Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  Pertes de vies en mer, pertes de navires et pollutions en mer, 27 experts de 11 pays formés sur le «code pour les enquêtes après accidents maritimes et la communication de rapports »
 

Côte d'Ivoire : Pertes de vies en mer, pertes de navires et pollutions en mer, 27 experts de 11 pays formés sur le «code pour les enquêtes après accidents maritimes et la communication de rapports »

 
 
 
 2658 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 27 mars 2023 - 23:36


La Côte d'Ivoire abrite depuis ce matin un atelier régional sur le code pour les enquêtes après accidents maritimes et la communication de rapports. Coné Dioman, Directeur de cabinet du ministre des Transports, représentant le ministre Amadou Koné a présidé la cérémonie d'ouverture de cette rencontre qui s’étendra sur 5 cinq jours.


Il a à l'occasion rappelé aux participants que son pays a signé un accord avec l'Organisation Maritime Internationale (OMI) pour abriter le siège de sa Coordination Régionale pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre francophone. Le Directeur de cabinet a annoncé qu'après la cessation des activités du Secrétaire Général précèdent de cette coordination régionale, l'Etat ivoirien a mené des échanges avec l'Organisation Maritime Internationale (OMI) en vue de la nomination d'un nouveau titulaire à ce poste. Il a assuré les participants que le processus de recrutement d'un nouveau Secrétaire Général se déroule dans de meilleures conditions.


90% des échanges commerciaux au niveau international sont assurés par le transport maritime. Ce mode de transport constitue donc un secteur stratégique dans la politique économique des Etats. Selon le représentant d'Amadou Koné, le Gouvernement ivoirien, conscient de cette réalité, a placé le transport maritime au centre de ses priorités dans la mise en œuvre de sa politique de développement économique et sociale.


« Ainsi, conformément à la feuille de route du Gouvernement pour l'année 2023, plusieurs projets majeurs sont prévus au titre du développement des infrastructures maritimes et fluvio-lagunaires. Il s'agit, notamment de, la construction de gares lagunaires et de pontons ; du balisage et le dragage des zones prioritaires de plan d'eau lagunaire, du transport de marchandise par barges », a-t-il révélé.


Toutefois, la réalisation de ces projets et surtout leur pleine utilisation au profit de la mobilité des biens et des personnes sont soumis à la maitrise des risques, notamment les risque d'accidents de navigation.


 

Pour Coné Dioman, cette séance de formation sur le code des enquêtes après accidents maritimes et la communication des rapports est donc une excellente opportunité pour les experts et techniciens de la sécurité et de la sureté maritime.


« Elle leur permettra de connaitre les risques liés aux accidents de navigation, la rédaction et la communication appropriées à prendre pour maritimes par vos pays respectifs pour prendre primordial dans le processus de risques d'accidents maritimes, des rapports ainsi que les dispositions appropriées à prendre pour éviter que se produisent les accidents maritimes », a conclu, le Directeur de cabinet.

Cet atelier régional est organisé par l'Organisation Maritime Internationale (OMI) en collaboration avec l'Etat de Côte d'Ivoire à l'intention des agents des administrations de maritimes de 11 pays.


Le Colonel Julien Yao Kouassi, Directeur général des Affaires maritimes et portuaires a assuré que sa direction mettra tout en œuvre pour que les réflexions soient menées dans les meilleures conditions possibles.


Ce sont au total 27 experts qui prennent part à cet atelier régional. Le souhait du Directeur général est qu'au terme de cette formation, ils soient capables de maîtriser les outils de récupération de preuves après un accident, de déterminer le comment et surtout le pourquoi de la survenue de l'accident, de comprendre qu'une enquête conduite selon les normes internationales peut améliorer la sécurité maritime.

Les enquêtes et leurs analyses suites aux accidents maritimes sont essentielles et sont au centre du processus d’élaboration des règles de l’OMI. Une fois l’enquête terminée, la communication de ses conclusions est un élément majeur et essentiel de la contribution au processus d’élaboration de règles fondé sur la connaissance de la communauté internationale et à la diffusion des enseignements tirés.

Selon la représentante du Secrétaire général de l'OMI, l’Organisation bénéficie de l'identification des problèmes de sécurité potentiels et gagne des raisons pour les organes de l’OMI de créer de nouveaux règlements, de modifier les règlements existants ou de mettre au point des outils d’appui pour une mise en œuvre améliorée, y compris la coopération technique, contribuant ainsi à lutter contre des finalités telles que la perte de vie en mer. 


 

« Au cours du processus de collecte et d’analyse des données sur les accidents de mer, l’OMI a pu constater des niveaux contrastés d’expertise nationale pour mener une enquête et faire son rapport sur les accidents. Chaque pays, à quelque titre que ce soit, devrait avoir à sa disposition la compétence nécessaire pour mener à bien une enquête ou y contribuer, de manière autonome. En fonction de la taille de leur flotte nationale, du volume d’activités maritimes au large de leurs côtes ou de la population de ressortissants travaillant comme gens de mer, chaque pays peut être confronté à des besoins différents, allant d’un organisme d’enquête dédié à part entière à une structure élaborée dans le cadre d'une nécessité plus ponctuelle », a-t-elle déploré.


Elle espère sincèrement qu’à la fin de ces 5 jours d’échanges avec Capt Drissi et Capt. Rubin de Cervens, les experts auront réalisé collectivement et en partenariat, le transfert réussi des connaissances techniques en matière d’enquête sur les accidents de mer afin de leur permettre le succès dans l'application des normes nécessaires avec, pour objectif final, d'éviter les pertes de vie en mer, des pertes de navire et des pollutions en mer.



Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Pertes de vies en mer, pertes de navires et pollutions en mer, 27 experts de 11 pays formés sur le «code pour les enquêtes après accidents maritimes et la communication de rapports »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter