Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Conflit de terre à  Bably-Vaya, tirs de sommation de la police, des jeunes se dressent,  une personne tabassée
 

Côte d'Ivoire : Conflit de terre à  Bably-Vaya, tirs de sommation de la police, des jeunes se dressent, une personne tabassée

 
 
 
 11983 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 05 février 2019 - 11:16

© Koaci.com – Mardi 5 Février 2019 – Chaude journée dans la nuit du samedi au dimanche matin dernier dans un village situé à  18 Km de Bloléquin (Ouest). Les jeunes de Bably-Vaya étaient au coude à  coude avec des éléments de la police de Bloléquin suite à  l’interpellation d’un des leurs.

Population plongée dans une stupeur suite aux tirs de sommation des éléments de la police le week-end dernier.

Les évènements se sont déroulés à  Bably-Vaya, un village du département de Bloléquin. Comme rapporté à  KOACI par des témoins sur place, c’est un problème foncier qui a été à  la base de cette folle situation qui a traumatisé les populations de Bably-Vaya.

Selon nos informations, Junior Oulaï, un jeune de 20 ans a vendu un terrain d’une superficie de 4 hectares à  monsieur Karidja pour une somme de 500.000 F CFA (environ 762 euros). La parcelle sera l’objet de litige entre Junior Oulaï et son cousin Sacool Kpanhi qui a intimé l’ordre à  Karidja de cesser de travailler cette portion de terre.

Face à  cette situation, Karidja va porter au commissariat de Bloléquin contre Junior Oulaï qui ne s’y est jamais rendu.

Comme rapporté par des sources sur place, dans la soirée du samedi 2 février, la police s’est rendue à  Bably-Vaya aux environs de 19 heures pour interpeller le jeune Junior Oulaï.

« Je venais à  peine de la douche quand je vis un véhicule personnel garé derrière ma maison et trois hommes corpulents débarquent en compagnie de Karidja qui dit en ces mots, le voilà . À peine indiqué, aussitôt les trois individus me fauchent et je tombe. L'un d'entre eux tira en l'air et les deux autres m'ont immobilisé à  terre en tapant sur mes côtes. Une fois inconscient, ils me mirent dans leur engin dans l'intention de m'emmener avec eux à  Bloléquin. C'est à  ce moment que la jeunesse a dressé des barricades pour les empêcher de partir. Personne ne leur a porté main. C'est ainsi que nous sommes allés chez le chef avec eux. C'est devant le chef que nous avons pu identifier l'un d'entre eux qui portait un tee-shirt bleu sur lequel était écrit ‘’Police’’ », explique Junior Oulaï.

Pour le commissaire Louis Constant Didia Kacou ses hommes sont allés dans ce village pour un abus de confiance suite à  deux convocations auxquelles n’a pas répondu Junior Oulaï

« Mes hommes sont allés à  Vaya pour un abus de confiance autour d'une somme de 650000 Fcfa (990 euros environ). À deux reprises nous avions lancé des convocations par le biais du chef de village. Ces convocations n’ont pas été honorées jusqu'à  ce jour. Le jeune était dans la maison quand mes hommes sont arrivés dans sa cour. Quand ils ont demandé après lui, il a tenté de s'enfuir par la fenêtre située derrière la maison, c'est ainsi qu'ils ont tiré une fois en l'air (sommation) pour mettre la main sur lui. Et je vous confirme l'enfant n'a pas été frappé par mes hommes, c'est une simulation», fait savoir le commissaire Louis Constant.

Joint, le préfet de département Sidiki n'a pas voulu se prononcer sur la question.


Le moins qu’on puisse dire, c’est que les versions divergent de part et d'autre.

Quoi qu’il en soit, passé cette nuit mouvementée, du samedi dernier, les populations de Vaya vaquent à  leurs occupations quotidiennes dans la quiétude.

Jean Chrésus
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des pressions d'Abidjan pour saluer la loi sur la recomposition de la CEI?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vo...
 
2110
Oui
65%  
 
1002
Non
31%  
 
114
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008