Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Affaire Martinez Zogo, Ngoh Ngoh le Sgpr accusé d'avoir manipulé l'enquête
 

Cameroun : Affaire Martinez Zogo, Ngoh Ngoh le Sgpr accusé d'avoir manipulé l'enquête

 
 
 
 2214 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 27 mai 2024 - 19:13

Ferdinand Ngoh Ngoh Sgpr (Ph)


Ce lundi 27 mai, s'est tenue la quatrième audience dans l'affaire de l'assassinat du journaliste Martinez Zogo, ancien animateur de la radio Amplitude FM, dont le corps sans vie a été découvert mutilé le 22 janvier 2023 à Ebogo, une banlieue de Yaoundé.


Ce lundi, le tribunal militaire a rejeté la demande des avocats de la défense relative, d'une part à la mise à disposition du dossier de la procédure et d'autre part, à la levée de scellés sur le corps du présentateur de l'émission "embouteillages".


 L'audience a duré une quinzaine de minutes. La prochaine audience a été fixée au 10 juin 2024.


Manipulations


De sources médiatiques concordantes, le procès de l'assassinat de Martinez Zogo continue d'avoir des répercussions au sommet de l'État, a appris koaci.


Selon Africa Intelligence, un document rédigé par un expert judiciaire et transmis à Paul Biya, accuse Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général des services de la présidence de la République, d'avoir détourné les conclusions de l'enquête.


 

Toujours selon la même source, le document consulté est un condensé d'une centaine de pages que l'expert judiciaire avait produit en octobre 2023 à la demande du juge d'instruction de l'époque Aimé Florent Sikati II. 


L'analyse du téléphone de la victime et des suspects avait conduit l'expert judiciaire Jean-Pierre Oloumou à identifier l'ancien maire de Bibey Martin Savom comme l'un des cerveaux de l'opération, lit-on dans "Africa Intelligence".


Ce dernier avait été inculpé en février dernier pour "complicité d'assassinat" et "complicité de torture".


 Bataille 


Dès l'ouverture des enquêtes sur l'assassinat du journaliste, l'homme d'affaires Jean-Pierre Amougou Belinga et l'ancien chef de renseignements Léopold Maxime Eko Eko avaient été inculpés pour "complicité de torture."


 

Ces inculpations, apprend-on, cacheraient une sombre bataille au sommet de l'État entre clans pour la succession de Paul Biya.


D'un côté celui de Ferdinand Ngoh Ngoh, le Sgpr, ses alliés Joseph Beti Assomo le ministre délégué à la présidence chargé de la défense et Galax Etoga le patron de la gendarmerie nationale et de l'autre côté celui de Louis Paul Motaze le ministre des Finances et Laurent Esso le ministre de la Justice. 



Armand Ougock correspondant permanent de koaci au Cameroun.

Joindre la rédaction Camerounaise de koaci au 237 691154277 ou Cameroun@koaci.com



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Cameroun : Affaire Martinez Zogo, Ngoh Ngoh le Sgpr accusé d'avoir manipulé l'enquête
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter