Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Nouvel échec des manifestations, l'opposition à la peine  pour faire chuter  Biya du pouvoir
 

Cameroun : Nouvel échec des manifestations, l'opposition à la peine pour faire chuter Biya du pouvoir

 
 
 
 2341 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 07 octobre 2020 - 04:54

 (Ph)

Les manifestations de l’opposition au Mali qui ont abouti au départ d’IBK inspirent certains politiciens camerounais. Après l’échec des manifestations du 22 septembre 2020, une demi-douzaine des partis politiques de l’opposition ont encore appelé à manifester à partir de ce 6 octobre et ceci, tous les mardis jusqu’au départ de Paul Biya du pouvoir.


Ce 6 octobre 2020, l’appel a été moins suivi que le 22 septembre dernier, malgré un faible déploiement sécuritaire.

Ces partis politiques qui appellent à manifester mettent en cause le système électoral et exigent un dialogue inclusif pour la résolution de la crise anglophone qui secoue les deux régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.


Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) chef de file de ces partis protestataires rêve d’un scénario qui a contraint Hosni Moubarak, Ben Ali, Blaise Compaoré, ou encore plus récemment, IBK à partir du pouvoir. Mais au Cameroun, les formations de l’opposition peinent à mobiliser. Les camerounais semblent indifférents et sourds à leurs appels.

Pour ces opposants, Paul Biya 87 ans dont presque 38 à la tête de l’Etat, doit partir du pouvoir.


A la veille des appels à manifester du 22 septembre, les autorités ont interdit toute manifestation, « non autorisée» sur l’ensemble du pays.

Selon l’opposition, plus de 300 personnes ont été arrêtées après les manifestations du 22 septembre. Certains manifestants ont été libérés après enquête. D’autres feront l’objet de poursuites devant les instances compétentes avait souligné René Emmanuel Sadi le ministre de la Communication.


Bilan 


 

A l’heure du bilan du 6 octobre, le député Jean Michel Nintcheu du Social Democratic Front (SDF, poids lourd de l’opposition) a appelé son parti à reprendre le leadership dans la lutte pour le changement.


« Il est temps que nous retrouvions le chemin de la lutte et que nous prenions des initiatives ou nous associons à toutes les initiatives tendant à libérer le peuple camerounais de la dictature de Biya et du système Aujoulat », écrit-il dans une lettre à ses camarades.


Les précédents appels du député Jean Michel Nintcheu sont restés sans suite auprès de la hiérarchie du parti. Il est accusé par une partie de l’opinion de rouler pour le compte du Mrc au détriment du SDF pionnier de la lutte pour l’avènement de la démocratie au Cameroun.  


Soulagé par la faiblesse des mobilisations anti- Biya, le Rdpc au pouvoir ne cache pas sa satisfaction. 

Pour Jacques Fame Ndongo, le secrétaire national à la communication du parti au pouvoir, certains opposants camerounais sont dans les nuages, 


 

 « Une marche dans les nuages de l’imaginaire. (…) Ceux qui ont décidé de vivre dans les nuages de leur imagination fantasque et loufoque viennent d’écrire une nouvelle page de leur manuel virtuel de politique-fiction. Ils appellent le « peuple » à « marcher » dès demain (6 octobre 2020) pour la chute du Chef de l’Etat et son régime (anarchie et chaos) », a écrit le secrétaire à la communication du Rdpc dans une tribune lundi dernier.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement