.koaci.com/article/2020/03/01/cameroun/politique/cameroun-au-moins-dix-combattants-secessionnistes-et-leur-chef-tues-dans-une-operation-militaire_138993.html


 La semaine dernière Human Right Watch avait accusé l’armée camerounaise d’avoir massacré 21 civils dont 13 enfants et une femme enceinte à Ngarbuh.


 

L’ONG dite spécialisée dans la défense des droits de l’homme a exigé une enquête internationale impartiale sur ce " massacre" démenti par Yaoundé qui dénonce une proximité des ONG occidentales avec les sécessionnistes.  


 Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Mabri candidat à la présidentielle d'octobre, une nouvelle aubaine pour le RHDP ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Arpès l'intérim de Gon, Hamed Bakayoko confirmé Premier Ministre, réc...
 
2138
Oui
69%  
 
847
Non
27%  
 
133
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement