Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Prestation de serment de 43 architectes, Nabagné Koné annonce de nombreux projets structurants, dans l'optique de transformer les villes
 

Côte d'Ivoire : Prestation de serment de 43 architectes, Nabagné Koné annonce de nombreux projets structurants, dans l'optique de transformer les villes

 
 
 
 2748 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 01 décembre 2022 - 17:06

Les architectes


Le titre d'architecte est obligatoire pour exercer le métier d'architecte. A l'obligation de s'inscrire à l'ordre des architectes, il est conféré à l'architecte, des droits et devoirs liés à la pratique et en réserver les missions assignées.


Parrain de la cérémonie de prestation de 43 nouveaux architectes inscrits au tableau de l’Ordre des architectes, Bruno Nabagné Koné, ministre de la Construction du logement et de l'urbanisme a indiqué aujourd'hui que l’architecte est un acteur majeur de la transformation et de l’embellissement du cadre vie, car son action et son impact sont indéniables sur l’environnement bâti, le bien-être et la santé de ses concitoyens. 


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Selon lui, au niveau économique et financier, une bonne conception architecturale améliore la valeur des biens immobiliers, facilite l’accès à un logement abordable et décent, facilite l’accès à l’éducation, à un emploi, notamment par le déploiement plus cohérent d’équipements publics de proximité.


Il estime que l'Architecte d’aujourd’hui doit être le professionnel qui, à ses côtés, aide à requalifier l’existant, à rénover les anciens tissus urbains, à restructurer les quartiers précaires, à ériger des éco quartiers, à développer des villes nouvelles et intelligentes, à intégrer la nature au paysage urbain, etc.


C'est pourquoi, le ministre a invité ses filleuls à faire preuve d’une bonne vision, à la fois prospective des problèmes des cités, mais également, réalistes et pragmatiques dans la formulation de leurs solutions.


Bruno Nabagné Koné a soutenu que les 43 nouveaux architectes prêtent serment à un moment où de nouveaux défis se présentent en matière de construction des villes, liés notamment à la crise financière internationale, aux changements climatiques et environnementaux, à la crise énergétique et à la révolution numérique, et plus localement, à l’accélération de l’urbanisation et au déficit important en matière de logements, que connait le pays.


Par conséquent, il recommande que les projets des architectes soient orientés vers un développement soutenable, qu’ils privilégient l’utilisation de matières renouvelables et/ou recyclages, qu’ils soient économes en énergies, qu’ils soient abordables et accessibles, même aux moins nantis...


Dans le même temps, le ministre souhaite que ces projets soient inventifs, innovants, amusants, émouvants, généreux, beaux…


 

À l'occasion de cette cérémonie de prestation de serment, Bruno Nabagné Koné a exhorté les nouveaux architectes à continuer à donner le meilleur d’eux-mêmes, à poursuivre l’œuvre engagée et les grands chantiers qui s’annoncent au service de la nation.


Il a toutefois rappelé des dispositions règlementaires prises par son département ministériel, qui affirment le rôle important de leur profession dans le processus de fabrication des villes en citant entre autres, la loi n°2018-868 du 19 novembre 2018, relative à la profession d’architecte, qui encadre tous les aspects liés à cette profession, notamment le recours obligatoire à l’architecte pour toute construction en milieu urbain, la loi n°2019-576 du 26 juin 2019, instituant Code de la Construction et de l’Habitat, qui actualise les normes en matière de construction et d’habitat, clarifie le rôle de chacun des intervenants et professionnels du secteur et met en relief le recours obligatoire aux professionnels du cadre bâti (architectes, ingénieurs-conseils, bureaux d’études et de contrôle…), pour les constructions jugées complexes, la loi n°2020-624 du 14 août 2020, instituant Code de l’Urbanisme et du Domaine Foncier urbain, qui a pour objet d'organiser et de réglementer les matières relevant de l’accès à la propriété foncière et de la planification urbaine.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


«Au-delà, nous envisageons au cours des prochaines années, des projets relativement structurants, dans l’optique de transformer positivement nos villes et notre cadre de vie. Il s’agit notamment, du projet de restructuration des quartiers précaires, de l’établissement des plans directeurs d’urbanisme de 75 villes, chefs-lieux de Département, du projet de rénovation urbaine des villages et noyaux anciens de la ville d’Abidjan(Biafra, Anono, Adjamé-village, Attécoubé, Adjoufou-Anani), des projets de construction de mini cités administratives dans les villes de l’intérieur du pays, des projet de construction en PPP d’immeubles de bureaux pour le compte de l’Etat, des projets d’urbanisation des corridors routiers autour de la Y4 (boulevard périphérique) et du métro d’Abidjan (2000 ha d’emprises/37 km…), de réduction du déficit en logements de la ville d’Abidjan (production de 50 à 60.000 logements par an),des projets de villes nouvelles à Anyama, Bingerville et Bassam, etc », a ajouté, le ministre de la Construction du logement et de l'urbanisme. 


Amon Joseph, Président de l’Ordre national des architectes, a dénoncé le fait que la profession évolue dans un contexte économique de plus en plus excluant l'architecte.


Il a affirmé que de nombreux acteurs profitent du déficit de contrôle sur certaines activités du secteur de la construction pour spolier les architectes des missions dont ils ont le monopole.


« Le plus grand risque réside dans la facilité que constitue la signature de complaisance. L'architecture est une expression sur l'architecture. La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels et urbains ainsi que du patrimoine sont d'intérêt public », a mentionné, le Président.


Amon Joseph a conseillé aux jeunes architectes de ne pas apposer leur signature s'ils n'ont pas participé à l'élaboration d'un projet.


«Un architecte qui n'a pas participé à l'élaboration d'un projet ne peut pas en aucun cas y apposer sa signature, ni prétendre à une rémunération à ce titre. N'étant certes le fait que de quelques architectes, la signature de complaisance nuit à la profession des architectes. Elle vide de tout sens le recours obligatoire à l'architecte, le faisant apparaître aux yeux du public comme un privilège sans fondement. Cette pratique constitue un acte illégal et une faute professionnelle et déontologique au regard du serment que vous allez prêter dans quelques instants », a-t-il insisté.


 

Les nouveaux architectes vont pleinement intégrer un corps de métier qui est protégé, libéral, réglementé, responsable et enfin international.


«Vous ne devez pas devenir adversaire de votre profession au risque de devenir mercenaire de certains clients, risque de devenir esclave de leur argent, de leurs pressions, de leurs manœuvres ou de leurs vérités et mensonges en prêtant notamment votre signature par des actes de complaisance », a conseillé Amon Joseph.


Il a exhorté, les nouveaux venus dans l'Ordre de garder leur indépendance, qui est sans doute une des raisons essentielles pour lesquelles ils ont choisi cette magnifique profession d'architecte, cette indépendance que nul ne devra contester dans l'exercice de leur mission.


«Cette indépendance ne devra pas non plus être asservie ou remise en cause par vos futurs clients. Cette indépendance a pour contrepartie, le respect d'une éthique fondée sur des règles déontologiques qui sont toutes entières contenues dans la formule du serment que vous prononcerez dans quelques instants », a-t-il souligné.


L’Ordre des architectes par la voix de son président a profité de la présence du ministre de la Construction du logement et de l'urbanisme parrain de cette promotion pour lui adresser une doléance.


«L'accès à la commande publique pour tous projets, notamment ce que l'on désigne comme petits projets comme les commissariats de police, les marchés publics, les centres de santé et maternités, les locaux administratifs et de plus en plus certains projets de grandes importantes et d'impact national comme les stades, les CHR etc, qui bénéficie d'un classement dit projets spéciaux et dérogent ainsi aussi bien aux principes de la consultation national qu'au permis de construire », a conclu.


Concernant la doléance du Président de l'Ordre, le ministre de la Construction du logement et de l'urbanisme a promis prendre attache avec ses autres collègues du gouvernement pour leur en parler.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Prestation de serment de 43 architectes, Nabagné Koné annonce de nombreux projets structurants, dans l'optique de transformer les villes
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter