Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Le syndicat ANADGI interpelle :  « La question des postes vacants fait perdre 5 milliards de FCFA à l'État chaque année »
 

Côte d'Ivoire : Le syndicat ANADGI interpelle : « La question des postes vacants fait perdre 5 milliards de FCFA à l'État chaque année »

 
 
 
 3581 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 13 mars 2024 - 17:04

Michaël Dougrou, SG ANADGI (Ph KOACI)



Le Secrétaire général du Syndicat Alliance nouvelle des agents de la Direction générale des Impôts (Anadgi), M. Mickael Dougrou, entouré de ses collaborateurs, a animé une conférence de presse hier mardi 12 mars 2024 à la salle de conférence du centre des Impôts de Cocody Saint Jean.


Le conférencier a axé son intervention sur des sujets qui, selon lui, influencent négativement le rendement des agents dans l'atteinte des objectifs fixés. Il s'agit, entre autres, du départ à la retraite, de l'éviction des agents des impôts de Fresco de leurs locaux par le maire de ladite Commune, de la question cruciale des postes vacants ainsi que des précomptes aux agents des Impôts non reversés à leur mutuelle.


M. Mickaël Dougrou a indiqué que sa sortie vise une fois de plus à interpeler aussi bien leur hiérarchie que les autorités gouvernementales et le Président de la République SEM. Alassane Ouattara sur tous ces sujets, afin qu'ils prennent à bras le corps ces problèmes.


Au sujet des départs à la retraite, il a fait savoir que ce sujet constitue un véritable handicap qui agit sur l'ensemble du système de fonctionnement de la Direction générale des Impôts (DGI).


 

Cependant, en dépit de toutes les décisions des autorités gouvernementales et du Président de la République sur ce sujet, rien n'est fait par les responsables de la DGI pour l'application effective de cette décision de départ à la retraite. En conséquence, contrairement à certaines administrations et Établissements Publics Nationaux (EPN), la DGI compte encore en son sein de nombreux retraités, aussi bien au niveau de l'instance dirigeante qu'au niveau du personnel dans l'ensemble, qui refusent de faire valoir leur droit à la retraite.


Il a toutefois déploré le fait que depuis la semaine dernière, des agents venant d'autres administrations, dont le profil ne correspond pas à la compétence économique requise, ont été affectés à la Direction générale des Impôts. Comment alors pourront-ils réussir à atteindre l'objectif de 4 mille milliards FCFA assignés à la DGI cette année avec des personnes qui n'ont pas le profil adéquat ? S'est-il interrogé.


"À force de garder les mêmes éléments, de maintenir la sclérose professionnelle, de ne pas vouloir pousser le bouchon plus loin, on se retrouve dans des situations où on perd de l'argent, et en face, on a un État qui ne peut pas gérer les subventions, donc l'inflation monte. Pour faire gagner plus d'argent à l'État de Côte d'Ivoire, il faut revoir notre système d'organisation dans son entièreté. La Direction générale des Impôts est à revoir, c'est-à-dire elle doit se revoir elle-même, c'est de là que peut venir le succès ou pour réguler la vie chère", a étayé le SG de l'Anadgi.


Sur la question des postes vacants, il a révélé que ce sont 300 postes qui ne sont pas encore pourvus en personnel. En plus, la liste des départs à la retraite de l'année 2022 n'est pas encore publiée, et pour cette année, au total, ce sont sept directions régionales qui sont sans directeur. Il est donc clair que la DGI perdra davantage d'argent, en plus des 5 milliards qu'elle perd déjà pour ses 300 postes vacants depuis 2021.


"Comment peut-on aller en "guerre" avec des administrations qui ne fonctionnent pas ? Le bilan de l'année 2023 est très clair, toutes les directions régionales, à l'exception d'une seule où il n'y avait pas de directeurs régionaux, n'ont pas atteint les objectifs. Lorsqu'on fait le point de la situation des objectifs de l'argent qu'ils n'ont pas atteint, on se trouve autour de 5 milliards de FCFA perdus. Toutes ces directions qui n'ont pas eu de poste de commandement assimilé ont au total perdu près de 5 milliards de FCFA", a déploré le conférencier.


 

"Les ressources humaines sont la première valeur d'une entreprise. Si elles ne sont pas bien gérées, les résultats seront catastrophiques. Nous tirons la sonnette d'alarme pour demander aux gens de jeter un regard attentif sur la direction générale des Impôts, car bien structurée, elle peut juguler l'inflation", a-t-il averti.




Jean Chrésus, Abidjan


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Le syndicat ANADGI interpelle : « La question des postes vacants fait perdre 5 milliards de FCFA à l'État chaque année »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter