Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Macron : « La réforme du FCFA met fin à un marqueur très symbolique qui alimentait beaucoup de fantasmes et de critiques »
 

Côte d'Ivoire : Macron : « La réforme du FCFA met fin à un marqueur très symbolique qui alimentait beaucoup de fantasmes et de critiques »

 
 
 
 5557 Vues
 
  5 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 semaine
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 21 novembre 2020 - 11:46

Macron à Paris 


Le président Français est satisfait de ses chantiers avec le continent Africain. Emmanuel Macron en veut pour preuves, la restitution du patrimoine africain. Nous avons fait des gestes très concrets à l’égard du Sénégal, du Bénin ou de Madagascar notamment.


Mais surtout un texte de loi qui, pour la première fois, permet non pas simplement de transférer momentanément une œuvre mais de la restituer, et cela grâce au travail intellectuel, artistique et politique profond demandé à Bénédicte Savoye et Felwine Sarr.


Il cite également, la fin du franc CFA. « Cette réforme importante, conclue par un accord signé lors de mon dernier voyage en Côte d’Ivoire, met fin à un marqueur très symbolique qui alimentait beaucoup de fantasmes et de critiques », soutient Macron qui veut également impulser une nouvelle dynamique dans la relation économique qui unit la France et le continent, à travers la plateforme Digital Africa, mais aussi grâce au sommet des financements pour l’Afrique qu’il annonce en mai prochain, à Paris.


Le sommet France-Afrique devrait se tenir en juillet 2021 à Montpellier et illustrera selon lui, ce changement de méthode.


 

« Nous n’allons pas organiser un sommet classique, en invitant des chefs d’État. Notre objectif est de mettre en avant les personnes qui incarnent le renouvellement générationnel, y compris sur le plan politique. Parce que s’il y a un point difficile, c’est bien le renouvellement démocratique. Certains pays se sont pliés à une alternance régulière, d’autres non.», poursuit-il.


Evoquant le sentiment anti-français se développe au sein des pays francophones, Emmanuel Macron accuse la Russie et la Turquie.


« Pendant des décennies, nous avons entretenu avec l’Afrique une relation très institutionnelle, en passant par les chefs d’État en fonction et par des entreprises bien installées. Ce faisant, le ressentiment a pris une certaine place », relève-t-il et d’accuser. 


« Mais il y a également une stratégie à l’œuvre, menée parfois par des dirigeants africains, mais surtout par des puissances étrangères, comme la Russie ou la Turquie, qui jouent sur le ressentiment post-colonial. Il ne faut pas être naïf sur ce sujet : beaucoup de ceux qui donnent de la voix, qui font des vidéos, qui sont présents dans les médias francophones sont stipendiés par la Russie ou la Turquie. »


 

Pour le président français, entre la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour.


« Notre pays a été présent sur le continent à la fois à travers le commerce triangulaire, des conflits dès le début du XIXe siècle puis des guerres coloniales. Cette histoire est là. Nous en sommes les héritiers. En avons-nous été les acteurs ? Non. Cette histoire a-t-elle été reconnue ? Oui, même s’il y a encore un travail historiographique en cours. Mais nous ne devons pas rester prisonnier de notre passé. Ce serait terrible », affirme M. Macron.


Donatien Kautcha, Abidjan


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  5 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Macron : « La réforme du FCFA met fin à un marqueur très symbolique qui alimentait beaucoup de fantasmes et de critiques »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Babili
Hahaha ? l’Italie a dit très haut ce que les intelligents parmi les negres restés esclaves savent depuis longtemps: la France n’a rien mais ne vit que la l’exploitation des pays africains et voilà le premier responsable français vient nous dire qu’il veut financer l’Afrque ... vraiment c’est ridicule
 
 il y a 1 semaine     
  Veuillez vous connecter pour répondre
KPAKOUE
Oui mais, la France a toujours fait ce semblant de financement des pays africains à travers le CFA. En effet, elle imprime du papier qu'elle prête aux pays membres de la zone franc. Le coût n'est guère que le prix du papier qui a servi à l'impression. Et de cette opération, elle engrange d'énormes bénéfices lui servant de financer son économie. Peuple d'Afrique, ouvrez les yeux !
 
 il y a 1 semaine
SRIKABLA
L'époque coloniale semble être mieux pour les Africains Francophones. "Jésus-Christ" Macron est venu jouer sa comédie en Afrique comme ses prédécesseurs Rois Gaulois. Comment en ce 21eme siècle, des Africains francophones sont toujours des soumis ??>>>
 
 il y a 1 semaine     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Peace101
Rapidement, concernant le FCFA, la réforme est claire en particulier pour les réserves, des pays UEMOA à la Banque de France, qui pourtant étaient rémunérées ce que bien d'ignorants ici ne savent et ne comprennent. De deux, en tant qu'observateur, nous avons à maintes fois expliqué que c'est JAMAIS le nom d'une monnaie (dollar ou euro ou MIR) qui fait la monnaie. C'est la capacité des pays à produire la richesse. C'est tout. Voici ce qui compte. Donc, sans surprise la confrérie des cancres opposants frontistes et autres pseudo panafricanistes et assimilés aboient sans rien comprendre. La grande CIV avec son CFA est aujourd'hui le pays le plus riche par tête devant le Nigéria, SL, Libéria, Ghana et autres... En conclusion, LE DOLLAR N'EST PAS DOLLAR PARCE QU'IL VIENT DES USA. MAIS À CAUSE DE LA CAPACITÉ DE CE PAYS À PRODUIRE DES RICHESSES. Pareil pour le Yuan ou Yen ou Livre. C'est tout... On avance loin des vrais faux débats... Je ne suis qu'un simple observateur de passage...
 
 il y a 1 semaine     
  Veuillez vous connecter pour répondre
KPAKOUE
Des personnes aveugles et sourds qui n'ont jamais rien compris !
 
 il y a 1 semaine
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement