Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Propos  diffamatoires  et chantage sur les réseaux sociaux, trois individus dans les mailles du filet  de la PLCC, une complice recherchée
 

Côte d'Ivoire : Propos diffamatoires et chantage sur les réseaux sociaux, trois individus dans les mailles du filet de la PLCC, une complice recherchée

 
 
 
 3167 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 22 février 2024 - 14:19

Les suspects (DR) 


La Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) de la Police Nationale vient de réaliser un bon coup de filet.


Les agents ont interpellé un individu pour des propos diffamatoires et deux autres pour chantage sur les réseaux sociaux, une quatrième suspecte est recherchée.


 En ce qui concerne les premiers faits, des utilisateurs des comptes Facebook, « Cisqueau Kagébet », et « Narcis KGB », ont tenu des propos diffamatoires et des injures à l’encontre des dénommés FS, LYJ, MMS, DAM, MA, YMC, BMO, NBI, et GSM des personnages publics présentent sur internet.


Vu la récurrence des publications et l'impact moral, psychologique et social que cela générait, chacune de ces personnes a jugé utile de porter plainte à la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). 


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Après les investigations menées par la PLCC et le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), YNB est interpellé et conduit dans les locaux de la PLCC. Lors de son interrogatoire, il aurait reconnu être l'utilisateur exclusif des comptes Facebook « Cisqueau Kagébet », et « Narcis KG » et également serait l'auteur des différentes publications incriminées sur ceux-ci. 


Il se justifie en disant qu’il a juste voulu interpeller certaines victimes sur des rumeurs se propageant sur la toile et qui les concernaient. Il aurait par la suite ajouté qu’il souhaitait aussi dénoncer des actes qui ne véhiculaient pas de bonnes mœurs (selon lui) au travers de ses posts. À la question de savoir d’où sortait-il ses informations, il aurait affirmé les obtenir par ses propres investigations. 


 

Suspecté de publication de données à caractère personnel, diffamation et injures au moyen d'un système d'information, YNB a été conduit devant les autorités compétentes pour répondre de son acte.


Le second fait qui permis l’interpellation des dénommés BMO et SA concerne une affaire de chantage sur les réseaux sociaux.


En effet, YPA  jeune cadre, fait la rencontre d’AD par le biais d'une connaissance. Attirés, l'un par l'autre, ils décident de vivre une relation amoureuse. Contre toute attente, la relation prend fin après quelques mois et AD digère mal cela. Elle va alors proférer plusieurs menaces à l’encontre d’YPA. Celui-ci ne réagit guère. 


Deux années, plus tard, contre toute attente, YPA reçoit un message via WhatsApp de la part d'un inconnu. Ce dernier l’informe qu’il détient des images et vidéos de sa nudité. Il lui demande par la suite, la somme de cinq millions (5.000.000) FCFA en contrepartie de la non-publication de sa nudité à ses contacts sur les réseaux sociaux.


Il saisit alors la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) pour une plainte.

Les enquêtes menées par la PLCC appuyée par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) ont permis d’interpeller le nommé BMO et son complice SA. 


 

Au cours de leurs auditions, ils auraient reconnu être les auteurs des menaces à l'encontre du sieur YPA.


« BMO déclare avoir fait la rencontre de AD en compagnie de SA. Elle leur a présenté des images et vidéos de la nudité du sieur YPA et leur a dit qu'ils pourraient se faire beaucoup d'argent en lui faisant du chantage. BMO décide donc de créer un faux compte Facebook portant le nom de YPA sur lequel ils publieraient les images de la nudité de YPA si jamais celui-ci refusait de leur verser la somme de cinq millions (5.000.000) FCFA. BMO dit avoir agi ainsi, car AD et SA, lui ont offert un téléphone de dernière génération. Il reconnaît pratiquer des activités de cybercriminalité depuis 2017. Quant au sieur SA, il s'aligne sur les dires de BMO et dit avoir été contacté par AD qui lui a fait part de sa déception amoureuse. Elle voulait qu'il l'aide à se faire de l'argent avec les images intimes de son ex amoureux qu'elle a qualifié de "Débout". Elle lui a donc transféré le nécessaire. Il reconnaît également pratiquer les activités de cybercriminalité depuis 2017. Il dit avoir fait déjà huit (08) victimes de différentes nationalités et obtenu de cette pratique une somme d’environ vingt-huit millions (28.000.000) FCFA », explique la PLCC.



BMO et SA suspectés de publication d'images à caractères sexuels sur Internet conformément à l'article 62 de la loi N°2013-451 du 19 juin 2013 relative à la lutte contre la cybercriminalité ont été conduits au parquet pour répondre de leurs actes. Quant à la nommée AD, des recherches sont en cours pour la retrouver, assure la PLCC.



Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Propos diffamatoires et chantage sur les réseaux sociaux, trois individus dans les mailles du filet de la PLCC, une complice recherchée
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter