Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Libertés publiques, les associations liées à l'étranger ciblées par le pouvoir
 

Cameroun : Libertés publiques, les associations liées à l'étranger ciblées par le pouvoir

 
 
 
 1990 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 30 août 2021 - 10:24

Paul Atànga Nji ministre de l'administration territoriale (Ph)


Au Cameroun, les associations liées à l'étranger disposent d'un mois pour se conformer à la réglementation en vigueur.


Le ministre de l'Administration territoriale (Minat, équivalent du ministère de l'intérieur), donne un délai d'un mois aux promoteurs et représentants d'associations liées à l'étranger exerçant au Cameroun.


Le Minat rappelle la longue liste de pièces officielles à fournir par les promoteurs et représentants d'associations liées à l'étranger et exerçant au Cameroun.


"Passé ce délai, toute association n'ayant pas fourni les pièces nécessaires sera suspendue d'activités sur le territoire national ", précise Paul Atanga Nji.


 Tensions


 

Cette menace de suspension des associations liées à l'étranger intervient dans un contexte de tensions avec de nombreuses ONG occidentales spécialisées dans la défense des droits de l'homme.


Les autorités camerounaises estiment que de nombreux financements et soutiens des combattants sécessionnistes passent les ONG et associations des droits de l'homme.


Le 3 août dernier Médecins sans frontière (MSF) qui est accusé de soutenir les sécessionnistes au nom du droit humanitaire a plié bagage dans la région du nord-ouest après huit mois de suspension d'activités.

 

Les autorités camerounaises ont accusé l'Ong de collaborer avec les séparatistes et de soigner les blessés ambazoniens au nom du droit international humanitaire (DIH).


Des armes et munitions avaient été découvertes dans des ambulances de MSF avaient indiqué les autorités.


Dans le même temps, Hrw et Amnesty International dont les rapports sont critiques aussi bien à l'endroit des Forces de Défense et de sécurité que des sécessionnistes, font régulièrement l'objet d'accusations des autorités camerounaises. Les autorités camerounaises accusent ces ONG de proximité avec les séparatistes.


 

Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun.


-joindre la rédaction camerounaise de Koaci au (237) 691 154 277 ou Cameroun@koaci.com.



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Cameroun : Libertés publiques, les associations liées à l'étranger ciblées par le pouvoir
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Babili
Oui, les États africains doivent vraiment prendre au sérieux les activités des organisations terroristes qui se cachent souvent couvert de défenseurs de droits de l’homme: médecins sans frontières, Amnesty international... sont des organisations terroristes. Les États africains respectueux doivent aussi réglementer une autre activité qui est très novice celle des réseaux sociaux comme tweeter surtout et dans une certaine mesure Facebook. Bravo au Cameroun de Biya( mais Biya tu dois pas attendre que ce soit la mort qui te fasse quitter le pouvoir, il faut vivre et voir faire quelqu’un d’autre, bon passons pas sujet du jour). Donc disais bravo pour ce rappel à l’ordre à ses organisations terroristes et impérialistes mais il faut aussi penser à réglementer tweeter.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Babili
*** nocive***
 
 il y a 1 mois
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Tout en sachant qu'il ne le peut pas en raison de sa condamnation, Gbagbo annonce qu'il pourrait être candidat en 2025 pour faire pression?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Gbagbo crée son parti et se hisse à la tête, un rendez vous raté pour...
 
2351
Oui
48%  
 
2458
Non
50%  
 
125
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement