Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Un entrepreneur accuse une banque d'avoir détourné ses 40 milliards destinés à un projet, réaction de la Direction Générale
 

Côte d'Ivoire : Un entrepreneur accuse une banque d'avoir détourné ses 40 milliards destinés à un projet, réaction de la Direction Générale

 
 
 
 16011 Vues
 
  8 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 21 juillet 2022 - 09:25

Dr Amon Julien Koffi (Ph)


Dr Amon Julien Koffi Directeur général de l’entreprise Dici Immobiliers, accuse via les médias la Société Ivoirienne de Banque (SIB) filiale du groupe Attijariwafa Bank d’avoir détourné ses 40 milliards FCFA destinés à construire 4500 logements à Bingerville.


Pis, l’entrepreneur affirme que dans les démarches de réclamation de son dû, il a été emprisonné à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca).


« Aujourd’hui les 60 millions d’euros qui font à peu près 39 milliards de FCFA sont bel et bien arrivés à la société Ivoirienne de banque (SIB) filiale du groupe Attijariwafa Bank. Les premiers transferts sont arrivés le 26 mai 2020. Nous avons fait toutes les déclarations afférentes à cet argent-là. Nous avons écrit au Directeur des emprunts extérieurs. On a rempli la fiche 57 qui est le document d’agreement d’entrée de fonds », a-t-il confié dans les colonnes d’un confrère, avant de poursuivre. 


« Plus tard, nous nous sommes rendus compte que la banque était en train de nous mettre les bâtons dans les roues, on a écrit à la BCEAO. On a réécrit à la Banque SIB. On a réécrit une lettre de relance à la BCEAO. Mais tout le monde est resté silencieux sans se prononcer. Pendant plus de 9 mois qu’on nous empêchait d’entrer en possession de notre argent, nous avons commencé à tempêter. Je signale que durant qu’on nous empêchait d’entrer en possession de notre argent, il y avait une intermédiation menée par la BCEAO et le Trésor dans l’ombre pour se faire payer 30 à 40% des montants. Nous avons les différentes conventions notariées enregistrées au rôle de minute des notaires de ces personnes qui sont venues faire ces intermédiations.

 

Et comme je n’étais pas capable de comprendre que j’envoie de l’argent qui est un crédit pour venir construire des maisons des Ivoiriens et que je sois capable donner 40% à ces personnes, c’est là toutes les embrouilles sont parties. Quand nous avons commencé à tempêter, la Sib accepte de mettre notre argent à disposition. Donc le 10 décembre 2020, nous sommes invités à nous rendre à la SIB pour déposer les dossiers justificatifs des fonds. Nous sommes allés sur place et nous avons déposé tous les dossiers justificatifs des fonds : le projet, le certificat d’envoi, le certificat d’origine des fonds, le certificat de débit de comptes.


Tous les documents bancaires qu’un transfert international demande ont été déposés à la Sib. Ils nous ont promis que quelques jours plus tard, les fonds allaient être disponibles sur le compte. Quelques jours plus tard quand ils nous ont appelés, nous sommes allés. Sur place, on nous fait savoir qu’ils ne retrouvent plus le fonds. Nous leur avons dit qu’il n’y avait que deux options. Que vous ne retrouvez pas les fonds, ce n’est pas un problème, mais notifiez nous en tant que votre client que vous ne retrouvez pas les fonds, pour que nous nous adressions à notre bailleur afin qu’il s’adresse à sa banque pour les démarches à suivre. Ou bien  deuxième option, la banque s’adresse à la banque d’en face, Barclays pour leur dire : on a un Swift qui vient de chez vous, mais nous ne retrouvons pas les fonds. Les responsables de la Sib nous ont opposé une fin de non-recevoir. Ils ont tout simplement décidé de nous donner un bout de papier pour que nous fassions un document pour renoncer au fonds.


 

Ce que nous avons refusé. Et sur ce, ils nous ont mis aux arrêts. Nous avons été d’abord séquestrés pendant plus d’une heure dans les locaux de la Sib par l’inspecteur général de la banque dans ses bureaux, juste avant que la police économique n’arrive. Et nous avons été transférés dans les locaux de la police économique. Une fois là-bas, la plainte de la banque est venue nous trouver le lendemain à 16 Heures.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Donc on nous a arrêtés sans plainte. Par la suite, ils nous ont signifié notre mandat de dépôt. Au préalable, quand nous sommes arrivés au pôle économique et financier, il n’y a pas eu d’enquête, ni d’audition, on nous a tout simplement signifié notre mandat de dépôt. Et nous nous sommes retrouvés à la MACA. Moi, maitre Assalé mon notaire, M. Amouzou, mon conseiller et monsieur Tebily qui est le Représentant du bailleur qui est venu systématiquement de lui-même quand il a entendu que nous étions à la police économique. Et depuis lors, nous sommes sortis, plus de suite. »


La réaction ne s’est pas faite attendre du côté de la Direction Générale de la Société Ivoirienne de Banque (SIB).

Dans un communiqué dont KOACI s’est procuré une copie, la Direction parle d’une campagne de dénigrement orchestrée par certaines personnes affirmant qu’elles auraient été destinataires , en 2020, soit depuis deux ans , de virements en provenance de banques européennes d’une valeur totale de 40 milliards FCFA sur des comptes ouverts dans les livres de la SIB.


Selon ces personnes, ces fonds auraient été reçus par la SIB, prétendument détournés par elle, les privant ainsi de leur droit.


« La SIB entend préciser à l’opinion publique qu’elle n’a jamais, jusqu’à ce jour, été notifiée par les autorités de police et ou judiciaires d’une quelconque plainte de la part de ces personnes qui préfèrent se répandre dans certains medias plutôt que d’accepter de recourir aux voies légales en cas de litige », relève la Direction de la SIB, puis d’ajouter. 


 

« C’est, au contraire, la SIB qui a déposé une plainte suite aux diligences menées par ses services, conformément à la réglementation, après que des documents prétendument justificatifs de virements de sommes lui ont été présentés par un opérateur économique et son notaire aux fins d’obtenir avec force instance que ces fonds, que la SIB n’a jamais reçus, leur soient versés. »


La SIB considère que de telles « accusations gratuites, proférées directement ou relayées, masquent en réalité des desseins inavoués contre lesquels elle se réserve le droit d’engager des actions auprès des juridictions compétentes. »



Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  8 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Un entrepreneur accuse une banque d'avoir détourné ses 40 milliards destinés à un projet, réaction de la Direction Générale
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Joperfal
On n'est pas obligé d'avoir une couleur politique pour investir en cote d'Ivoire . n'importe quoi!
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ubiquismus
-C'est quoi cette histoire abracadabrantesque ?????? -Il n'y qu'au Dramanistan qu'on peut rencontrer des faits de cette nature. Incompréhensible ! Incompréhensible ! On se croirait dans la stratosphère... -C'est quoi ce pays où un, deux, trois, on met les gens en prison pour des litiges ou mésententes entre particuliers ??? Est-ce que Dramane et sa justice comprennent vraiment à quoi sert la prison ??? -Mais la CI est tombée vraiment bas.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Zezeto
Toi t'as un mérite : tu feras tjr marrer les koacinautes. T'as pas vu pire que ça sous la mougouvernance? Vraiment les chiwawas de Laurent Bamba là on parfois.
 
 il y a 2 mois
couly
La SIB version Marocaine, une banque qui est tombée, qui arnaque des clients et qui cherche en plus à se justifier via un communiqué. Étrange non, quand on sait que l'argent n'aime pas le bruit et que l'affaire est en cours d'instruction.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
k
Je crains pour ce Monsieur, connaissant les méthodes, que la SIB arrose le juge ou autre pour une décision en sa faveur. J'espère me tromper, car ça sent l'enfumage de la banque.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
pourquoi
Cette banque met en jeu sa crédibilité. Car en matière d'échange de fond interbancaire, aucune banque ne voudra faire de transfert d'argent à cette structure si tant est que l'argent peut se volatiliser aussi facilement. Moi j'interpelle la BCEAO car aucune transaction ne peut se faire sans l'aval de la BCEAO.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
LICOUL2000
L'affaire est en justice et la Sib pond un communiqué ? Pourquoi ne pas attendre le verdict ? Un communiqué pour se justifier d'une bévue car elle se reproche des choses ? Pas très sereine la banque.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
LICOUL2000
Par ailleurs, comment une banque ivoirienne peut cacher une telle somme aux autorités a la BCEAO ? Vraiment pas clair cette histoire.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter