Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Face à la situation sécuritaire dégradante, l'opposition hausse le ton
 

Burkina Faso : Face à la situation sécuritaire dégradante, l'opposition hausse le ton

 
 
 
 2311 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 10 novembre 2021 - 06:06

Les présidents des partis politiques membres de l'opposition lors de la conférence de presse (ph)



Le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, Eddie Komboïgo a animé une conférence de presse, au cours de laquelle il a réclamé des mesures urgentes face à la situation sécuritaire dégradante. 


Selon M. Komboïgo, "le Burkina Faso n’a jamais été aussi malade que sous le régime du président Roch Marc Christian Kaboré. Aujourd’hui après sept années d’une gouvernance scabreuse et sans vision, même l’espoir suscité par les mouvements insurrectionnels des 30 et 31 octobre 2014 s’est profondément évanoui, laissant tous les acteurs de cette lutte dans une amère désillusion, le regret et le désespoir". 


"Avec la gouvernance actuelle du Président Roch Marc Christian Kaboré, notre pays s’est gravement englué dans une crise profonde, dans tous les secteurs de la vie nationale, sans la moindre lueur d'espoir", a-t-il indiqué. 


"Plus de la moitié des Burkinabè est plongé dans une insécurité alimentaire, avec à l’horizon, le spectre de la famine consécutive aux déficits céréaliers", a dépeint M. Komboïgo qui a également cité la persistance de la vie chère sans aucune mesure sérieuse d’accompagnement prise par le gouvernement, le pillage de nos ressources minières et naturelles et une gouvernance catastrophique caractérisée par la recrudescence des crimes économiques, une fraude à ciel ouvert dans plusieurs secteurs d’activité et une corruption généralisée du régime sans pareil dans l’histoire de notre pays"


 

Pour l'opposition, "le triste sort de notre nation est devenu davantage préoccupant avec la forte dégradation de la situation sécuritaire". 


"L’absence de réaction forte, appropriée et énergique de celui qui a la responsabilité d’assurer la protection de la vie, de l’intégrité physique et territoriale, conformément à la Constitution a plongé notre pays dans des abimes insondables ; l’abandonnant ainsi à l’hydre terroriste", a estimé Eddie Komboïgo


Selon l'opposition, le tableau du bilan est effroyable avec plus de 2000 morts, près de deux millions de déplacés internes végétant dans la faim, la maladie, les intempéries et les attaques terroristes et plus de 2500 écoles fermées, mettant plus de 400 000 élèves dans la rue. 


Plusieurs axes routiers sous contrôles malheureusement de groupes armés et plusieurs communes entièrement vidées de leurs populations avec des familles dispersées. 


"Si en 2015, à son accession au pouvoir, le MPP et le Président Roch Marc Christian Kaboré ont hérité d’un territoire de 274 200 kilomètres carrés, force est de constater que le régime a perdu le contrôle de presque deux tiers de cette superficie, trahissant ainsi, le serment prêté par le Président du Faso, de préserver l’intégrité territoriale du Burkina Faso et d’assurer l’intégrité physique des populations", a regretté Eddie Komboïgo.


 

C’est pourquoi, a-t-il expliqué, "l’opposition politique voudrait solennellement face à la dégradation continue de la situation sécuritaire, alimentaire et économique dans notre pays exiger : la prise de mesures urgentes, adéquates et vérifiables contre la vie chère et pour l’acquisition de vivres sur le marché international pour parer à la famine qui s’annonce à grand pas". 


"Si dans un délai d’un mois, rien de sérieux et de concret n’est entrepris pour maitriser la situation sécuritaire, l’opposition politique en concertation avec des organisations soucieuses de l’avenir de la nation, appellera à des manifestations fortes pour exiger purement et simplement la démission immédiate du Chef de l’Etat et de son gouvernement", a menace le chef de file de l’opposition politique. 



Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Trafic de drogue, le pays doit il être plus vigilant sur les profils des étrangers qui s'installent ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Bouaké 2023, Béma Fofana peut il rivaliser avec Amadou Koné...
 
1343
Oui
28%  
 
3276
Non
69%  
 
116
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Burkina Faso : Face à la situation sécuritaire dégradante, l'opposition hausse le ton
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Justice Et Paix
associez-vous plutôt pour demander le retrait pur et simple de l'armée Française. Car quelque soit celui qui le succédera, les terroristes resteront toujours plus fort que votre armée tant que la France est présente. . . en réalité les vrais terroristes sont ces forces Françaises.
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter