Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Crise dans le V baoulé, restructuration du RHDP, chantiers en cours, Amedé Kouakou répond à nos questions
 

Côte d'Ivoire : Crise dans le V baoulé, restructuration du RHDP, chantiers en cours, Amedé Kouakou répond à nos questions

 
 
 
 5097 Vues
 
  4 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 14 octobre 2021 - 07:30

Amedé Kouakou mercredi à Abidjan (ph KOACI)



Parmi les figures de cette « nouvelle génération », le Ministre des infrastructures économiques Amedé Kouakou se place comme un pion essentiel et singulier sur l’échiquier politique ivoirien. Aussi discret que dévoué, travailleur réputé, ce baoulé « didaïsé » a accepté de répondre à nos interrogations. Des chantiers en cours à la réalité du jeu politique local post présidentiel de 2020, insistant à moult reprises sur les bienfaits de la Paix et la vision progressive du Président Ouattara, victime des violences survenues dans le V baoulé en 2020 (un de ses frères tués par des manifestants anti-RHDP, ndlr) l’élu incontournable de Divo, ingénieur de formation et symbole des réalisations de l’ère Ouattara, s’est ouvert à la rédaction de KOACI.COM.

 

KOACI : A quoi répondent vos dernières actions dans la ville de Divo et surtout où en sommes nous avec l’état d’avancement des travaux de réhabilitations de la voirie entrepris ?

 

Amedé Kouakou : J’ai été élu maire de la commune de Divo depuis 2013, c’était une ville anciennement dirigée par les cadres du FPI, la ville était complétement sinistrée, y’avait aucune voierie, les poubelles n’étaient pas ramassée, la ville était dans un état de délabrement très avancé. Quand j’ai été élu j’ai trouvé une énorme dette de 500 millions de Fcfa alors que le budget de la mairie tournait autour de 400 millions. Sur le budget 2021 progressivement nous l'avons fait évoluer aujourd’hui à 1,2 milliards, pour 2022 nous pensons passer à 1,5 milliards. L’évolution est nette. Pour l’amélioration des conditions de vie des populations, nous avons entrepris de nettoyer la ville, de construire des centres de santé, des écoles primaires et maternelles, comme selon les prérogatives d’un maire. On est désormais à moins de 60 élèves par classes contre plus de 120 avant les constructions.


Lorsque vous sortez d’Abidjan et que vous arrivez au carrefour pour aller à Divo, Gagnoa, vous avez presque la moitié du trafic routier qui va vers l’ouest, c’est le plus court chemin pour y aller, il a plu au président de la République de réhabiliter la route qui va de l’autoroute du nord en passant par Tiassalé, Divo, Lakota et Gagnoa. Dans la vision du président, il faut développer les villes secondaires. La voierie améliore les conditions de vie et c’est dans cette dynamique que celle de Divo est entrain d’être faite.

Lorsque vous regardez l’autoroute du nord le Président avec le PM Amadou Gon Coulibaly, paix à son âme, avait souhaité qu’à chaque fois qu’on traverse les capitales régionales, qu’on le fasse en deux fois deux voies. On l’a fait à Khorogo, à Katiola, à Niakara, à Ferké, à Agboville, à Daloa et sous peu Divo.


KOACI : Comment se fait désormais la cohabitation politique entre le RHDP et les autres partis de la Région ?


Amedé Kouakou : Dans notre région du Lôh-Djiboua nous (RHDP, ndlr) n’avons pas de problème avec les autres partis politiques. Divo était une ville crainte par un grand nombre mais vous avez constaté que les élections présidentielles, hormis quelques petits incidents avant le scrutin, se sont passées calmement à l’image des législatives qui ont suivi. Cela s’explique par le fait de relations de fraternité entre les cadres de la région autour de l’idée du développement qui transgresse les clivages politiques. Sur ce sujet nous sommes tous d’accords, cette emphase aide à instaurer un climat de paix entre nous. Le Lôh-Djiboua était une région FPI, désormais sur les neuf élus, sept sont RHDP, 2 sont FPI 2, les mentalités ont évolué, les nombreuses actions menées par le président Ouattara en matière d’accès à l’eau potable, à l’école, à l’électricité, à la santé, en voierie, sont, en partie, l’une des raisons de ce basculement. Même nos adversaires reconnaissent les bienfaits de la politique menée par Alassane Ouattara.


KOACI : Pour levier de Développement de la Région du Centre, vous avez mis sur pied l'Association des Cadres ressortissants du Centre pour le Développement (ACCD RHDP) perçue par certains comme un positionnement de votre part pour une place de leader dans la région, est-ce le cas ?


 

Amedé Kouakou : Nous sommes en politique, vrai que je suis baoulé mais je suis originaire de l’Ouest, suis né à Divo, j’y ai grandi, aujourd’hui j’y suis le maire, le député, mais quand même je parle baoulé. Quand les présidents Ouattara et Bédié ont décidé de mettre en place le RHDP, à un moment donné, le président Bédié a décidé de ne plus continuer la marche et nous avons observé que dans la région du V baoulé, lors des municipales et régionales le RHDP n’avait pas gagné grand-chose dans cette région centre, c’est pour cette raison qu’un certain nombre de cadres du centre et de l’ouest, comme moi, se sont mis ensemble pour expliquer que le président Ouattara, alors président du RDR, est venu au RHDP, le président Bédié, alors président du PDCI, n’est, lui, pas venu au RHDP mais on sait que 90% des baoulés sont PDCI. Il nous fallait trouver un moyen pour aller chercher un certain nombre de cadres baoulés pour les ramener au RHDP. C’est pour ça que nous avons créé l’ACCD RHDP. Si vous regardez, cette dynamique n’a pas pour finalité de mettre quelqu’un en avant, nous avons eu l’idée, nos frères nous ont fait confiance à travers une élection pour nous porter à la tête. Ce n’est donc pas un positionnement personnel. Le combat que nous menons est celui du RHDP, c’est pour cette raison que l’ l’ACCD RHDP est une association du RHDP, seul parti qui incarne la vision d’Houphouet Boigny dont le digne successeur est, au regard de ce qu’il réalise depuis son arrivée au pouvoir, Alassane Ouattara. C’est ce message de filiation et de vision commune entre les deux hommes, que nous véhiculons auprès de nos parents pour qu’ils ne fassent pas fausse route.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


KOACI : Certains de vos détracteurs n’ont pas manqué de vous accuser d’être derrière la sortie de Brice Kouassi contre Jeannot Ahoussou.


Amedé Kouakou : Moi je suis baoulé certe mais du Lôh-Djiboua, le président Ahoussou et le ministre Kouassi sont tous deux de Didiévi, il peut y avoir des querelles internes, mais notre rôle est de faire en sorte d’éviter que de l’huile sur le feu soit mise. Brice Kouassi a sans nul doute été frappé de frustrations que nous ignorions, fort heureusement aujourd’hui nous avons réussi à réconcilier les deux positions, la situation est beaucoup plus calme. Au-delà de cela, ce qu’il faut comprendre c’est que ce ne soit pas des problèmes de personnes que nous ayons à régler, nous avons vu à l’occasion de la présidentielle de 2020, tout ce qui s’est passé dans le V baoulé. Le baoulé est un homme de paix, qui n’aime pas la guerre, mais on a pas compris ce qui s’est passé. Les gens ont amené les baoulé à prendre les armes, c’est une situation regrettable, je pense que nous devons nous focaliser sur la question de savoir quel est le message que nous devons passer tous ensemble. Le Ministre Brice Kouassi, le Président Ahoussou Jeannot et l’ensemble des autres cadres du centre et de la périphérie, comme moi, comment est-ce qu’on peut travailler ensemble pour que nos parents comprennent que le RHDP, seul parti à avoir des élus dans toutes les régions, c’est ce qu’il faut pour la Côte d’Ivoire. C’est ce parti qui fait la cohésion, la synthèse de l’ensemble des ivoiriens. Il faut donc laisser ces petites querelles pour nous tourner beaucoup plus vers nos parents pour porter le message de paix du Président de la République à travers sa vision qu’est le RHDP.


KOACI : Le Président Alassane Ouattara a décidé de restructurer le RHDP, pensez-vous que cela résulte des actions menées dans les zones du centre lors de la présidentielle d’octobre 2020 ?


Amedé Kouakou : On est toujours dans le sens de l’amélioration des actions que nous menons avec une volonté de s’approcher le plus possible de la perfection. L’AG du RHDP c’était en 2018, le parti a été mis en place en 2019, entre temps ont avait déjà organisé des élections, les municipales et régionales. Après la mise en place du parti, nous sommes tombés dans la préparation de la présidentielle de 2020. Après en mars 2021 on a encore fait des élections. Quand on regarde le RHDP, c’est un parti crée certes, mais émaillé d’élections. Malgré cela nous avons gagné toutes ces élections. Désormais la situation est beaucoup plus calme, le Président Alassne Ouattara a donc raison de nous inviter à nous assoir pour regarder ensemble pour restructurer le parti en nous appuyant sur les acquis tout en corrigeant les erreurs. Je pense que c’est ce qui sera fait, en ce sens, je salue cette vision car pour nous à ce jour, le RHDP demeure le plus grand parti du Pays. Dans la vie rien n’est figé, tout est dynamique, tout bouge, c’est donc une très bonne chose de vouloir restructurer le parti pour apporter du sang nouveau, pour donner une vision encore plus claire dans les différentes actions qui seront menées, maintenant que nous sommes sortis des élections, pour les dix prochaines années car la vision du Président va pour 2030 et au-delà.


 

KOACI : Au sujet des activités de votre Ministère, peut-on faire aujourd’hui le point de tous les travaux des infrastructures dans le pays ? A quand l’achèvement desdits travaux surtout du quatrième pont ?


Amedé Kouakou : A ce jour nous sommes à 7500 Km linéaires, d’ici 2023 nous passerons à 9500km, en 2011, nous étions à 6500, vous constatez le bond qualitatif. A Abidjan jusqu’en 2014 nous n’avions que deux ponts, sous peu nous en aurons cinq. Le 3e pont qui est terminé, le 4e pont qui sera terminé d’ici un an maximum et le pont de Cocody qui sera terminé en aout 2022. C’est vrai que sur le 4e pont nous avons été contraints à des modifications en raison de l’ajout d’une voie pour le bus rapide. Il a fallu réadapter le projet à certains endroits, notamment du côté Adjamé alors que les marchés étaient déjà passés. Le bus rapide est financé par la banque mondiale, le 4e pont par la BAD, le temps que les deux s’accordent a, de fait, créé un retard.

L’année prochaine, plusieurs échangeurs sur le boulevard Mitterrand sortiront de terre, école de police, riviera 3, palmeraie, en bas du camp d’akouedo pour la Y 24, à Faya, à Abatta. Ca aidera à fluidifier le trafic dans cette zone prisée de la classe moyenne.

Est également prévue une autoroute périphérique pour contourner Bingerville pour permettre à tous ceux qui vont habiter à Ebrah et Eloka de pouvoir sortir de la zone sans traverser la voie principale de Bingerville.

C’est une vision globale, la vision d’Alassane Ouattara est de développer les routes secondaires. Les villes comme Dabou, Songon, Agboville, Adzopé, Bassam, toutes ces villes qui sont autour d’Abidjan font l’objet d’investissements importants pour que les populations y vivent mieux et puissent se déplacer plus facilement vers Abidjan.

 

KOACI : Un dernier mot


Amedé Kouakou : Je voulais remercier KOACI.COM pour cette initiative d'interview. Notre Pays a besoin de paix, on a besoin de nous développer, un investisseur n’ira jamais dans un Pays où règne le désordre, c’est pour cela que le président Ouattara insiste sur la Paix. Le mot que je peux dire aux ivoiriens est que nous devons éléver notre pays, les investisseurs vont facilement au Ghana, au Sénégal, faudrait que nous puissions rassurer les investisseurs. On a un seul pays qu’est la Côte d’Ivoire, nous devons donc aimer notre pays. Je pense que c’est la vision d’Alassane Ouattara. Nous voulons donc rentrer dans sa vision pour attirer les investisseurs car nos enfants vont à l’école mais tout le monde ne peut pas rentrer à la fonction publique. Lorsque le pays n’est pas stable, lorsque les investisseurs n’ont pas une vision à long terme, ils ne peuvent pas venir investir pour construire des usines, développer des industries, des services, or c’est tout ça qui crée de l’emploi. Croyons donc tous en notre Pays et regardons dans la vision du Président Ouattara.

 

 

La rédaction de KOACI



PS : Les questions n'ont pas été transmises au préalable à l'interviewé

 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  4 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Crise dans le V baoulé, restructuration du RHDP, chantiers en cours, Amedé Kouakou répond à nos questions
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
k
Très intéressant, merci pour cette initiative, le grand public le connait peu à vrai dire. C'est un bosseur et un homme de terrain qui a sans nul doute pas de temps pour se produire, faute de mieux, comme d'autres.
 
 il y a 2 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
couly
Intéressant, lui il est brillant déja ça aide et c'est vrai qu'en tant que baoulé de divo il a une position particulière qui revet d'une haute importance politique. Merci de nous avoir éclairé sur Ahoussou et de nous avoir appris que le palabre n'était que passager. Merci aussi pour les infos sur le 4e pont, je ne savais pas que le retard était du à des modifications pour le bus rapide. Koaci devrait faire plus d'interview.
 
 il y a 2 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
fmk
Tu le lis et tu comprends qu'il est imprégné du schéma directeur d'ADO. Pas étonnant qu'il avance. Il vient du privé, c'est un type qui a bossé avant de devenir ministre. Un exemple de réussite à suivre pour la jeunesse.
 
 il y a 2 semaines     
  Veuillez vous connecter pour répondre
KPAKOUE
C'est crise du RHDP dans le V Baoulé ou crise dans le V Baoulé ?
 
 il y a 1 semaine     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après son refus d’intégrer le PPA-CI, Simone Gbagbo n’a d’autre solution que de créer son parti ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Tout en sachant qu'il ne le peut pas en raison de sa condamnation, Gb...
 
4373
Oui
60%  
 
2843
Non
39%  
 
115
Sans Avis
2%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement