Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Mévente du caoutchouc, des producteurs plaident pour la suppression de la taxe de 1,5% sur une période de 4 mois et rendent hommage à Ouattara
 

Côte d'Ivoire : Mévente du caoutchouc, des producteurs plaident pour la suppression de la taxe de 1,5% sur une période de 4 mois et rendent hommage à Ouattara

 
 
 
 3480 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 semaine
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 21 septembre 2022 - 17:41

Baroan Roland et des membres de l'APROCANCI ce mercredi à Abidjan (ph KOACI)



La première session de l'année du Conseil d'administration de l'Association des producteurs de caoutchouc naturel de Côte d'Ivoire (APROCANCI) s'est tenue aujourd'hui à Abidjan autour du thème de "la mévente de la production".


« C'est un problème récurent puisque trios années passées, on se retrouvait dans la situation identique, nous avons évoqué le nouveau mécanisme du prix, la question de la représentativité des OPA au sein de l'OIA. Nous avons estimé que ces trois années après, l'APROCANCI qui a trente ans avait son mot à dire dans cette organisation. Nous estimons que maintenant nous allons nous exprimer, nous allons exister », a déclaré, le PCA.


Il a appelé à des élections à la base et a affirmé que sa structure est prête à aller à la compétition.


« Nous sortons du consensus qui a prévalu jusque-là et nous appelons à des élections de base, ce qui est logique. On ne peut pas faire des élections à l'OIA APROMAC qui est la faîtière et refuser de faire des élections à la base ça n'a pas de sens. On veut des élections à l'OIA APROMAC, on veut aussi des élections à la base. Donc, nous sortons du consensus et nous sommes prêts à aller aux élections », a précisé, le Président du Conseil d'administration de l'APROCANCI.


Ce qui est primordial en ce moment, chez les producteurs, c'est que le caoutchouc ne reste pas dans leurs mains, que ce soit dans la région de Kouibli, Guiglo, même Sikensi. Selon Baroan Roland, il fait trouver des solutions urgentes maintenant.


« Ensuite, nous allons réfléchir à trouver des solutions un peu plus longues. Vous savez que l'agriculture en Côte d'Ivoire a été formatée pour la production. Le producteur de caoutchouc naturel sait ce qui se passe dans sa plantation, ainsi, il est capable de bien produire. Nous sommes en train d'aborder un virage important », a-t-il ajouté.


 

La Côte d'Ivoire avec 1.200.000 tonnes occupe la troisième place mondiale, après l'Indonésie et la Thaïlande. Malheureusement, le pays est confronté au problème de commercialisation de son caoutchouc.


Le PCA pense qu'il faut associer les chercheurs afin que le pays ait une sorte de cellule pour éviter, la situation de mévente du caoutchouc.


La Côte d'Ivoire est membre de la plateforme mondiale et Baroan Roland représente les producteurs ivoiriens.


« Moi j'ai toujours divisé l'hévéaculture en 4 groupes, il y a ce qui se passe dans la plantation lorsque le caoutchouc quitte nos champs pour arriver à l'usine et ce qui se passe à l'intérieur de l'usine, mais aussi dans un autre volet lorsque le caoutchouc quitte nos terres parce que 80 à 95% de caoutchouc est exporté, nous ne transformons pas ici. Il est bon d'avoir des informations sur ce qui se passe à l'intérieur. À l'instant, je viens de finir une réunion avec la plateforme mondiale du caoutchouc, on a longuement débattu. Ils ont mis en place des règles de déforestation et ils vont inclure le caoutchouc à l'intérieur. Donc si en Côte d'Ivoire le producteur n'arrive même pas à vendre son caoutchouc pour inscrire ses enfants à l'école, pour se nourrir lui-même, pour se prendre en charge. Il n'a pas le temps de regarder ce qui va venir. Hors ces règles sont des règles qui sont mises par des majeurs et elles vont s'appliquer, qu'ont le veulent ou pas », a-t-il expliqué.


Selon lui, le caoutchouc ne se vend pas parce que les planteurs n'ont pas accès aux usines et sont confrontés à la mauvaise fixation du prix.


« Quand vous n'arrivez pas avoir accès à l'usine, c'est ça la mévente du caoutchouc », a insisté, M.Baroan.


 

Le conseil a proposé, à l'issue de ses travaux, la suspension de la taxe de 1,5% sur une période de 4 mois et demande au gouvernement de raccourcir le délai légal de fonctionnement d'une usine afin de permettre aux nouvelles d'acheter le caoutchouc.


« Nous souhaitons que l'exportation du caoutchouc passe de 120 milles tonnes à 360.000 tonnes pour désengorger un peu le caoutchouc qui se trouve dans les plantations et enfin associer les recherches, sinon ça va être encore difficile. Si la recherche est associée et qu'elle nous permet de pouvoir consommer sur place un peu de notre caoutchouc. Je crois que la pression externe sera moins forte », a soutenu, Baron Roland.


Le PCA a enfin remercié le Président de la république, Alassane Ouattara parce qu'il est l'un des premiers présidents qui a pris une disposition qui donne du pouvoir aux producteurs dans les instances de décision et a également salué les efforts du président de l'APROMAC, Kremien qui grâce à ces qualités de gestion a montré que l'OIA APROMAC avait des bases solides.


Notons que l'APROCANCI est créé en 1991 et sa dernière élection date de 2015. L'association compte plus de 8 000 planteurs.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Mévente du caoutchouc, des producteurs plaident pour la suppression de la taxe de 1,5% sur une période de 4 mois et rendent hommage à Ouattara
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter