Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   Direction générale des Impôts, satisfaite des négociations avec le patronat, la Fédération sursoit à sa grève des 6,7 et 8 octobre 2020
 

Côte d'Ivoire : Direction générale des Impôts, satisfaite des négociations avec le patronat, la Fédération sursoit à sa grève des 6,7 et 8 octobre 2020

 
 
 
 4819 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 03 octobre 2020 - 18:13

Le Patronnât ivoirien


La grève de la Fédération des syndicats de la Direction générale des impôts initialement prévue les 6, 7 et 8 octobre 2020, n'aura finalement pas lieu. La décision est tombée cet après-midi au cours d'une Assemblée générale extraordinaire qui s'est tenue à Yopougon.


Au sortir de cette rencontre, le Secrétaire général du Syndicat national des agents du fisc (SYNAFISC), Thé Jasmin, le Secrétaire de l'union nationale des agents des impôts, (UNAGICI), Ivan Bohué, Koné Losseni, le Secrétaire des agents libres des impôts de Côte d'Ivoire, (SYLAI) président en exercice de la Fédération et le représentant de la SYNA-DGI ont donné l'information à la presse.


Selon le Président de la Fédération, ce revirement de situation est du au fait que leur hiérarchie a pris en compte certaines de leurs doléances, notamment l'application du profil de carrière.


« Nous souhaitons l'application effective du profil de carrière, parce que nous pensons que si le profil de carrière est appliqué, les agents sont nommés sont avancés, cela peut avoir un impact positif sur les résultats de la DGI, sur les recettes fiscales. C'est parce que le profil n'est pas appliqué convenablement que nous n'arrivons pas à atteindre nos objectifs. Cela fait trois ans que nous avons la même revendication, il y a la démobilisation, la frustration, la déception des agents avec la non application effectif du profil de carrière », a expliqué, Losseni Koné.


Il a affirmé que suite aux différentes négociations, avec le patronat, la Fédération a noté des avancées majeures sur l'application du profil de carrière.


«Trois décisions ont été prises, la mise sur pied d'une Commission portant profil de carrière, la Commission portant création, organisation et fonctionnement des grades, la réorganisation des services de la DGI » a précisé, le Président de la Fédération.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


 

L'application du profil de carrière tient vraiment à cœur aux responsables des syndicat membres de la Fédération.


Bohue Ivan, SG de l'UNAGICI a affirmé que la DGI a mobilisé à la date du 30 septembre 2020 sous réserve de consolidation des résultats, 1740 milliards de FCFA, malgré la COVID-19 et la période pré-électorale, alors que l'année dernière à la même période elle avait mobilisé 1765 milliards de FCFA.


Selon lui, si la question de profil de carrière tient tant à cœur à la Fédération, c'est parce que les syndicats savent qu'ils pouvent aisément dépasser les objectifs qui sont assignés aux agents s'il esr respecté.


«Sortant de l'ENA, à formation égale, grade égale, les traitements dans l'évolution des carrières ne sont pas les mêmes. Il va sans dire que la certification du Trésor est intimement liée au bien être professionnel de ses animateurs et donc si la réciproque est appliquée à la Direction générale des impôts, vous ne serez pas surpris des performances que nous allons atteindre, la Côte d'Ivoire a besoin, du renforcement des recettes fiscales dans ce climat de crise sanitaire et nous voudrions compter sur la Direction générale qui nous a donné des gages quant aux actions menées auprès de la Haute hiérarchie pour que les dysfonctionnements constatés soient réglés d'ici à la fin de l'année », a expliqué, Bohue.


Thé Jasmin, Secrétaire général du SYNAFISC a signifié qu'à cause de la non application du profil de carrière, après 20 ans de service en tant qu'agent des impôts tu vas à la retraite avec le même titre sans atteindre le grade de chef de service.

«Nous demandons aux autorités ivoiriennes de tout mettre en œuvre pour que le profil de carrière soit appliqué. Nous ne sommes pas contents que notre carrière soit hypothéquée » a déclaré, M. Thé.


Satisfait de la prise en compte de cette revendication par le patronat, la Fédération dénonce l'effectif pléthorique des agents des impôts qui a selon lui, doublé sur les deux dernières années.


« Nous souhaitons que le problème d'osmose des agents que nous constatons vers les impôts soit régulé. En moins de deux trois ans, l'effectif a doublé. Aujourd'hui, nous sommes plus de 5400 agents des impôts et la Direction générale à plus agents. Alors qu'au Trésor, la Douane, ce n'est pas le cas, etc. Et les agents viennent tous les jours, » a révélé, M. Koné.


 

Au cours de cette rencontre, ils ont débattu de l'affaire BNI GESTION où des agents des douanes et des impôts, ont souscrit plus, de 3,5 milliards de FCFA qui sont à ce jour, en attente d'être remboursés.


La Fédération s'est également prononcée sur l'opération immobilière Abinan Kouakou Pascal, (AKP) initiée par MADGI qui est arrêtée depuis pratiquement un an et demi. Ainsi que la fin des intérim, des hauts cadres des impôts qui sont assis à la maison, parce qu'on ne veut pas les nommer.


 «Nous avons demandé au ministre et au Président d'accélérer les nominations pour que les collègues qui sont à la maison reprennent le travail et les intérim cessent. Les trois commissions créées montrent déjà qu'il y a une volonté manifeste pour appliquer le profil de carrière, nous pensons que d'ici là fin de l'année nous allons avancer. Des nominations ont été faites, le ministre va également faire ses nominations ainsi que le Président. Nous avons eu l'information que les comptes de BNI GESTION ont été saisis par la MADGI suite à une décision de justice qui condamne, BNI GESTION à rembourser immédiatement l'argent des souscripteurs. Nous souhaitons qu'au plus tard janvier 2021 qu'on rentre dans la phase effective des négociations. L'opération AKP, nous voulons le redémarrage des travaux, nous ne voulons pas la vente des espaces réservés », a mentionné, M. Koné.


La question de l'assurance maladie et de retraite complémentaire qui est un nouveau projet de la MADGI a également été évoquée. Les syndicats ont souhaité qu'une étude approfondie soit faite pour permettre de comprendre aux agents la profitabilité de ce projet.


«Nous avons souhaité que sa mise en œuvre soit différée pour l'année prochaine, le temps qu'on comprenne de quoi il s'agit », a conclu, le Président de la Fédération.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement