Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme, « pas de position médiane »,  pour les médias selon le gouvernement
 

Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme, « pas de position médiane », pour les médias selon le gouvernement

 
 
 
 3650 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 30 mars 2023 - 14:50

Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo (ph)


Le gouvernement du Burkina Faso a estimé ce jeudi qu'il n'y a "pas de position médiane" pour les médias dans le traitement des attaques terroristes, au risque de faire de l'apologie du terrorisme et de se voir suspendre comme les médias d'Etat français, RFI et France 24.


 « Aujourd'hui, si un journaliste ou un média, dans l'offensive générale qui est lancée pour la reconquête de notre territoire, estime qu'au nom de la pratique journalistique, il doit être objectif en se mettant à équidistance entre notre pays, ses forces armées nationales et les groupes armés terroristes, c'est son interprétation. Mais, nous nous estimons qu'il n'y a pas de position médiane dans cette guerre qui enclenchée", a déclaré le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Jean-Emmanuel Ouédraogo. 

 « Aujourd'hui, il s'agit d'une chose : soutenir l'offensive de reconquête de notre territoire. Il n'est nullement question de chanter les louanges du président, le capitaine Ibrahim Traoré ou de son gouvernement », a-t-il soutenu. 

Selon le ministre Ouedraogo, « Il faut que tous les Burkinabè, y compris les journalistes qui sont aussi des Burkinabè puissent accompagner cet effort de reconquête de notre territoire parce que c'est cette action qui garantit les libertés individuelles, la liberté d'expression et d'opinion ».

Cependant, a-t-il clarifié, « le gouvernement de la transition l'a toujours dit: nous restons attaché fondamentalement à la liberté d'expression, à la liberté d'opinion et à la liberté tout court », ajoutant qu'il viendrait à l'esprit de personne de remettre en cause ces libertés chèrement acquises. 


Revenant sur la suspension de RFI et France 24, deux organs du groupe français Médias monde, Jean-Emmanuel Ouédraogo a indiqué la transition n'acceptera pas « dans ce contexte-là qu'un média fasse ce que nous considérons comme étant de l'apologie du terrorisme ». 


 

Selon lui, « le leader d'AQMI est toujours recherché et personne n'arrive à le localiser, y compris dans les pays d'origine de ces médias, où on voit que les journalistes sont beaucoup plus efficaces que les services de renseignements de ces pays et arrivent à trouver ces leaders terroristes auxquels ils ouvrent leurs antennes pour qu'ils propagent l'idéologie du terrorisme, de la violence, de la division ».


Et de mettre en garde : « Toute chaîne aujourd’hui qui va faire l'écho de ce discours, de cette idéologie terroriste verra sur son chemin les autorités de la transition. Nous sommes dans un contexte où nous allons nous assumer pleinement ».


Le gouvernement a déjà suspendu RFI et France 24 pour ces raisons et « nous allons le faire demain encore s'il y a nécessité de le faire », a-t-il averti. 



Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme, « pas de position médiane », pour les médias selon le gouvernement
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter