Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Pourquoi le Mrc peine à mobiliser pour les manifestations anti-Biya, comprendre les raisons d'un échec
 

Cameroun : Pourquoi le Mrc peine à mobiliser pour les manifestations anti-Biya, comprendre les raisons d'un échec

 
 
 
 1530 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 23 septembre 2020 - 06:34

 (Ph)


Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) avait appelé à manifester mardi 22 septembre 2020 à travers tout le pays. L’objectif était d’obtenir le départ du pouvoir du président Paul Biya, avait déclaré Maurice Kamto le leader du Mrc. La forte présence policière n’a pas permis aux protestataires de manifester.


 Pour atteindre son objectif, Maurice Kamto, candidat classé second à la dernière élection présidentielle a joué de son influence pour réunir autour de sa cause les partis politiques de l’opposition.


Quelques partis politiques ont accepté de fédérer avec le Mrc pour les manifestations du 22 septembre. Parmi ceux-ci, le CPP de Kah Wallah, le MDI de Djeukam Tchameni, l’offre orange d’Hilaire Kamga, le mouvement Agir de Penda Ekoka ainsi que des activistes de la société civile dont l’avocate pro gay Alice Nkom.


Tous ces partis politiques de l’opposition ne sont ni représentés au parlement, ni dans les conseils municipaux. 

De fait, ces formations n’ont pas d’assise nationale et il est difficile de donner leur véritable poids politique. Elles sont sans envergure et dans la plus parts des cas, n’ont pour membres que leurs présidents et certains membres de leurs familles ou amis.

Les poids lourds de l’opposition ont pris leurs distances avec le Mrc


Le SDF, l’UNDP, le PCRN, le MCNC, l’UDC, le MDR, le FSNC, l’UMS et le MPCN. Tous ces neuf partis politiques sont présents au parlement et contrôlent 44 mairies au total sur les 360 que compte le Cameroun.  

A côté de ceux-ci, il y a l’UPC parti historique camerounais acteur majeur de la lutte pour l’indépendance qui lui aussi a pris ses distances avec le Mrc.


 

Fronde


Au sein de sa formation politique Maurice Kamto fait face à la contestation de ses camarades. C’est le cas de Célestin Djamen le Secrétaire National en charge des droits de l’homme et de la gouvernance du Mrc

Ce membre du directoire national du parti de Kamto, s’est publiquement opposé aux manifestations anti-Biya. 

Paul Eric Kingué directeur de campagne de Maurice Kamto lors de la présidentielle de 2018, s’est depuis désolidarisé de Maurice Kamto. 


Flop retentissant


Maurice Kamto s’est-il cru trop populaire au point d’engager cette manifestation de masse ?

Seuls quelques centaines de manifestants ont répondu présents à l’appel de l’opposition. A Douala, la métropole économique les manifestants ont rapidement été dispersés. Tout comme dans les autres villes de la région de l’Ouest.

A Yaoundé, Maurice Kamto et les autres initiateurs des manifestations n’ont pas été aperçus. Ils étaient absents pour galvaniser leurs partisans.  


Selon le parti, la résidence de l’opposant était encerclée par les forces de l’ordre. 

Le Mrc a annoncé ce matin, des morts, des blessés et des arrestations dans ses rangs. Il s’est également félicité du « succès » national de la manifestation.  


 

Comment peut-on continuer à croire en Kamto qui dit avoir gagné l’élection présidentielle mais ne parvient pas à mobiliser 100 mille personnes dans un pays de 23 millions de citoyens ?

La présence de la police à elle seule peut-elle expliquer l’échec des appels de Maurice Kamto ? Dans tous les pays du monde la police est déployée pour protéger les manifestants et les disperser en cas de débordements comme on a pu le voir au Mali au ailleurs.

Car, aucune police au monde n’est payée pour ouvrir le feu sur son peuple.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-



 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Politique
 
Côte d'Ivoire : Tensions « Adjoukrou-Malinkés » à Dabou, un groupe d'...
 
 
Côte d'Ivoire : Tensions « Adjoukrou-Malinkés »  à Dabou, un groupe d'individus  non identifié entre dans la danse
Politique
 
Côte d'Ivoire : En campagne pour Ouattara à Boukébo, Jean Claude Kouas...
 
 
Côte d'Ivoire : En campagne pour Ouattara à Boukébo, Jean Claude Kouassi invite la population Gblo-Blê à voter à 90%
Côte d'Ivoire : Violence pré-électorale, Okala Yao depuis Bouaké : « comme c'est flou, nous demandons aux ivoiriens de ne pas rentrer dans ça...»
Politique
Côte d'Ivoire : Violence pré-électorale, Okala Yao depuis Bouaké...
Côte d'Ivoire il y a 2 heures
 
Mali : Farabougou assiégé par les terroristes, l'armée de l'air largue des vivres
Politique
Mali : Farabougou assiégé par les terroristes, l'armée de l'air l...
Mali il y a 2 heures
 
Côte d'Ivoire : Élection 2020, l'opposition ivoirienne récuse la dernière mission et la CEDEAO et appelle ses militants à intensifier la désobéissance civile
Politique
Côte d'Ivoire : Élection 2020, l'opposition ivoirienne récuse la...
Côte d'Ivoire il y a 2 heures
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Cameroun : Pourquoi le Mrc peine à mobiliser pour les manifestations anti-Biya, comprendre les raisons d'un échec
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Khanel
Toutes les décisions que prennent les politiciens le sont parce qu'il y a de l'argent en arrière-plan. Raisons purement économiques. Pas parce qu'ils se soucient de nous.
 
 il y a 4 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement