Côte d'Ivoire Environement
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Affaire « immeuble de la mort » à Marcory, les services du Ministre Bruno Koné rassurent et font les clarifications
 

Côte d'Ivoire : Affaire « immeuble de la mort » à Marcory, les services du Ministre Bruno Koné rassurent et font les clarifications

 
 
 
 8069 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 24 juillet 2021 - 14:43

une vue de l'immeuble à Marcory (Ph KOACI)


Depuis quelques jours des images d'un édifice surnommé "immeuble de la mort" en construction dans la commune de Marcory fait le tour des réseaux sociaux.


Une vidéo abondamment diffusée sur les réseaux sociaux, relative à ce bâtiment R+10 en construction à Marcory Résidentiel, a créé la polémique.


À la suite de cette polémique soulevée sur les réseaux sociaux, les services du Ministère de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme (MCLU) ont tenu à apporter les précisions sur cette affaire.


Dans un communiqué dont KOACI a reçu copie, les services du MCLU affirment avoir effectué une visite sur le site, le samedi 17 juillet 2021.


Ainsi, les équipes du MCLU envoyées sur les lieux ont constaté, la construction au stade de l’achèvement de la superstructure, d’un bâtiment R+9, conforme aux prescriptions d'urbanisme de la zone, qui autorisent, depuis plusieurs années, une hauteur maximum équivalente à R+10. 


 

Selon le MCLU, cet immeuble a, dans un premier temps, bénéficié d'un permis de construire R+6 à usage d'habitation, avant d’être rehaussé sans autorisation.


"Conformément à la réglementation en vigueur du Permis de Construire, les travaux de construction de l’immeuble ont été arrêtés par le MCLU et n’ont pu reprendre qu’après une expertise attestant que le bâtiment R+9 en diagnostic a été bâti dans les règles de l’art, le paiement par le maître d’ouvrage de l’amende administrative prévue en pareil cas et l’obtention du permis de construire R+9.", précise le ministère.


Selon le rapport des services du MCLU, les premières vérifications effectuées à l’occasion de la visite du 17 juillet dernier n’indiquent pas de risques d'effondrement de cet immeuble. Toutefois, les agents du MCLU ont instruit le maître d'ouvrage à l'effet d’arrêter les travaux et de produire, dans les meilleurs délais, un rapport d'expertise contradictoire d’un bureau de contrôle de référence relativement à la stabilité de son bâtiment. 


Aussi, les agents du Ministère de la construction affirment que les fissures, vraisemblablement dues aux travaux en cours, ont été relevées au niveau de la clôture, séparant ce bâtiment R+9, d’une parcelle voisine habitée.


"Selon les informations recueillies, les deux parties sont en justice relativement aux nuisances subies par ladite parcelle.", précise le Ministère.


 

Enfin, les services du Ministre Bruno Koné voudraient rassurer l’ensemble des populations qu’ils prennent toutes les dispositions, non seulement pour confirmer la stabilité de cet immeuble, mais également pour mettre fin aux nuisances faites au voisinage.


"Le MCLU s’assurera également que les préjudices subis par les habitations voisines du chantier incriminé soient réparés dans les meilleurs délais. À toute fin utile, le MCLU rappelle que conformément à la réglementation en vigueur, il appartient à celui qui réalise des travaux de construction, de prendre des dispositions techniques pour sécuriser le voisinage et qu’en cas de survenue de dommages, ceux-ci doivent être réparés par le Maître d’ouvrage en faute.", conclut le communiqué du Ministère de la construction, du logement et de l'urbanisme.


Jean Chrésus, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Affaire « immeuble de la mort » à Marcory, les services du Ministre Bruno Koné rassurent et font les clarifications
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
Les appareils de contrôle dans notre pays sont des "pot-de-vin"(corruption)....
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement