Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Guéguerre Gbagbo et Affi, et si certains évènements avaient dejà guidé le choix de Simone?
 

Côte d'Ivoire : Guéguerre Gbagbo et Affi, et si certains évènements avaient dejà guidé le choix de Simone?

 
 
 
 13870 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 11 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 27 août 2021 - 15:34

« Simone, je sais que ces derniers temps, tu es en pleine réflexion à cause de la situation que le président Gbagbo a créé. Mais c'est une situation qui nous oblige à réfléchir, mais sache que ta place est au Fpi. Tu es l'une des militantes de première heure, tu es fondatrice du Fpi , ce parti existe, tu ne peux pas l'abandonner. Il faut que nous trouvions des solutions pour rester et poursuivre ensemble le combat pour la liberté et la démocratie ainsi que la renaissance de la Côte d'Ivoire. », lançait Pascal Affi N’Guessan à l’endroit de l’ex-Première Dame.


Un appel qui a suscité de l’espoir chez les partisans de l’ancien Premier Ministre et semer le doute dans le camp de certains proches de Laurent Gbagbo.


Mais après analyse de la situation, il serait difficile pour la native de Moossou (Grand-Bassam), de rejoindre celui qui se fait appeler le lion du Moronou (Bongouanou) et ce malgré ses problèmes conjugaux avec le père de ses jumelles.





Mais après analyse de la situation, il serait difficile pour la native de Moossou (Grand-Bassam), de rejoindre celui qui se fait appeler le lion du Moronou (Bongouanou) et ce malgré ses problèmes conjugaux avec le père de ses jumelles.


Relations difficiles Affi- Simone (2000-2010)


Plusieurs raisons fondent notre position. Bien vrai que l’ex-députée d’Abobo-Gare ne s’est pas opposée à la désignation d’Affi N’Guessan comme président du Front Populaire Ivoirien (FPI), après l’accession de son désormais ex-époux au pouvoir en 2000, ce n’est un secret pour personne au sein de la Refondation, que cette dernière et le député  ont des idéologies politiques différentes. 


Tout part des Accords de la table ronde de Linas Marcoussis en 2003, quand Affi invité en tant que Président du FPI, a paraphé le document où le Fondateur de Lider a refusé de signer. Ce qui avait valu  une côte de popularité à l’ex-chef du parlement ivoirien au sein des proches de Gbagbo, quand le locataire de la Primature était voué aux gémonies. Qui ne se souvient pas de cette rumeur jamais démentie et faisant cas de la paire gifle qu’aurait administrée Simone Gbagbo à Affi N’Guessan, à la résidence présidentielle à son retour de France ?

L’autorité d’Affi en tant que président du FPI...


Évincé du gouvernement et ayant refusé un poste de souveraineté, Affi N’Guessan avait décidé de se consacrer à la vie du parti. Mais, en vérité son autorité était toujours bafouée par l’ex-première Dame et son camarade Mamadou Koulibaly. Dieu seul sait combien de fois, les deux pontes du régime d’alors, ont pris part au secrétariat hebdomadaire du parti sous la présidence d’Affi N’Guessan.

En interne, la gestion du parti par ce dernier était décriée par l’entourage de Laurent Gbagbo. Les 800 millions de FCFA octroyés aux partis politiques étaient gérés par l’actuel député et son clan dont la plupart des membres étaient issus de sa région, scandaient ses détracteurs. 


Création du CNRD par Simone et autres...


Pour le contourner, Simone Gbagbo et le doyen feu, Bernard Blin Dadié, avaient mis sur pied, le Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD), qui faisait d’ailleurs d’ombrage au FPI dirigé par Affi, dont le siège se trouvait se trouvait à Cocody, non loin de la cité des Arts.


Ils avaient ainsi mis à l’écart le président du FPI et créé un nouvel instrument de lutte politique contre la France qu’ils combattaient à l’époque, et surtout pour s’assurer également d’une victoire aux élections de 2010.

Laurent Gbagbo lui-même accordait plus de crédit plus au CNRD, quant à la qualité des  personnalités qui composait ce mouvement patriotique, au détriment du FPI qu’il avait fondé dans la clandestiné avec ses camarades dont Simone en 1982. Ce n’est pas l’accolade entre Affi et Simone lors d’une fête de la liberté à Yopougon qui aurait fait baisser la tension entre les deux.


 

Élections Présidentielles de 2010


A l’approche des élections et contre toute attente, Gbagbo choisit de porter les couleurs de La Majorité Présidentielle (LMP) au détriment de son parti qui l’avait pourtant porté au pouvoir en 2010. 

Certains observateurs avaient conclu qu’il ne pouvait endosser le manteau de cet actuel FPI s’il voulait se succéder à lui-même. Que n’avons-nous pas entendus sur les refondateurs à cette époque ? 


Le candidat ira plus loin en désignant Issa Malick Coulibaly comme Directeur de Campagne et Pascal Affi N’Guessan porte-parole. L’ex-Maire de Bongouanou, en homme politique avertit avait tout compris. Une chose qui avait été ressentie douloureusement par ses proches, du côté des deux Plateaux-Vallons à Cocody, où se trouvait le bureau de l’argentier du président du FPI. Pour le reste, vous connaissez la suite des évènements ...


Le FPI d’Affi sans Simone dans le Comité Central


Pour revenir à la relation entre Simone et Affi, après la chute du pouvoir en avril 2011, bien vrai qu’il avait été refoulé par les partisans du pouvoir, lors d’une visite à Odienné où était détenue l’ex épouse de M. Gbagbo, le président du FPI n’a pu, que se contenter d’une rencontre en catimini à Abidjan, depuis la sortie de prison de cette dernière à l’occasion de la loi d’amnistie en août 2018.


Pour tout dire, malgré que beaucoup d’eaux aient coulé sous le pont en faisant allusion à la crise post-électorale, les relations entre les deux personnalités étaient toujours exacerbées.


Pour ceux qui sont encore amnésiques et qui rêvent du deux contre Laurent Gbagbo, il faut leur rappeler que, c’est le congrès de Mama de 2014, d’où est partie la crise au sein du FPI, et celui tenu en 2018 dans son village natal de Moossou, qui ont confirmé Simone Gbagbo, au poste de première vice-présidente du parti. Et pourtant Affi avait contesté juridiquement ces conclaves. Assoa Adou, Dano Djédjé et Justin Koua se sont retrouvés derrière les barreaux à la suite de ces congrès.

 Pour rappel, Simone Gbagbo ne figurait pas dans son bureau depuis la crise au FPI. D’où vient alors le sens de son appel aujourd’hui ? Difficile de comprendre...


Le poids du FPI actuel sans Laurent Gbagbo


Pour évoquer le poids du FPI actuel sans Laurent Gbagbo, à moins de la mauvaise foi des uns, ce parti ne représente plus rien sur l’échiquier national. Les dernières élections législatives l’ont démontré. Il n’a aucun groupe parlementaire, faute du nombre de députés requis.  Seulement deux élus sur tout le territoire national.

Le grand défi qui se pose désormais à Affi s’est de sortir son FPI de sa région du Moronou pour en faire un partie

national. Mais en a-t-il les hommes capables sur le terrain ? Car un parti politique ne peut démontrer sa force que seulement sur le terrain et lors des élections et non dans les médias nationaux et internationaux, parce qu’ils, vous accordent une lucarne pour ruminer votre colère contre un homme, qu’ils n’ont d’ailleurs jamais caressé dans le sens du poil pour ses opinions.


Simone Gbagbo pourrait-elle s’allier à un homme avec lequel, elle n’a jamais partagé la même conviction politique au sein de la refondation juste pour régler ses comptes ? Que fait-elle alors de son combat politique, défendu toute une vie qui lui a même valu le surnom de Dame de fer ? Cette combattante qui ne recule devant rien, peut-être elle sous les ordres d’Affi qualifié par ses détracteurs de « traite » et de « Poltron » ? Des questions pourraient trouver des réponses dans les proches jours, confie un proche de l’ex-première Dame.


Simone Gbagbo au Comité Central convoqué par Gbagbo


Pour ce qui nous a été donné de voir, pour l’heure, nous pouvons affirmer qu’il serait difficile de voir Simone s’allier à Affi contre son désormais ex-époux.


Elle en a d’ailleurs donné une première preuve, en répondant à l’appel de Laurent Gbagbo au comité central du 09 août dernier au Palais de la Culture de Treichville, d’où la question de la création d’un nouveau parti a été évoquée par ce dernier et eu un avis favorable de tout le Comité Central, dont Simone , est d’ailleurs membre.


 

L’avenir politique de Simone


 Si en politique toute surprise ne peut être écartée, Simone se rallier à Affi pour affronter Gbagbo demeure à ce jour peu probable.


, Dans le cas contraire, ce métier (Ndlr politique) aura alors respecté toute la forme des règles qu’il s’est établit.

Entre temps, Simone Ehivet Gbagbo, pourrait  prendre  son propre chemin en créant son propre parti, ce qui ne saurait être sans conséquences pour son avenir politique en Côte d’Ivoire. 


L’opinion sera située d’ici, le 1er, 2 et 3 octobre prochain, sur la position de la « Dame de Fer » dans le bras de fer Gbagbo-Affi, date du congrès de la création du nouveau parti, à moins d’un changement de calendrier.


Donatien Kautcha, Abidjan 









 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Guéguerre Gbagbo et Affi, et si certains évènements avaient dejà guidé le choix de Simone?
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Babili
Affi n’a rien dans la tête pour faire quoi que ce soit il n’est guidé que par l’amour de sa faire une place sous le soleil traîné par le grand satan-imposteur ouatara dont il fait le jeu.Mais ce faisant il méconnaît considérablement ouatara qui lui ne connaît que lui même et sa petite famille. Ouatara ne fera jamais un simple premier ministre par exemple; il se joue seulement de lui parceque le FPI a déjà fait lui un homme important. Quand il sera déchu ou son FPI legal sera vidé de son sens, et le nom FPI complètement mort ou disparu, ce que ouatara voulait( et il l’a eu)alors Affi disparaîtra politiquement également. En cas la création d’un nouveau parti bien que douleureux( un grand parti FPI meurt) donc bien que douloureux est une bonne chose; car ce parti sera le seul parti d’opposition sans double directions; aspect que l’imposteur ouatara a su imposer à tous les partis en Côte d’Ivoire; c’est à dire que ouatara est un poltron qui n’ose pas affronter ses réels opposants mais par le pouvoir de l’argent et d’une justice a ses ordres, il crée des petits comédiens perturbateurs à ses opposants qui jouent la comédie d’opposants comme les affamés KKB, Adjoumani, Ahoussou que j’appelle souvent la bande à Adjoumani against PDCI, Affi against FPI, les petits nouveaux agitateurs libérés de la prison du camp Soro...
 
 il y a 11 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter