Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   Initiative Cacao et forêts, 19 421 hectares de forêts perdus dans les régions productrices de Cacao, les fabricants de chocolats invités à cesser les vaines promesses
 

Côte d'Ivoire : Initiative Cacao et forêts, 19 421 hectares de forêts perdus dans les régions productrices de Cacao, les fabricants de chocolats invités à cesser les vaines promesses

 
 
 
 2391 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 février 2022 - 09:29

Glenn Hurowitz




Plus de quatre ans après le lancement très médiatisé de l'Initiative Cacao et Forêts (ICF), un rapport révèle que les principaux pays africains producteurs de cacao sont toujours confrontés à la destruction de vastes zones forestières au profit des plantations de cacao.


Ce rapport réalisé par Mighty Earth, une organisation mondiale de plaidoyer qui œuvre pour la défense d'une planète vivante, intitulé, «Petites douceurs : Le secteur du chocolat n'a pas tenu sa promesse de mettre fin à la déforestation dans ses chaînes d'approvisionnement en cacao », affirme que, même après la publication des plans de mise en œuvre par le secteur, la Côte d'Ivoire a perdu 19 421 hectares de forêts au sein des régions productrices de cacao et le Ghana 39 497 hectares.


« Ce rapport dévoile une dimension peu ragoûtante du secteur du cacao et montre qu'il est urgent de rompre le lien unissant les produits chocolatés à la déforestation », a déclaré Glenn Hurowitz, Directeur général de Mighty Earth.


Selon lui, les fabricants de chocolat tels que Nestlé, Hershey's, Mondelēz et Mars doivent cesser de faire de vaines promesses et collaborer dès maintenant avec les gouvernements signataires de l'ICF pour mettre en place cette année un mécanisme conjoint ouvert et efficace de surveillance de la déforestation.


On estime que la Côte d'Ivoire et le Ghana ont perdu 80 à 90 % de leur surface forestière au cours des dernières décennies, en grande partie pour céder la place aux exploitations de cacao.


Grâce à l'analyse de données satellitaires complétées par des enquêtes sur le terrain, Mighty Earth a pu démontrer que le défrichement des forêts tropicales pour la culture du cacao se poursuit et la déforestation dans des zones dites protégées constituent des habitats vitaux pour la faune sauvage menacée, notamment pour les chimpanzés et les hippopotames nains. Ces forêts sont également des puits de carbone indispensables pour freiner la crise climatique et la perte de biodiversité.


 

Le rapport mentionne que quatre ans et demi après l'engagement pris dans le cadre de l'ICF par les fabricants de chocolat et les gouvernements d'interdire la création de nouvelles exploitations de cacao, les taux de déforestation restent dans l'ensemble proches d'un niveau record.


Au Ghana, la perte de couvert forestier enregistrée en 2020 montrait qu'elle était 370 % plus élevée depuis janvier 2019 qu'elle ne l'a été entre 2001 et 2010, et 150 % plus importante que la perte de couvert forestier moyenne entre 2011 et 2019. Et pour la Côte d'Ivoire, la perte moyenne du couvert forestier a été 230 % plus élevée depuis janvier 2019 qu'elle ne l'a été entre 2001 et 2017, et 340 % plus élevée que la perte moyenne enregistrée au cours des années 2000.


Le rapport révèle également que la déforestation se poursuit dans l'ensemble des aires protégées de Côte d'Ivoire et du Ghana, et l'analyse des données satellitaires et les observations sur le terrain en Côte d'Ivoire menées par Mighty Earth montrent que l'expansion de la culture du cacao joue un rôle majeur dans cet empiètement.


Souleymane Fofana, coordinateur général du Regroupement des acteurs ivoiriens des droits humains (RAIDH), soutient que cette catastrophe peut être parfaitement évitée et aurait dû l'être depuis longtemps déjà, malheureusement, les forêts continuent de disparaître, la faune sauvage meurt et les communautés souffrent .


Le rapport recommande qu'en 2022, un mécanisme commun ouvert et transparent de surveillance de la déforestation doit être mis en place par les fabricants de chocolat, les négociants en cacao et les gouvernements en mettant leurs informations sur les chaînes d'approvisionnement en cacao en commun et en les associant aux données d'imagerie satellitaire. Un tel mécanisme permettrait d'agir collectivement pour empêcher l'empiètement des forêts par l'expansion des plantations de cacao, et de cibler les initiatives visant à améliorer les moyens de subsistance des petits exploitants au Ghana et en Côte d'Ivoire.


Le rapport demande à l'ICF de rendre compte publiquement des progrès accomplis dans la réduction de la déforestation au Ghana et en Côte d'Ivoire, afin d'empêcher toute nouvelle déforestation pour le cacao d'ici deux ans.


 

Il préconise aux principaux chocolatiers et négociants en cacao de participer activement à la restauration des forêts dégradées et de la biodiversité au Ghana et en Côte d'Ivoire. Ils doivent s'engager à s'approvisionner d'ici 2025 en cacao issu de l'agroforesterie à hauteur d'au moins 50 %, et collaborer avec les coopératives de cacao et les agences gouvernementales pour aider les petits cultivateurs à passer des monocultures de cacao à des systèmes agricoles diversifiés.


Selon le rapport, le gouvernement de la Côte d'Ivoire doit valider rapidement les limites des aires protégées et stopper toute nouvelle déforestation en associant, de manière transparente, les communautés et les organisations de la société civile à leur suivi.


Au Ghana, il souhaite que la Commission gouvernementale forestière (Forestry Commission) et le Ghana Cocoa Board (COCOBOD) doivent s'assurer que le nouveau système de gestion du cacao (CMS, Cocoa Management System), destiné à retracer la chaîne d'approvisionnement en cacao, est conçu de manière transparente, afin que les parties prenantes puissent avoir toute confiance dans les données qui seront produites ;


Le rapport propose enfin que l'Union européenne, le Japon et les États-Unis adoptent une législation obligeant les entreprises à effectuer des contrôles de vigilance approfondis pour prévenir l'importation de cacao ou de produits dérivés du cacao liés à la déforestation sur leurs marchés respectifs.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Indépendance, invités, Gbagbo et Bédié se sont-ils arrangés pour faire fond bond à Ouattara?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Grace présidentielle accordée, deal avec Ouattara, Gbagbo a-t-il eu c...
 
2122
Oui
48%  
 
2151
Non
49%  
 
126
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Initiative Cacao et forêts, 19 421 hectares de forêts perdus dans les régions productrices de Cacao, les fabricants de chocolats invités à cesser les vaines promesses
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
C'est INQUIETANT cette DESTRUCTION. Il y-a-t-il une réelle solution dans des pays producteurs de cacao qui ont une grande partie de leur PNB qui dépend de la culture du cacao ???>>>. Personnellement, je ne vois pas une solution á ce probleme . La population rurale et urbaine augmentent rapidement avec des economies qui se reposent sur l'agriculture, avec une industrialisation INEXISTANTE.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter