Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo à propos de la CEI « le système électoral actuel est une source majeure des conflits électoraux qui occasionnent des crises graves depuis 2010 »
 

Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo à propos de la CEI « le système électoral actuel est une source majeure des conflits électoraux qui occasionnent des crises graves depuis 2010 »

 
 
 
 4374 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 16 janvier 2023 - 08:50

Simone Gbagbo à Cocody lors de la cérémonie de présentation de vœux (Ph KOACI)



La présidente du Mouvement des Générations Capables (MGC), Simone Gbagbo milite pour que le système électoral actuel soit complètement changé.



L'ancienne première dame de Côte d'Ivoire estime que la commission électorale indépendante (CEI), dans sa forme actuelle, ne peut pas garantir la paix sociale.



Face à ses militants, le samedi 14 janvier 2023 à Cocody, l'ex-députée d'Abobo a fait le diagnostic de la CEI et du système électoral.



Simone Gbagbo, qui recevait ses partisans à une cérémonie de présentation de vœux de nouvel an, comme sur place constatée par KOACI, a fait savoir que le système électoral actuel est une source majeure des conflits électoraux qui occasionnent des crises graves depuis 2010.



 

Pour elle, il faut donc une réforme profonde de ce système, fondée sur la rédaction d’une nouvelle loi sur la Commission Électorale Indépendante.



Cette réforme, dira-t-elle, devra déboucher sur un nouveau consensus électoral qui consistera en l’adoption d’une nouvelle loi sur la CEI et la mise en place d’une nouvelle CEI véritablement indépendante.



« Les acteurs de cette CEI auront un statut particulier avec des salaires et des moyens conséquents, toutes choses qui garantissent leur indépendance vis-à-vis des partis et des autorités politiques et administratives. Ces acteurs de la CEI seront recrutés par appel d’offres et en dehors des partis et mouvements politiques. Ils ne seront pas des représentants ni du pouvoir ni de l’opposition. Aucun parti politique ne devra fournir du personnel pour la direction de la CEI ; la révision du code électoral ; la révision après un audit de la liste électorale ; l’adoption d’un nouveau découpage électoral juste et équitable, à partir de critères précis arrêtés de façon consensuelle, notamment celui du nombre d’habitants par circonscription, les élus étant les représentants des populations ; la sécurisation des candidats, de leurs représentants et des opérations électorales », a proposé la présidente du MGC.



Au cours de cette cérémonie, Simone Gbagbo a également dénoncé l'exclusion de certaines formations politiques et organisations de la société civile de la phase 5 du Dialogue politique initiée par le Gouvernement du 16 décembre 2021 au 21 mars 2022.



Elle a regretté le fait que plusieurs partis et groupements politiques ainsi que des Organisations significatives de droits de l’homme et de la société civile aient été exclus de ce dialogue.



 

« Les conclusions de ce dialogue non inclusif n’ont pas été à la hauteur de ce que l’on était en droit d’en attendre (…) le 9 novembre dernier, l’Assemblée Nationale a adopté une loi sur la nouvelle CEI. Cette loi maintient cet organe chargé d’organiser les élections, sous le contrôle du parti au pouvoir. Cela ne rassure personne. Deuxièmement, la CEI n’a pas été capable d’assumer son obligation de mise à jour annuelle de la liste électorale pour tenir compte des mutations intervenues dans le corps électoral », a déploré Simone Gbagbo.



Enfin, l'ancienne première dame a plaidé pour la libération des prisonniers militaires détenus depuis 2011 au lendemain de la crise postélectorale ainsi que celle de Pulchérie Gbalet.



« Dans ce même contexte, des prisonniers militaires et politiques de la crise postélectorale ainsi que notre compatriote Pulchérie Gbalet sont encore détenus dans les liens de la détention. Sur une trentaine d’éléments des Forces de l’ordre encore détenus, seuls deux d’entre eux, l’Amiral Vagba Faussignaux et le Commandant Jean-Noël Abéhi) ont recouvré la liberté. », a-t-elle fait remarquer pour terminer.




Jean Chrésus, Abidjan


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Modification du Code pénal, une avancée ?
 
3132
Oui
48%  
 
3166
Non
49%  
 
227
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo à propos de la CEI « le système électoral actuel est une source majeure des conflits électoraux qui occasionnent des crises graves depuis 2010 »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Peace101
Cette chiffonne a oublié que c'est elle et le sauvage sanguinaire koudou qui ont institué cette mouture de la CEI. En votre temps la LMP avait au moins 60 pourcent de cette institution. C'est plutôt le RHDP qui l'a équilibrée beaucoup plus aujourd'hui. Par ailleurs, LA CEI NE VOTE POINT. Si elle votait le RHDP auraient gagné le Plateau et Yop aux dernières échéances. Personne ne peut inverser les résultats du terrain aujourd'hui. Des minables comme vous essayez juste de chercher des boucs émissaires pour la razzia du RHDP qui rst sur le terrain depuis longtemps à se préparer. C'est ça la démocratie... On avance...
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter