Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Après l'effondrement d'un immeuble à Cocody, Bruno Koné : « L'Etat ne peut pas faire le contrôle de toutes les constructions »
 

Côte d'Ivoire : Après l'effondrement d'un immeuble à Cocody, Bruno Koné : « L'Etat ne peut pas faire le contrôle de toutes les constructions »

 
 
 
 6617 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 17 mars 2021 - 12:09

Bruno Koné mardi à Abidjan (Ph)


Un effondrement d’immeuble a été constaté le vendredi dernier à Anono dans la commune de Cocody. Le bilan est lourd. Une dizaine de morts et plusieurs blessés à déplorer.


Même si le pays est frappé par un deuil, suite au décès du Premier Ministre, Hamed Bakayoko, ce drame ne passe pas inaperçu et l’opinion veut en savoir plus sur les raisons de ce phénomène devenu récurrent au pays.


Invité par la Chambre de Commerce et d’Industrie Française (CCIFCI), le mardi 16 mars 2021 au siège de l’institution à Biétry, le Ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme, Monsieur Bruno Nabagné Koné a été une nouvelle fois interpellé sur cette question.


 

Il s’est voulu on ne peut plus clair. « Notre rôle à nous, c'est de règlementer le secteur et nous l’avons fait en prenant des textes qui sont suffisamment forts. Les sanctions ont été renforcées, aussi bien sur le plan pécuniaire, qu’en termes de privation de liberté… J’attire l’attention de tous qui construisent des édifices, leur responsabilité est totale quand il y a un incident, leur responsabilité ne peut pas venir après celle de l’Etat, parce que quoi qu’il fasse, l’Etat ne peut pas faire le contrôle de toutes les constructions. Il revient à ceux qui construisent de prendre des dispositions pour que leurs bâtiments soient viables », a-t-il insisté, ont rapporté ses services.


Pour rappel et selon des spécialistes, « Première cause responsable de l’écroulement des immeubles, c’est que les fondations ne sont pas adaptées. La deuxième, les matériaux qui ont été utilisés, notamment le sable, le gravier, le ciment, le fer à béton, ne sont pas toujours conformes aux normes qui existent. Quand l’entreprise chargée de construire le bâtiment n’a pas la compétence requise, cela constitue la troisième cause. ».


Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Après l'effondrement d'un immeuble à Cocody, Bruno Koné : « L'Etat ne peut pas faire le contrôle de toutes les constructions »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
Mr le ministre avec tout le respect que je vous doit l'etat ne peut pas on veut plus entender ca ADO te donne les moyens donc pas de truc comme ca deja dans babi et meme partout faut trouver des mécanisme c'est justement pour ca que ADO compte sur toi alors courage creuse une solution, surveiller les sorti de ciment dans une zone pour associer les elements sur le terrain enfin le ministre c'est toi. bon courage
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Peace101
Okay, donc vous proposez quoi en tant que ministre ? Une chose est sûre y'a des effondrements et morts d'hommes. Pour moi, c'est équivalent à dire, okay, l'état ne peut pas avoir des policiers sur toutes les rues donc nous déclinons les responsabilités pour toutes les victimes dans tous les quartiers. C'est une fuite en avant ça. Une démission de facto. C'est votre rôle. C'est votre job. Si vous êtes à court d'idées alors rendez votre tablier devant votre incompétence pour qu'on avance avec des serviteurs de l'état qui peuvent proposer des solutions. Plus de patrouilles, plus de contrôles, hélico, etc... etc... Soyez créatifs, innovateurs plutôt que de parler de responsabilités entières de tierce personne. C'est la responsabilité entière des braqueurs de banque ou criminels mais on a toujours une police active plutôt que parler de leur responsabilité... Quel minable... Quand y'a un problème on cherche des solutions idoines pour le corriger...
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Khanel
Bien dit.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement