Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Exposées au Coronavirus, les prostituées résistent
 

Cameroun : Exposées au Coronavirus, les prostituées résistent

 
 
 
 2983 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 27 mai 2021 - 05:37



Au Cameroun, le secteur de la prostitution bien qu' impacté par la covid-19, résiste.


Les prostituées n'ont pas arrêté de travailler malgré la pandémie de covid-19, qui n'a pas épargné le pays.


On peut toujours voir les travailleuses du sexe dans les endroits habituels dont les plus célèbres de Yaoundé sont : Mini Ferme, Mélen, Obili, Montée Âne Rouge, Etoudi, ou encore carrefour Carrière et Mvog -Atangana Mballa.


"Je n'ai pas cessé de travailler malgré le Coronavirus. Même lorsqu'il a été détecté au Cameroun pour la première fois en mars 2020, je sortais tous les soirs", affirme Delphine 45 ans dont 29 dans la prostitution.


Delphine, (nous avons changé le prénom) est considérée comme la capitaine des prostituées ici à Mini Ferme (Melen), un quartier populaire de la capitale camerounaise.


Attablée ce mercredi soir avec ses copines dans un bars de Mini Ferme, Delphine affirme que ses revenus ont chuté.


"Au début de la pandémie en mars 2020, il y a un petit moment de flottement avec moins de clients mais ils sont rapidement revenus. Les mêmes recettes ont quelque peu diminué. Elles ne sont plus les mêmes que celles que je faisais il y a deux ou trois ans", explique Delphine.


 

Menace


Pour les travailleuses du sexe rencontrées ce mercredi soir, la véritable menace vient du nombre sans cesse croissant des filles qui se font payer pour les prestations sexuelles.


" Les tarifs ont baissé avec l'arrivée des filles qui viennent du nord-ouest, sud-ouest et même de l'Extrême-Nord et du Nord où elles disent que la vie est dure avec la guerre", poursuit-elle. 


Selon Delphine, leur arrivée a fortement contribué à baisser le tarif en augmentant la concurrence avec des filles plus jeunes vers lesquelles les clients se ruent. 


Delphine pense d'ailleurs que l'État devrait soutenir le secteur de la prostitution.


"Je ne peux pas faire autre chose pour gagner ma vie. C'est le seul métier dans lequel je suis à l'aise. Il y a même des filles qui bossent en journée et le soir font la prostitution pour joindre les deux bouts du mois", explique une amie de Delphine.


Le Code pénal camerounais prévoit des sanctions contre la prostitution. Mais la pratique ne cesse de se répandre.


 

 Des ONG estiment qu' au Cameroun, environ 10 000 femmes sont payées en échange de leurs prestations sexuelles.



Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun.


-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au (237) 691 154 277 ou Cameroun@koaci.com.





 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Cameroun : Exposées au Coronavirus, les prostituées résistent
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
vraiment !!!.. Delphine a 29 ans d'experience dans la prostitution ??? Delphine est prostituée depuis l'age de 16 ans.... A 45 ans, je crois que "la voiture-biologique" de Delphine n'a probablement plus de frein, de boite á vitesse et d'amortisseurs....
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Scandale du stade de Yamoussoukro, ADO doit il remplacer le ministre des sports Danho Paulin ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Multiplication des clubs de soutien, jeu risqué pour Patrick Achi ?
 
2338
Oui
70%  
 
910
Non
27%  
 
91
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement