Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Bouaké, en raison de l'insécurité constatée dans leur Lycée, les enseignants arrêtent les cours pour 72 heures
 

Côte d'Ivoire : Bouaké, en raison de l'insécurité constatée dans leur Lycée, les enseignants arrêtent les cours pour 72 heures

 
 
 
 6360 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 02 février 2021 - 18:05

L'entrée du Lycée Moderne 2 de Bouaké (ph KOACI) 





Proviseur du Lycée Moderne 2 de Bouaké depuis le 29 décembre 2011, Yéo Seydou dans un entretien accordé à KOACI ce mardi 02 février 2021, a expliqué les raisons qui ont amené les enseignants de son établissement à marquer un arrêt de cours de 72 heures tout en énumérant quelques difficultés rencontrées.


« Les cours ont été suspendus pour une durée de 72 heures par les enseignants qui se plaignent du climat d'insécurité qui s'exprime par le fait que le jeudi dernier, les élèves se sont opposés à l'arrestation de leur camarade par la police et le lendemain, deux gamins ont perturbé les cours pour des raisons qu'on ignore.


À cet effet, les enseignants ont estimé qu'il y'avait trop de perturbations et cela crée un climat d'insécurité. Pour cela, ils observent un arrêt de cours de 72 heures pour protester contre cette situation d'insécurité et aussi, ils ont souhaité que des mesures idoines soient prises pour garantir leur sécurité.» a expliqué le proviseur du lycée.


 

Soucieux du bien être de ses collaborateurs et de ses "enfants" (élèves Ndlr), le responsable de cet établissement secondaire public, dit entreprendre des démarches pour le bien être des siens qui malheureusement, indiquent se sentir toujours dans l'insécurité. 

« On a affaire à des enfants qui n'ont rien à faire et qui viennent nous perturber. Nous avons saisi les forces régulières à travers la préfecture de police mais avant, nous avons mis en place une petite police interne pour endiguer le phénomène. Il faut dire que les agressions ne se font pas forcément au Lycée. En dehors du Lycée, il y'a un nombre important d'enfants venant d'un quartier précaire qu'on appelle ''Miangabou'' qui font la loi au Lycée ces jours ci.


Ils viennent dans l'enceinte ou en dehors de l'école, agressent les enfants pour prendre leurs petites monnaies. Donc pour cela, les forces viennent souvent patrouiller à l'école pour endiguer le phénomène mais il faut dire qu'il y'a toujours des résidus.» relate le proviseur.


« Les difficultés au Lycée 2 sont nombreuses du fait que le Lycée est construit pour 1000 élèves et qu'on se retrouve à presque 6000 élèves. Le manque de salle de classe, il n'y a plus de salle spécialisée. Nos classes sont surpeuplées. Aussi, nous sommes en double vacation de la 6ème à la 1ère A et les élèves sont autour de 100 voir 125 par classe. La clôture n'existe vraiment pas, le Lycée est poreux, ce qui fait que les gens rentrent de partout pour nous perturber et il en est de même pour les bureaux des professeurs qui sont largement dépassés. Le personnel manque de bureau, les éducateurs sont à 4 voir plus, ce qui ne permet pas certaines écoutes des élèves. Vu la porosité de l'école, les enfants des environs l'ont choisi comme leur lieu de guéguerre. Les affrontements de quartier se sont transposés ici.


Pour cette année, nous accusons un déficit de 9 professeurs (7 professeurs de mathématiques et 2 professeurs de physique chimie). Il y'a des soucis pour palier ce déficit, pour cela, nous avons recruté des jeunes gens qui dispensent ces cours. Pour les autres disciplines ça va (...) L'État essaie de faire ce qu'il peut mais je voudrais lancer un appel aux anciens du Lycée pour qu'ils nous viennent en aide mais au passage, dire merci au ministre Amadou Koné, ministre des transports qui a fait beaucoup et a qui nous demandons encore. Que les parents s'impliquent aussi dans la sécurisation de notre établissement, également dans l'éducation des enfants parce qu'ils y'a des enfants qui tirent leurs amis vers le bas.


Ils appellent leurs camarades des autres établissements à venir perturber les cours quand c'est pas eux-mêmes directement. Sous l'effet de la drogue, ils attaquent les élèves. Je demande aux autorités de s'orienter sur le Lycée Moderne 2 parcequ'il n'a pas connu de réhabilitation encore moins de construction. Nous sollicitons la construction d'une dizaine de salle pour avoir des effectifs acceptable. Aussi, que les forces de sécurité prennent à bras le corps ce problème d'insécurité.» a fait savoir comme doléances, Yéo Seydou.


Pour lui, malgré toutes ces difficultés, son établissement glanerait de bons résultats avec des élèves qui ont envie de travailler. « On doit aider ces élèves consciencieux et les enseignants pour relever ce défi de la qualité de l'école.» a-t-il conclu.


 

T.K.Emile, Bouaké

tkemile@koaci.com






 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Bouaké, en raison de l'insécurité constatée dans leur Lycée, les enseignants arrêtent les cours pour 72 heures
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
aze
Les classes sont surpeuplées !? Et c'est la faute à qui !? Construisez d'autres classes, c'est simple. L'autre qui est mort du covid 19 a 12 épouses et 80 gosses. Abruti...
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
aze
Est ce que vous réfléchissez même. Les enfants qui surchargent les classes là ils viennent d'où !? C'est vous qui les mettez au monde, n'est ce pas !? D'où vient il que vous vous étonnez du surpeuplement !? Et vous n'êtes pas en sécurité !? 72 heures pour rejoindre vos maîtresses, Abruti.
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
aze
J'en ai croisé des jeunes de 30 ans, avec 5 maîtresses, et déjà 15 gosses, à l'intérieur du pays, et ils ne sont pas seul ses serials enfanteurs. Ils doivent être arrêtés.
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement