Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: Condamnation à vie pour Sisiku Ayuk Tabe et 9 autres leaders sécessionnistes
 

Cameroun: Condamnation à vie pour Sisiku Ayuk Tabe et 9 autres leaders sécessionnistes

 
 
 
 1188 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 20 août 2019 - 08:12

Sisiku Ayuk Tabe et des leaders séparatistes (Ph)


Sisiku Ayuk Tabe, président autoproclamé de l'Ambazonie et 9 autres leaders séparatistes ont été condamnes ce mardi matin à la prison à vie par le tribunal militaire de Yaoundé.


L’audience qui a démarré lundi s'est achevée ce mardi matin vers 5h30 (4h30) avec la condamnation à la prison à vie du président autoproclamé de l'Ambazonie et 9 de ses camarades. 


Les avocats commis à la défense des séparatistes ont jeté l’éponge lundi. Ils ont exprimé leur rétractation après une polémique en salle d’audience née de la récusation des magistrats. 


Parmi les accusés jugés par le tribunal militaire de Yaoundé, figurent Sisiku Ayuk Tabe, Tasang Wilfried, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi Kwanga, Fidelis Che, Nfor Ngala, Che Augustine Awasum, Eyambe Elias, Shufai Blaise Sevidem et Egbe Orock.  

Les leaders séparatistes anglophones ont également été condamnés à payer 250 milliards FCFA à l'Etat du Cameroun et 12,5 milliards FCFA aux parties civiles.


Chefs d’accusations


La justice camerounaise accuse les leaders sécessionnistes d'être à l’ origine de la crise anglophone et du conflit qui secouent les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest depuis fin octobre 2016.


Ils étaient poursuivis pour 11 chefs d'accusations dont le financement des actes de terrorisme, l'apologie du terrorisme, complicité d'acte de terrorisme, révolution, insurrection, hostilité contre la patrie, bande armée, propagation de fausses nouvelles, atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l'Etat et défaut de carte nationale d'identité, sur la base de la loi du 26 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme.


 

Une liste comportant 79 témoins avait été présentée par le commissaire du gouvernement comme partie civile à l’ouverture du procès.


Les leaders séparatistes avaient rejeté la compétence des juridictions Camerounaises arguant qu’ils étaient ambazoniens.  


Les affrontements entre forces de défense et de sécurité dans les deux régions ont fait plusieurs morts.


 Plus de 300 morts dans les rangs des forces régulières (police, gendarmerie, armée, douanes...). Les éléments des forces de défense ont été lâchement assassinés. Certains étaient parfois poursuivis dans leurs domiciles.


Plusieurs civils ont été kidnappés dont certains relâchés après paiement des rançons et d'autres exécutés.


Selon des chiffres contestés des ONG, plus 2 000 morts et au moins 530 000 déplacés internes ont été enregistrés. 


 

Le nombre de séparatistes tués dans les combats n'est pas connu. 


En janvier 2018, Koaci annonçait en exclusivité, l'arrestation au Nigeria de 10 leaders sécessionnistes par les services secrets camerounais.


Lire aussi: https://www.koaci.com/article/archive/2018/01/07/cameroun/politique/cameroun-arrestation-de-10-leaders-secessionnistes-au-nigeria_116314.html

Lire enfin: https://www.koaci.com/article/archive/2018/11/15/cameroun/politique/cameroun-la-demande-de-liberation-provisoire-du-leader-secessionniste-rejetee_125146.html



Armand Ougock, correspondant permanent  de Koaci au Cameroun


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au (+237) 691 15 42 77 ou cameroun@koaci.com-


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement