Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   9ᵉ édition de la revue annuelle de la performance du portefeuille, 9,78% de taux de décaissement global au lieu de 18%, la Banque mondiale appelle à une amélioration des performances
 

Côte d'Ivoire : 9ᵉ édition de la revue annuelle de la performance du portefeuille, 9,78% de taux de décaissement global au lieu de 18%, la Banque mondiale appelle à une amélioration des performances

 
 
 
 1585 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 24 mars 2022 - 19:00



La neuvième édition de la revue annuelle de la performance du portefeuille des projets et programmes financés ou cofinancés par la Banque mondiale a eu lieu aujourd'hui à la Primature en présence de Coralie GEVERS, Directrice des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d'Ivoire. En l'absence du Premier ministre ivoirien à l'extérieur depuis bientôt deux semaines, cette cérémonie a été présidée par Adama Coulibaly, ministre de l'Economie et des finances.


Des membres du Gouvernement et des représentants des Institutions dont la présidence de la Cour de cassation ainsi que tous les acteurs concernés par les projets financés et cofinancés par la Banque mondiale ont pris part cet après-midi à cette édition de la Revue annuelle de la performance des Projets et Programmes.


La revue sert de cadre de réponse aux contraintes structurelles et spécifiques qui permettra de renforcer davantage l'exécution des Projets du portefeuille des Opérations de la Banque mondiale en Côte d'Ivoire. Ce portefeuille compte, à ce jour, 27 projets actifs pour un montant équivalant à environ 3 500 millions de dollars US. Onze (11) autres projets chiffrés à près de 1 500 millions de dollars US sont en préparation. De plus, des dispositions sont en cours pour un Appui budgétaire de l'ordre de 300 millions de dollars US.


Adama Coulibaly a à l'occasion souligné que les domaines d'intervention sont bien alignés sur la vision Côte d'Ivoire 2030 du Président de la République et sur les grands axes stratégiques du PND 2021-2025, car ces champs d'actions cadrent ainsi avec les problématiques de croissance et de développement de la Côte d'Ivoire.


Il s'agit, selon le ministre de l'Economie et des finances, notamment de la productivité agricole, de la transformation des produits de base, de l'Energie, de la Gouvernance, des Infrastructures, de la Compétitivité, du Développement Humain, de la provision de services sociaux de base, du foncier rural et de la mobilité urbaine.


Les projets structurants qui se rattachent aux domaines prioritaires s'inscrivent dans une approche « masse critique » de financement pour impulser, de façon irréversible, la transformation structurelle de l'économie et le progrès social.


Le ministre a mentionné que les avancées notables enregistrées, ces dernières années, dans les réformes structurelles et dans l'amélioration de la gouvernance institutionnelle ont conforté le passage à échelle du niveau des investissements de la Banque mondiale. Cette évolution favorable dispose notre pays à mobiliser davantage de ressources concessionnelles indispensables au maintien, dans la durée, des performances économiques et sociales de notre pays.


Il a annoncé qu'au plan opérationnel, le défi réside donc dans la capacité du pays à mobiliser davantage de ressources concessionnelles, en vue de renforcer notre dynamique de performance, d'où la mise en œuvre de projets novateurs, nécessaires à la transformation structurelle de l'économie.


 

Adama Coulibaly a affirmé que le volume du portefeuille et la nature à la fois ambitieuse et novatrice des projets nécessitent un changement d'approche et cette mutation va impacter positivement le mode opératoire, pour répondre, avec plus d'agilité, à certaines contraintes majeures, dont l'absorption rapide des ressources et l'effectivité des actions.


Pour lui, il apparaît ainsi capital et urgent de travailler sur les facteurs d'efficacité, et ce, au niveau de tous les maillons de la chaîne d'exécution et de gestion des Projets, car une performance améliorée du portefeuille aura un effet immédiat d'accélération de la croissance économique et de l'amélioration du bien-être de nos concitoyens.


Les contraintes sont multiples, mais pas insurmontables, comme l'a signifié, M.Coulibaly qui a salué la tenue de cette revue qui s'inscrit dans la recherche de solutions idoines pour une performance accrue du portefeuille.


Le taux de décaissement global du portefeuille, à ce jour, est de 9,78% pour un objectif d'au moins 18%, à la fin de l'année fiscale de la Banque mondiale qui est fixée au 30 juin 2022. Le ministre estime que pour atteindre cet objectif, des mesures urgentes s'imposent et elles portent, entre autres, sur l'amélioration de la gestion financière des projets, le renforcement du cadre institutionnel et règlementaire, les sauvegardes environnementales et sociales, sans oublier l'appropriation des projets par les ministères techniques.


Il appelle à l'application diligente et effective des mesures urgentes et est revenu sur le cas spécifique du financement des Plans d'Action de Réinstallation (PAR), pour lesquels le besoin budgétaire atteint des niveaux difficilement supportables, vu le volume et l'orientation du portefeuille vers de grosses infrastructures.


Le ministre de l'Economie et des finances a souhaité, la viabilité et l'efficacité dans l'exécution des Opérations, que la Banque envisage de les cofinancer sur ses ressources, comme cela se fait déjà dans certains pays affiliés au Groupe. Il a pris l'engagement que le Gouvernement devra veiller désormais à la bonne préparation des documents relatifs aux Sauvegardes Environnementales et Sociales.


Adama Coulibaly a assuré que les recommandations de la revue seront portées à l'attention du Premier Ministre, en vue de la prise des décisions idoines pour une meilleure exécution des Projets du portefeuille de la Banque mondiale.


«La recherche continue de l'efficacité générale dans l'exécution des Projets doit être une préoccupation majeure pour chacun des acteurs, à quelque niveau qu'il se situe. Il y va de la consolidation des acquis et de l'amélioration de la performance des projets », a-t-il conclu.


 

Coralie GEVERS, Directrice des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d'Ivoire a également rappelé l'importance de ces revues. Selon elle, elles sont importantes puisqu'elles mettent en évidence certaines recommandations.


Pour cette revue, 81 recommandations ont été arrêtées. La Directrice a soutenu que les recommandations sont parfois mises en œuvre.


« Celles de la revue précédente, plusieurs ont été mises en œuvre. Je remercie le ministère du Budget qui a fait d'énormes efforts ces deux dernières années », a insisté, Coralie GEVERS qui a assuré le représentant du Premier ministre que la Banque mondiale a une forte volonté d'améliorer le décret 475 qui va permettre de clarifier, de simplifier certaines des règles aussi bien qu'au niveau de l'institution financière internationale, qu'au niveau de l'Etat de Côte d'Ivoire.

« Nous sommes bien conscients que certaines de nos règles sont compliquées on doit essayer de les simplifier et de les mettre en œuvre de façon pragmatique que possible », a-t-elle déploré.


La Directrice a averti les autorités ivoiriennes que le blocage principal que la Banque pourra avoir, c'est celui de la performance du portefeuille qui n'est pas meilleure.


« Nous sommes prêts à mettre beaucoup de ressources sur la Côte d'Ivoire, mais si votre bouche est déjà pleine, on ne veut pas vous étouffer non plus. Nous aimerions, nous faire les avocats de la Côte d'Ivoire à Washington pour essayer d'obtenir plus de ressources et surtout pour avoir plus de résultats », a prévenu Coralie GEVERS.

Selon elle, pour le futur, la Banque mondiale veut s'assurer que les projets qui sont en préparation correspondent entièrement aux directions adoptées dans le PND 2021-2025 dans la vision 2030. La Directrice a annoncé que l'institution financière internationale est en train de préparer son nouveau cadre stratégique de partenariat avec la Côte d'Ivoire.


«Il y aura des consultations qui se tiendront dans les quatre semaines qui viennent, non seulement ici à Abidjan, mais aussi sur le terrain. Nous irons à Bouaké, à Korhogo, à Man, à Aboisso pour bien comprendre aussi quels sont les besoins. Il y a des projets financés par la Banque mondiale dans tout le pays. On veut s'assurer qu'on a une bonne compréhension des besoins locaux pour aller de l'avant. Il y a du travail, nous sommes tous motivés à travailler avec les coordonnateurs. On se réjouit d'avoir des résultats encore plus probants dans un an ou deux pour la prochaine revue » a-t-elle souligné.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-France : BNP qui se retire de la Bicici en la faveur d'entreprises d'Etat, vers une fuite des clients ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire-Mali : Faure Gnassingbé de mèche avec la junte militaire ?
 
1232
Oui
37%  
 
1938
Non
59%  
 
129
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : 9ᵉ édition de la revue annuelle de la performance du portefeuille, 9,78% de taux de décaissement global au lieu de 18%, la Banque mondiale appelle à une amélioration des performances
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter