Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Selon un fondateur d'établissement dans le Gôh, « Alassane Ouattara de Grand-Bassam, Sainte-Marie, Mamie Adjoua, ne sont pas des établissements d'excellence »
 

Côte d'Ivoire : Selon un fondateur d'établissement dans le Gôh, « Alassane Ouattara de Grand-Bassam, Sainte-Marie, Mamie Adjoua, ne sont pas des établissements d'excellence »

 
 
 
 1025 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 02 août 2022 - 12:49

La Directrice Régionale de l'Éducation Nationale et de l'Alphabétisation (DRENA) du Gôh Valentine Ayé Amonkou, a décerné le samedi 30 juillet 2022, un diplôme d'honneur au fondateur de l'établissement Mam Coulibaly de Gagnoa, Coulibaly Mamadou pour son effort à l'amélioration du système éducatif dans la région du Gôh. C'est très honoré de cette attention portée sur sa personne et sur son établissement, qu'il a avoué sans ambages que les établissements scolaires considérés comme établissements d'excellence en Côte d'Ivoire, ne le sont pas en réalité, comme rapporté à KOACI par une source sur place.


Il a cité entre-autres l'établissement Alassane Ouattara de Grand Bassam, Sainte Marie et Mamie Adjoua. Selon lui, « ces établissements dits d'excellence où les élèves y sont admis qu'avec 18 et 19 de moyenne, sont à la vérité des établissements d'accueil des excellents élèves et des surdoués de Côte d'Ivoire. C'est sur papier, c'est bien écrit. Si c'était verbal, on peut démentir mais c'est bien écrit. On dit, il faut avoir 18 de moyenne, 19 de moyenne pour être admis dans cette école. Donc on récupère tous les surdoués de Côte d'Ivoire pour les mettre dans un secteur où les enfants avant d'entrer, sont des enfants hors norme.»


Cette catégorisation des élèves en Côte d'Ivoire, est la source de la motivation du fondateur du collège Mam Coulibaly de Gagnoa, à proposer que les élèves issus de ces différents établissements dits d'excellence, obtiennent exceptionnellement leur BAC qu'avec 250 points au lieu de 200 comme les élèves normaux.


 

« Nous les établissements privés, non seulement nous sommes pour la majorité des cas, concentrés dans les 85,90 points. Ces enfants de zones reculées, de zones défavorisées et des enfants qui n'ont pas de moyens que nous prenons. Nous arrivons à travailler avec ces enfants là, les remettre au même niveau d'examen que ceux qui ont été récupérés à 19 de moyenne. Où se trouve l'excellence ? L'excellent, c'est ce fondateur qui avec peu de moyens, arrive à travailler avec des enfants qui sont supposés être rejetés puisque les établissements d'excellence les rejettent faute de moyenne. Et ces établissements les récupèrent, les façonnent pendant quatre ans. Avec peu de moyens, les soumettent aux mêmes examens que les surdoués. Si tant est que ces établissements sont des établissements d'excellence, alors qu'ils y aient un critère spécifique pour eux. Si la moyenne au BAC est de 200 points, exceptionnellement pour ces établissements d'excellence, il faut avoir 250 points pour être admis.» a-t-il souhaité.


Il déduit par l'occasion que les vrais établissements d'excellence sont ceux des zones de périphérie et de village. Car, ils n'ont pas forcément le matériel technique, le matériel didactique, les supports pédagogiques adéquats dont bénéficient les établissements dits d'excellence. Dans ce cas précis, il a donné en exemple le collège Mam Coulibaly qui récupère des enfants en conflits avec la loi qui sont désespérés, et qui risquent de devenir des délinquants de grands chemins à la porte de la prison, qu'il formate, qu'il met dans le système éducatif et les met en confiance jusqu'à leur faire accepter les règles de la société pour les amener à réussir à leurs différents examens et devenir des fonctionnaires d'État.


C'est cela que le fondateur Coulibaly Mamadou appelle un établissement d'excellence, contrairement à ces établissements où les enfants y sont admis avec 18 voir 19 de moyenne et réussissent à leurs examens de BEPC et BAC avec 13 de moyenne. Selon le fondateur du collège Mam Coulibaly, c'est un échec du système puisque l'enfant est rentré surdoué dans cette école, il ne devrait plus devenir normal mais rester surdoué ou à la rigueur excellent. C'est dans cette logique qu'il situe sa problématique sans vraiment dit-il, défier les experts du système éducatif.


T.K.Emile, Bouaké

tkemile@koaci.com


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire-Mali : Kandia Camara (min aff etrangères) et Adama Tounkara (médiateur) aux abonnés absents, rien d'étonnant ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Insultes des autorités maliennes, dans une autre époque le pouvoir au...
 
2120
Oui
61%  
 
1268
Non
36%  
 
113
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Selon un fondateur d'établissement dans le Gôh, « Alassane Ouattara de Grand-Bassam, Sainte-Marie, Mamie Adjoua, ne sont pas des établissements d'excellence »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter