Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Conflit foncier à Grand-Bassam, suite à la condamnation du Roi de Moossou, les populations de Modeste en quête d'opérateurs économiques pour son développement
 

Côte d'Ivoire : Conflit foncier à Grand-Bassam, suite à la condamnation du Roi de Moossou, les populations de Modeste en quête d'opérateurs économiques pour son développement

 
 
 
 4797 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 23 juin 2020 - 14:54


Situé sur l'axe routier Abidjan-Grand-Bassam, Modeste, est un petit village est bâti sur les terres du royaume de Moossou qui s'étendraient jusqu'à «Ancien Koumassi » dans la commune de Koumassi.


Ce village connaît depuis plusieurs années une crise foncière liée au partage des revenus issus des purges des droits coutumiers d'une partie des terres du village cédée à l'Etat pour la réalisation du projet «des logements sociaux » cher à l'actuel pouvoir qui connaît malheureusement un échec.


L’affaire qui opposait le paisible village de Modeste au Royaume de Moossou, situé entre Grand-Bassam et la ville de Bonoua était devant le tribunal. La justice a tranché en faveur du village de Modeste au détriment du Roi qui a été condamné.


Malheureusement avant cette décision de justice, ce conflit entre le Roi de Moossou garant des terres de Modeste et son chef avait occasionné le départ des opérateurs du village.


Maintenant que tout semble rentrer dans l'ordre avec la condamnation du Roi de Moossou, le vœu le plus cher de la population en particulier la jeunesse est le retour des opérateurs économiques dans leur village.


Ils l'on signifié à KOACI ce week-end au cours d'un entretien dans le cadre d'une visite du village.


 

Cliquez pour agrandir l'image  
 


«Il y’a eu une lutte véritable au niveau judiciaire. D’abord au niveau du tribunal de Bassam pour ceux qui brade nos terres. Ceux qui nous retirent nos terres. Ceux qui volent nos terres, ont été condamnés. En occurrence le Roi du village de Moossou. Donc c’est une grande joie pour nous. Parce que le patrimoine foncier du village reviendrait aux vrais propriétaires. Et nous, entend que jeunes, notre aspiration est le développement du village. Nous sommes prêts à accueillir les opérateurs économiques qui viendront dans le village et développer notre village qui est Modeste, » a déclaré, Arsène Kimou, un jeune du village de Modeste


La décision rendue par la cour suprême en faveur du Roi sur le litige foncier qui oppose Modeste au Royaume de Moossou a été suspendue par un arrêté de la même institution judiciaire.


Mossou Kouamé cadre et fils de Modeste, invite les juridictions du Pays à appliquer le droit et exhorte par ailleurs tous les enfants du village à s’unir autour de leur chef, nanan Konin Simon.


«Notre souhait est que la justice continue d’être dite en faveur de la vérité et que nous rentrions en possession de notre propriété foncière. Que tous les fils du village, les planteurs, les propriétaires terriens, la famille du chef, la chefferie, les familles autochtones de Bassam et de Modeste, rentrent effectivement en possession de leurs terres qui sont convoitées et dévorées par certains individus mal intentionnés. »


Le développement de Modeste a été freiné par cette crise foncière qui le secoue depuis des années. Le village aspire à la paix pour amorcer son développement. C’est pourquoi dame N’Guessan souhaite que la justice soit dite et le droit appliqué, car pour elle, la clé de voute d’une paix vraie, sincère et durable passe par la justice.


 

Malgré la résolution de ce conflit foncier par la justice ivoirienne, les femmes, sont toujours inquiètes.


«Nous sommes des femmes qui n’avons pas assez de moyens comme il faut, cela agit sur nos enfants. On n’a pas d'endroit où dormir. Et c’est inquiétant. Je veux que la justice soit dite. Quand on parle de la justice, c’est la vérité. Nous voulons la paix et la paix fait partie de la justice. », a ajouté dame N'Guessan.


Reconnu par l'administration ivoirienne, Modeste entend pleinement assumer son autonomisation et les populations refusent que leur village soit considéré comme « un quartier » ou « un campement » de Grand-Bassam, ou encore un quartier de Moossou.


Elles restent enfin convaincues que leur village disparaitra de la carte si rien n'est fait pour mettre fin définitivement au conflit qui l'oppose au Royaume de Moossou, alors que le village a des potentialités énormes et son chef a une vision claire et nette pour son développement.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Togo : Aspiration et clés des Evêques pour un Togo nouveau, appel à r...
 
 
Togo :  Aspiration et clés des Evêques pour un Togo nouveau, appel à rouvrir les églises
Société
 
Côte d'Ivoire : Infrastructures routières, après 33 ans d'attente, l'...
 
 
Côte d'Ivoire : Infrastructures routières, après 33 ans d'attente,  l'axe Jacqueville- Toukouzou-Hozalem bientôt bitumé
Côte d'Ivoire : Ouverture de la  première usine des femmes à Abengourou
Société
Côte d'Ivoire : Ouverture de la première usine des femmes à Aben...
Côte d'Ivoire il y a 9 heures
 
Côte d'Ivoire : Banques,  rappel de faire preuve d'une vigilance accrue face aux techniques de piratage et d'escroquerie
Société
Côte d'Ivoire : Banques, rappel de faire preuve d'une vigilance...
Côte d'Ivoire il y a 10 heures
 
Côte d'Ivoire : Akouédo, « indignation » de la chefferie pour occupation « illégale » d'une parcelle par l'Etat
Société
Côte d'Ivoire : Akouédo, « indignation » de la chefferie pour occ...
Côte d'Ivoire il y a 10 heures
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Conflit foncier à Grand-Bassam, suite à la condamnation du Roi de Moossou, les populations de Modeste en quête d'opérateurs économiques pour son développement
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
KROPEDALE
la côte d Ivoire étonne vraiment le monde. Quand le locataire devient propriétaire. Lol.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : A ne pas lever les mots d'ordre et ne pas accepter le dialogue, l'opposition risque-t-elle de se marginaliser?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Les habitants de Dabou ont ils profité d'un contexte de tension pour...
 
1942
Oui
74%  
 
566
Non
22%  
 
120
Sans Avis
5%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement